Carrière des Capucins à Paris : sortie insolite sous l’hôpital Cochin


Le sous-sol de Paris est réputé pour être un véritable labyrinthe entre couloirs de métro, égouts, galeries et célèbres catacombes dont seule une infime partie peut se visiter légalement. Le lieu que vous allez découvrir ici est habituellement fermé au public et je suis ravie de pouvoir partager avec vous des photos. Il s’agit de la carrière des Capucins, un réseau souterrain long de plus d’un kilomètre qui prend naissance sous l’hôpital Cochin.

Une salle dans la carrière des Capucins sous l'hôpital Cochin
Une salle dans la carrière des Capucins sous l’hôpital Cochin

Avoir le privilège d’arpenter ce genre de décor sous les rues de Paris est assez incroyable !

La carrière des Capucins a été principalement exploitée entre le 12e et le 18e siècle. Les blocs de calcaire qui en étaient extraits étaient utilisés pour la construction de bâtiments dans la capitale. Un ingénieux système de puits et de roues en bois permettait à un seul homme de remonter des charges avoisinant une tonne. Au fil des siècles, les ressources du sous-sol se sont peu à peu épuisées et en 1813, deux décrets ont interdit l’exploitation de ces bancs de pierre souterrains.

Aujourd’hui, la carrière est entretenue par une association à but non lucratif, la SEADACC.

Une table sculptée dans la pierre sous l'hôpital Cochin
Une table sculptée dans la pierre sous l’hôpital Cochin

La carrière de Cochin présente la particularité d’être très préservée. Située à 18 mètres sous terre, elle est totalement indépendante du reste du réseau souterrain de Paris. Contrairement à d’autres lieux souterrains parisiens, elle a globalement été épargnée par les intrusions d’indésirables en quête de sensations fortes ou de lieux insolites pour faire la fête.

La visite débute par la descente d’un escalier de 119 marches. L’air devient de plus en plus humide et frais et l’on débouche dans une salle où se trouve la fontaine ci-dessous.

Fontaine des Capucins à Paris
Fontaine des Capucins à Paris

On parle de « fontaine » mais en réalité, cette construction classée monument historique ne vise pas à fournir de l’eau mais à contrôler la hauteur de la nappe phréatique. Vous pouvez repérer la présence d’une échelle d’étiage sur le mur du fond, qui mesure le niveau d’eau. Elle est tellement pure qu’elle est d’une transparence hors du commun.

L’architecture de la fontaine est particulièrement soignée car à l’époque, on espérait ainsi attirer les « officiels ». Par ailleurs, des baptêmes y étaient célébrés (la petite niche que l’on distingue dans le banc calcaire à gauche de la photo abrite une Vierge).

La visite se poursuit par diverses galeries à l’éclairage chaleureux. On y observe des dessins tracés au noir animal (un charbon issu de la calcination d’os à l’abri de l’air, beaucoup plus pigmenté et durable que le noir de fumée) ou encore cette sculpture extraordinaire : le visage est sculpté en creux mais il donne l’impression d’être en relief. Sacrée illusion d’optique !

Sculpture dans la carrière de Cochin

On découvre ensuite l’un des anciens puits d’extraction du calcaire. Ça me fait penser à cette situation de Philippe Gelück : « La spéléologie, c’est l’alpinisme de ceux qui ont le vertige »… et effectivement, c’est une étrange sensation de « vertige inversé ». Difficile d’imaginer que vingt mètres plus haut, les passants circulent sur le trottoir sans se douter que sous une banale bouche d’aération se trouve un tel gouffre !

Puits d'extraction du calcaire dans la carrière des Capucins
Puits d'extraction du calcaire dans la carrière des Capucins

Dans chaque galerie, des plaques font référence à l’emplacement où nous nous trouvons par rapport à la surface et le ciel de carrière (le plafond des salles) est parfois soutenu par de gros piliers constitués de blocs de calcaire empilés.

On imagine facilement la difficulté physique du travail à l’époque. A la fin du 18ème siècle, Paris avait créé une « inspection des carrières » qui a déterminé qu’il fallait absolument renforcer le sous-sol de la capitale, véritable gruyère. Beaucoup d’ouvriers qui vivaient dans ce quartier (très pauvre) ont été mobilisés pour créer les gros piliers que vous pouvez voir sur la première photo de l’article, destinés à consolider la carrière des Capucins.

Les accidents étaient si fréquents que l’abbé Cochin avait acheté plusieurs maisons à proximité de la carrière pour y accueillir les carriers blessés. Ce sont elles qui, plus tard, ont donné naissance à l’actuel hôpital Cochin.

Pour la petite histoire, la « rue de la Bourbe » mentionnée sur ma photo n’existe plus sous ce nom aujourd’hui, elle a d’abord été renommée en « rue de Port-Royal » avant de devenir une partie du « boulevard de Port-Royal ».

Galerie dans la carrière de Cochin

Galerie dans la carrière de Cochin

La carrière sert aussi à entreposer de nombreuses plaques de rues anciennes, porteuses de messages parfois bien mystérieux.

Plaques de noms de rue dans la carrière des Capucins

Plaques de noms de rue dans la carrière des Capucins

Dernière curiosité de cette exploration photographique : cet escalier, qui est une collection minéralogique. Il répertorie tous les étages de roche identifiés entre la carrière et la surface.

Collection minéralogique dans la carrière de Cochin
Collection minéralogique dans la carrière de Cochin

Ce genre de sortie insolite et magique sous les rues de Paris est un souvenir assez inoubliable !

Visiter la carrière des Capucins

La carrière des Capucins est fermée au public en temps normal afin de permettre à la SEADACC de travailler en toute tranquillité à la préservation de ce fragile espace souterrain. Cependant, il est occasionnellement possible d’y accéder à l’initiative d’associations comme ArkéoTopia.

L’accès à la carrière s’effectue au cœur même de l’hôpital Cochin (métro St Jacques ou RER B, station Port-Royal). La température sous terre est d’environ 13°C, pensez donc à vous habiller en conséquence. Le parcours ne présente pas de difficulté particulière pour une personne valide, je vous conseille néanmoins d’avoir de bonnes chaussures et si possible une lampe frontale afin de profiter des détails du décor !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Carrière des Capucins à Paris : sortie insolite sous l’hôpital Cochin

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !