Visite du fascinant château de Ksiaz en Pologne


Aujourd’hui, je vous emmène dans un monument aux mille secrets : le château de Ksiaz, situé en Basse-Silésie, à proximité du centre de Wałbrzych en Pologne. Imaginez un édifice spectaculaire juché sur une colline en pleine nature, que l’on peut visiter de jour comme de nuit, sous lequel se cachent des tunnels souterrains ! 

La Pologne est souvent une destination d’Europe méconnue des Français, que ce soit pour le week-end ou les vacances, alors qu’elle regorge de lieux d’intérêt dans ce style. Et justement, si vous allez passer le week-end à Wroclaw, jolie ville au sud-ouest du pays, vous pouvez facilement visiter le château sur une journée.  

L’histoire du château de Ksiaz

Le château de Ksiaz, ou plus exactement de « Książ » si on l’orthographie avec les lettres polonaises (écouter la prononciation ici), est le troisième plus grand château de Pologne (le premier étant le Wawel à Cracovie, le deuxième le château de Malbork au nord du pays).

Il est juché sur un promontoire rocheux à 395 mètres au-dessus du niveau de la mer. C’est sans doute cette position en hauteur qui a fait que l’endroit a été occupé assez tôt dans l’histoire.

Vue du château de Ksiaz en Pologne

L’histoire précoce du château

Le château lui-même aurait été construit à la fin du 13e siècle, remplaçant probablement un bâtiment primitif en bois. Passé entre les mains de plusieurs propriétaires successifs, notamment des ducs et des rois (Charles IV de Luxembourg, Venceslas de Luxembourg), il a été agrandi au passage.

Au 15e siècle, à l’issue d’une guerre dans la région de Silésie, le château est transmis à l’homme qui commandait les forces hongroises. Il décide de transformer l’esprit de Ksiaz : initialement conçu comme une forteresse avec un rôle de défense de la région, il devient plus résidentiel et l’on construit une nouvelle aile, l’aile Matthias.

Au début du 16e siècle, la famille Hochberg, famille influente de Basse-Silésie, acquiert le château et y effectue de grandes transformations, lui donnant notamment un style Renaissance. Pendant 400 ans, le château va rester aux mains de la même famille, chaque héritier y apportant des modifications : la suppression des anciennes fortifications, la création de jardins, d’une bibliothèque, d’une aile de style baroque, d’une cour d’honneur, d’un pavillon d’été (qui deviendra le mausolée de la famille Hochberg), de plusieurs bâtiments dans le parc…

En 1844, s’y ajoutent des écuries. Plus tard, entre le 19e et le début du 20e siècle, on aménage l’extérieur : des routes, un aménagement du parc et de la forêt, l’ajout d’une aile supplémentaire au château, de plusieurs tours. Juste avant la Première Guerre Mondiale, on ajoute des serres à quelques kilomètres de là.

Une terrasse du monument
Une terrasse du monument

Les nazis au château de Ksiaz

Tout change en 1939. Les nazis sont au pouvoir, le Troisième Reich étend sa domination sur la région et s’empare du château, chassant la dernière des Hochberg. Atteinte a priori d’une sclérose en plaques, elle est décédée pendant la Seconde Guerre Mondiale… non sans avoir essayé de résister à sa manière en faisant passer des colis de nourriture aux prisonniers du camp de concentration voisin de Gross-Rosen, tandis que ses fils se battaient contre l’Allemagne nazie dans l’armée.

L’organisation Todt, mise en place par les nazis pour construire des infrastructures militaires (sous la houlette de Fritz Todt puis de l’architecte d’Hitler Albert Speer), décide de transformer Ksiaz pour que le château puisse accueillir Hitler en toute sécurité.

Vue du château de Ksiaz en Pologne
Vue du château de Ksiaz en Pologne

Ils détruisent et réaménagent une bonne partie de l’intérieur du château, font construire des tunnels souterrains ainsi qu’un abri antiaérien. Encore aujourd’hui, la visée de ces tunnels fait l’objet de bon nombre d’hypothèses de la part des historiens : simple espace sécurisé, lieu de stockage de documents confidentiels, zone permettant de mener en toute discrétion des recherches sur l’arme atomique, les suppositions sont nombreuses…

Pour mener à bien tous les travaux, les nazis puisent allègrement dans le camp de concentration de Gross-Rosen, qui fournit une main d’œuvre gratuite, corvéable à merci.

Uniforme de prisonnier dans les tunnels du château
Uniforme de prisonnier dans les tunnels du château

Après la guerre

Lorsque le nazisme s’effondre, le château se retrouve livré à lui-même… et est assez largement pillé par la population locale, jusqu’à ce que le conservateur chargé des monuments de la région mette un terme à ces agissements, en sécurisant les accès au château pour qu’il ne soit plus à la merci des squatteurs et des pillards.

A partir des années 1970, on entame une rénovation majeure des lieux. Elle va durer longtemps : ce n’est qu’en 2013 que l’on a fini certaines rénovations, amélioré la mise en lumière du château, rénové le toit, etc. Des travaux prolongés par la survenue d’un énorme incendie en 2014, causé par la négligence d’un ouvrier et de son patron. Les travaux ont réellement été achevés en 2015 sur un acte très symbolique : les œuvres ayant appartenu à la famille Hochberg ont été retrouvées et restituées au château afin d’y être exposées.

L’histoire toute récente a encore permis de faire quelques découvertes : ainsi, en 2019, lors d’une opération de restauration, on a découvert par hasard des peintures murales qui avaient été entièrement recouvertes par les nazis.

Le château figure aujourd’hui parmi les « 7 merveilles de Pologne ». Il est possible d’en visiter les différents espaces, que je vais maintenant vous présenter !

Que visiter dans le château ?

Le château de Ksiaz lui-même et ses terrasses

La visite du château est libre (il existe des visites guidées mais uniquement en polonais à l’heure où j’écris cet article). Beaucoup de salles sont à découvrir (le château en compte plus de 400 mais évidemment, toutes ne figurent pas sur le parcours de visite !). On a l’impression de plonger dans l’histoire de la famille qui a occupé les lieux pendant longtemps.

Pièce du château de Ksiaz en Basse-Silésie

Il reste assez peu de mobilier mais les pièces sont superbes et de belles photos permettent de s’immerger dans le passé de l’endroit. On a parfois l’impression qu’il a été « la maison du bonheur », quand on découvre des enfants profitant des extérieurs, jouant avec des animaux, montant à dos d’âne…

Exposition photo à Ksiaz

Les pièces les plus dépouillées rappellent la part plus sombre de l’histoire du château de Ksiaz, lorsqu’il est tombé aux mains des nazis : ils avaient en partie vidé les lieux.

La salle de bal reste aujourd’hui assez dépouillée…

Salle de bal
Salle de bal

… tandis que l’on trouve aussi dans l’édifice de très belles pièces, comme celle-ci, avec son plafond peint, ses grands lustres et ses colonnades représentant les mois de l’année.

Pièce du château de Ksiaz en Basse-Silésie

Parmi les curiosités à observer, j’ai aimé le « mur de la joie », un mur qu’il faut toucher pour voir ses vœux se réaliser.

Mur de la joie
Mur de la joie

Citons aussi une maquette des souterrains, une exposition dédiée à Léonard de Vinci avec plein de machines que les enfants (et les adultes) peuvent manier.

C’est un lieu où de nombreux styles de décoration se côtoient, il faut saluer un énorme travail de restauration qui a permis de réparer certaines peintures endommagées par le stockage loin des pièces actuelles (certaines avaient été décrochées et mises à l’abri pour tenter de les sauver pendant la Seconde Guerre Mondiale).

Architecture à Ksiaz

Ksiaz a été un château très moderne pour son époque. Ainsi, au début du 20e siècle, le monument possédait déjà 8 ascenseurs au moins. Il y avait aussi des monte-charge pour la nourriture, reliant le deuxième sous-sol au 5e étage… et deux ascenseurs de service entre la cave et la salle de bal.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, on a aussi construit un ascenseur spécial qui descendait directement de la tour du château aux souterrains, à 15 mètres de profondeur.

Vous trouverez des panneaux explicatifs en anglais mais si vous voulez tout comprendre, je vous conseille de demander l’audioguide à l’accueil.

Pièce du château de Ksiaz en Basse-Silésie

A la belle saison, vous pourrez aussi accéder aux terrasses du château, qui sont ouvertes entre avril et septembre. Fleurs, arbustes soigneusement taillés, fontaines, chaque terrasse a son style et il y a en tout 2 hectares à explorer.

Une terrasse du château de Ksiaz

Les écuries

A environ 500 mètres du château, vous pouvez aller visiter les écuries et le manège, lieu d’élevage de chevaux silésiens réputé. Les bâtiments ont été construits entre le 18e et le 19e siècle, à l’initiative de l’un des ducs de Hochberg.

Le point de vue sur le château

Le château de Ksiaz se situe au cœur d’un très beau parc, avec des gorges et une rivière en contrebas. Si vous aimez marcher, vous aurez du plaisir à vous y promener parmi les arbres. Ne ratez pas cette vue imprenable sur le château, très facile à dénicher car elle est fléchée quand on arrive aux abords du monument (les pancartes indiquent « Punkt Widokowy », qui signifie « point de vue »).

Point de vue sur Ksiaz
Point de vue sur Ksiaz

Les tunnels souterrains

Ces tunnels, dont je vous ai raconté l’histoire, n’ont ouvert au public que fin 2018. Le parcours est en réalité assez court, environ 1.5 km où l’on découvre des tunnels bétonnés…

… mais aussi d’autres qui ont été directement creusés dans la roche. On ne peut s’empêcher de penser au fait que le travail ait essentiellement été réalisé par les prisonniers du camp de Gross-Rosen, on imagine aisément la difficulté du chantier.

Tunnels de Ksiaz
Tunnels de Ksiaz

Les tunnels ont aussi été au cœur d’une histoire assez folle : une légende s’est répandue après la Seconde Guerre Mondiale, affirmant que les nazis avaient caché un train entier rempli d’or, d’œuvres d’art et autres richesses au sud de la Pologne, juste avant la déroute de 1945.

Le train aurait été caché, selon la légende, dans un tunnel bouché. Il serait parti en direction de Walbrzych mais sans arriver à Walbrzych… et l’on a alors supposé qu’il pouvait se trouver sous le château de Ksiaz ou peut-être dans l’un des nombreux tunnels du « Projet Riese », un autre ensemble souterrain bâti par les nazis en Basse-Silésie.

Le fait est que de nombreuses recherches ont été menées, y compris par l’armée polonaise elle-même, sans jamais mettre la main sur ce train. En 2015, « l’affaire » a connu un rebondissement improbable. Deux hommes ont prétendu avoir localisé le train… et l’histoire est remontée très haut puisque l’adjoint au ministre de la culture polonais lui-même a affirmé publiquement avoir vu les images prises par le radar des deux hommes, montrant la présence d’un train de 100 mètres de long. Une information vite démentie… mais qui a tout de même déclenché une campagne de fouilles majeure (et coûteuse) qui a seulement permis de découvrir un tunnel potentiellement effondré… mais sans train.

La légende continue à intriguer les visiteurs du château de Ksiaz aujourd’hui.

La visite guidée dure environ 40 minutes, avec des vidéos projetées dans les tunnels. Prenez l’audioguide (en anglais) si on ne vous le propose pas spontanément, pour ma part la visite se déroulait uniquement en polonais donc sans l’audioguide, c’est compliqué :)

Tunnels du château

La visite nocturne

Régulièrement, des visites guidées du château de nuit sont organisées, souvent les vendredis et samedis. C’est disponible uniquement en polonais mais si vous avez déjà visité le château de jour, ça peut être une expérience complémentaire à vivre. Cette visite dure environ 1h30, s’effectue à la lanterne et passe par des zones inédites du château, comme les caves de la famille Hochberg ou leur ancienne salle de cinéma.

Vous pouvez surveiller les prochaines dates de visites de nuit ici et réserver en ligne ici en choisissant parmi les différents parcours de visite proposés.

Le mausolée de la famille Hochberg

Je vous l’ai raconté, la famille Hochberg a occupé le château pendant 400 ans… et ils possédaient au sein même de la propriété un mausolée où étaient enterrés les membres de la famille. Initialement, l’endroit avait été construit comme pavillon d’été au cœur du jardin. Ce n’est qu’en 1883 qu’il a pris sa fonction funéraire, avec la construction d’une crypte sous la maison.

On y trouve notamment un « sarcophage communicant » à 3 places… pour Hans Heinrich XI et ses deux femmes… ou encore un sarcophage de bébé, pour la fille de Hans Heinrich XV et de la princesse Daisy, décidée peu après sa naissance. Aujourd’hui, tous les sarcophages sont vides et cela fait depuis 1945 que le mausolée n’est plus utilisé comme lieu de sépulture… mais on peut le visiter.

Mausolée de la famille Hochberg
Mausolée de la famille Hochberg

Visiter les serres de la « Palmhouse » non loin du château

Pour achever la journée de visite, vous pouvez aller faire un tour dans ces serres situées à 2 km environ du château de Ksiaz. On peut y accéder à pied très facilement, en traversant un pré par un petit chemin piéton. Les serres, construites entre 1911 et 1914, ont été un cadeau du prince Hans Heinrich XV à son épouse Daisy.

La serre n’est pas immense (environ 1900 m²) et pas « incontournable » par rapport à ce que l’on peut voir dans de grandes villes mais elle reste jolie, elle abrite environ 250 espèces différentes. On y croise aussi des poissons, de petites et grosses tortues dans un joli espace avec fond d’eau et pierre chauffée par une lampe…

On peut acheter des plantes sur place et si vous aimez la nature, c’est difficile de résister au vu des prix. Des orchidées magnifiques à moins de 10€, des echeverias, des cactus, des terrariums pour plantes…

On trouve également un café au milieu des serres, avec de petits « boxes » pour boire un verre, certains peuvent accueillir 4 à 6 personnes, d’autres sont plus intimistes pour une ou deux personnes.

Les serres de Walbrzych
Les serres de Walbrzych

On peut ensuite reprendre un bus pour la gare de Wałbrzych, il y a un arrêt à deux pas des serres, en traversant la route à la sortie et en marchant à peine 2 minutes vers la gauche.

Passer la nuit dans l’hôtel de Ksiaz

Si vous souhaitez vivre une expérience « princière », sachez qu’il existe un hôtel dans l’enceinte même du château, réparti sur trois bâtiments rattachés à celui-ci. Il peut accueillir environ 80 personnes, avec des chambres simples, doubles, triples, des suites et des appartements, une salle de jeux pour les enfants, etc.

Ca permet de passer la nuit au plus proche du château, dans un cadre hors norme qui a accueilli par le passé des rois, des reines, des empereurs et des tsars… mais aussi d’aller profiter de la région.

Vous pouvez voir des photos du Ksiaz Hotel et le prix des chambres ici.

Comment visiter le château de Ksiaz avec un guide ?

Si vous n’avez pas de voiture et n’êtes pas à l’aise avec l’idée de prendre le train et le bus en Pologne, vous pouvez aller au château via une excursion avec guide, on en trouve de très intéressantes au départ de Wroclaw.

Vous pouvez notamment regarder cette visite guidée de 8h (en anglais), qui inclut la visite du château et de ses tunnels, puis celle de l’église de la paix de Swidnica, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est une excursion privée donc vous aurez le guide « rien que pour vous ».

Il existe également ce circuit identique mais un peu plus rapide (6h), qui vous permet d’être de retour à Wroclaw en milieu d’après-midi pour profiter du reste de votre journée.

Et si vous êtes passionné par l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, jetez un œil à cette visite guidée qui inclut le château de Ksiaz mais aussi le « projet Riese », des complexes militaires souterrains conçus pour les nazis sous le Troisième Reich et créés en grande partie par des détenus juifs extraits des camps de concentration pour cette tâche éreintante.

Informations pratiques pour visiter le château de Ksiaz

Accéder au château de Ksiaz

Si vous n’avez pas de voiture, sachez que le château est accessible par les transports en commun. Depuis Wroclaw par exemple, il ne faut que 55 minutes de train pour rejoindre la gare de Wałbrzych Miasto (vous pouvez écouter la prononciation du nom de la ville ici), on peut acheter un billet au guichet tout simplement et il y a en moyenne un train par heure.

Une fois à la gare, vous sortez à gauche sur la grande route qui longe celle-ci et allez à l’arrêt du bus n°8 (l’arrêt s’appelle « Armii Krajowej – Dworzec Miasto », il est juste après un Crédit Agricole et une pharmacie).

Bus vers le château de Ksiaz

Il faut prendre un bus ayant pour terminus « Jezdiecka – Zamek Ksiaz » et descendre justement au terminus. En alternative, vous pouvez aussi descendre à « Jezdziecka – Piastow Slaskich » (à 10 minutes à pied du château).

Pour vous donner une idée, pour le train aller-retour + le bus, j’en ai eu pour moins de 10€. Vous pouvez consulter les horaires des trains à l’avance sur le site e-podróżnik.pl.

Si vous venez en voiture, l’adresse du château est 1, ulica Piastow Slaskich à Wałbrzych. Comptez 1h15 de trajet environ « hors heure de pointe ». Il existe un grand parking réservé aux visiteurs, accessible directement depuis la route DK35. Attention : n’allez pas au parking « hôtel Ksiaz » (réservé aux clients de l’hôtel du château) mais bien au parking visiteurs, un peu plus loin.

Accès au parking du château de Ksiaz
Accès au parking

Billets pour le château de Ksiaz et horaires d’ouverture

Vous pouvez acheter des billets pour le château au guichet mais aussi en ligne, à l’avance. Les formules de visite sont très flexibles. Il existe un « All Day Ticket » qui permet d’accéder à tout (château, souterrains, serres, écuries, mausolée) mais aussi des billets plus restreints (château + souterrains + serres, château + écuries + serres, château + serres, souterrains uniquement, mausolée uniquement, terrasses + serres, serres uniquement)…

Le billet le plus complet, le « All Day Ticket », coûte l’équivalent de 17 euros à l’heure où j’écris l’article.

Le château et les serres ouvrent en général à 9h le matin et ferment entre 17h et 19h selon la saison et le jour de la semaine.

Parc du château de Ksiaz

Combien de temps dure la visite du monument ?

Pour organiser votre journée, retenez que depuis l’entrée du château de Ksiaz, il faut environ :

  • 8 minutes de marche pour aller à l’entrée des souterrains ;
  • 9 minutes de marche jusqu’aux écuries ;
  • Même durée pour rejoindre le mausolée ;
  • 25 minutes à pied pour aller jusqu’aux serres.

Comptez 1h à 2h pour le château, 45 minutes de visite guidée pour les souterrains, idem pour les serres… et pour le reste, c’est en fonction de votre intérêt pour le sujet. Pour ma part, le temps d’aller à Wałbrzych, de visiter les lieux en profitant aussi du parc et de la forêt, de déjeuner, j’y ai passé la journée.

C’est toujours très agréable de découvrir ce genre de monument méconnu à l’international mais qui fait partie de l’histoire de sa région. Ca permet aussi de quitter les « grandes villes » de Pologne pour explorer des endroits un peu plus reculés et avoir vraiment l’impression d’avoir vu un pays « de l’intérieur ». Pour compléter cet article, vous pouvez lire mes conseils pour préparer un voyage à Wroclaw, une ville qui m’a beaucoup plu !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.