Château de Maisons-Laffitte : visite du chef d’œuvre de François Mansart



Aujourd’hui, je vous emmène au château de Maisons-Laffitte dans les Yvelines. A deux pas de Paris, le château de Maisons est un édifice assez méconnu, très lié à l’architecte François Mansart.

Il fait partie des nombreuses propriétés chargées d’histoire que l’on peut explorer dans la région et je vous propose de le découvrir : une visite du château de Maisons-Laffitte ponctuée d’anecdotes, ainsi que des informations pratiques sur l’accès, le tarif et les horaires d’ouverture !

Le château de Maisons-Laffitte, chef d’œuvre de François Mansart

Aujourd’hui, Maisons-Laffitte est une jolie ville des Yvelines où il fait bon vivre… mais pour comprendre l’histoire du château de Maisons, il faut remonter le temps vers l’époque où la commune s’appelait Maisons-sur-Seine.

Nous voilà donc au début du 17e siècle. Maisons-sur-Seine est une seigneurie, qui appartient à la famille de Longueil. Celle-ci fait partie de ce que l’on appelle la « noblesse de robe », des nobles impliqués dans le gouvernement et notamment la finance et la justice. Jean VIII de Longueil, magistrat à la Chambre des Comptes, entretient de bonnes relations avec la famille royale.

Maisons est bien située par rapport aux terres de chasse plébiscitées par les Rois… et est donc une halte idéale pour un repas ou une collation post-chasse. Jean VIII de Longueil a régulièrement le privilège d’accueillir Louis XIII, d’abord en tant que dauphin de France puis en tant que Roi.

L’homme a déjà 56 ans quand Louis XIII devient Roi, un âge relativement avancé pour l’époque, et n’entreprend pas de grand projet sur ses terres. En revanche, quand il meurt et que son fils René de Longueil hérite de la seigneurie de Maisons à l’âge de 34 ans, il décide d’investir un peu afin d’accueillir le Roi dans de meilleures conditions (il est toujours pertinent de se faire bien voir à la Cour !).

René de Longueil est riche. D’abord parce qu’il a reçu un gros héritage de son père, mais aussi parce qu’il a épousé une femme très riche, Madeleine Boulenc de Crèvecœur, dont il a touché une dot conséquente. La pauvre est décédée très jeune, laissant René de Longueil seul et fortuné.

Alors il fait appel à un homme qui commence à avoir une certaine réputation dans le petit monde de l’architecture : François Mansart. L’architecte est connu pour son travail… mais aussi pour sa manière très particulière de facturer ! En effet, François Mansart construit… mais si le résultat ne lui plaît pas, il détruit et recommence (ce qui, bien entendu, entraîne des frais de construction conséquents).

Et en l’occurrence, le château de Maisons en a fait les frais puisqu’après avoir construit une aile, Mansart s’est rendu compte que ça ne lui plaisait pas et a tout recommencé !

Façade du château de Maisons-Laffitte côté cour
Façade du château de Maisons-Laffitte côté cour

François Mansart s’est assez largement inspiré d’un château qu’il avait construit plus tôt dans sa carrière, le château de Balleroy. Il en a repris certains éléments, comme les toits en forme de pyramide, écrêtés (que l’on surnomme d’ailleurs les « toits Mansart »), ou encore la présence d’un lanternon sur le toit.

La construction du château dure une dizaine d’années mais l’édifice sera par la suite complété par de grandes écuries, des jardins, etc. Le chantier a été brièvement interrompu à une période car René de Longueil a été suspecté de malversations financières par le Roi (le jeune Louis XIV) et arrêté. Le Roi lui a alors retiré sa fonction de Surintendant des Finances et l’a condamné à l’exil sur ses terres.

René de Longueil a profité de cette période pour étendre son patrimoine immobilier en rachetant des terres voisines. Son exil n’a au final duré que 5 ans et le Roi a fini par revenir à Maisons.

Je vous raconterai un peu plus tard comment le château est arrivé jusqu’à notre époque et comment Maisons-sur-Seine est devenue Maisons-Laffitte… mais dans l’immédiat, nous allons justement nous intéresser à la visite du château de Maisons-Laffitte !


Le château de Maisons-Laffitte : visite

Je vous ai montré un peu plus haut une photo du château de Maisons vu de l’extérieur. Il faut imaginer qu’à sa « grande époque », il s’inscrivait dans tout un aménagement paysager des environs… car vous vous en doutez, il n’y avait pas les propriétés que l’on retrouve à l’heure actuelle aux abords du château !

Autrefois, le domaine de Maisons était entièrement fermé par un mur de pierre et possédait deux entrées :

  • Une à l’ouest, donnant directement sur la forêt de Saint-Germain… terrain de chasse adoré des Rois. Cette entrée était donc surnommée « l’entrée du Roi ».
  • Une à l’est, donnant sur le village (« l’entrée du village »).

Ces deux entrées permettaient d’accéder à des parcs, un petit de 33 hectares et un grand de 300 hectares. Actuellement, si vous vous baladez à Maisons-Laffitte avant d’aller visiter le château, vous verrez encore la trace architecturale des grandes allées qui menaient à ces entrées, il s’agit de l’avenue Eglé et de l’avenue Albine.

Le château de Maisons-Laffitte lui-même possédait plusieurs avant-cours, était entouré d’un fossé, avec de petits ponts pour le franchir. On arrivait enfin dans la cour d’honneur, face au château dont la façade est construite de manière à le rendre plus « impressionnant » qu’il ne l’est vraiment.

Lors de la visite, vous découvrirez d’ailleurs une maquette du château tel qu’il était à l’époque.

Au sommet de la façade, on distingue deux visages qui se font face dans deux médaillons. Il s’agit de représentations de René de Longueil et de sa femme Madeleine Boulenc.

René de Longueil face à Madeleine Boulenc sur la façade du château de Maisons
René de Longueil face à Madeleine Boulenc sur la façade du château de Maisons

Vestibule d’honneur du château de Maisons

On pénètre normalement dans le château par le vestibule d’honneur (en raison de la pandémie de Covid-19, les circuits ont toutefois été modifiés et l’ordre de visite du château de Maisons-Laffitte n’est pas forcément l’ordre habituel).

Vestibule d'honneur du château de Maisons-Laffitte
Vestibule d’honneur du château de Maisons-Laffitte

Mansart a ici emprunté des éléments architecturaux à d’autres artistes et artisans, qu’il s’agisse de Michel-Ange (entablement du palais Farnèse) ou de Philibert Delorme (colonnes doriques du palais des Tuileries). Mais surtout, il a glissé de subtiles références à la famille de Longueil.

Ainsi, aux quatre coins du vestibule d’honneur, vous verrez des aigles, oiseaux réputés pour leur acuité visuelle remarquable (leur « long œil », donc !).

Les aigles du vestibule d'honneur - Château de Maisons
Les aigles du vestibule d’honneur – Château de Maisons

La porte du vestibule d’honneur côté cour est surmontée par une sculpture de Gilles Guérin représentant Cybèle, divinité de la nature et de la terre. Une référence au fait que lors de la construction du château, cet accès permettait notamment de rejoindre le grand parc du domaine de Maisons et les terres agricoles de Maisons-sur-Seine.

Les trois autres portes sont elles aussi surmontées de sculptures incarnant à la fois l’un des quatre éléments et la fonction de la porte.

  • La porte opposée qui donne sur la façade côté Seine porte une représentation de Neptune (l’eau).
  • A gauche, on retrouve Junon (l’air), avec une porte qui s’ouvre sur les appartements de René de Longueil. « L’air » était à l’époque considéré comme une manière de représenter le savoir.
  • A droite, la porte qui s’ouvre sur le grand escalier du château de Maisons-Laffitte porte une sculpture de Jupiter (le feu).

Les appartements de René de Longueil

Commençons par visiter les appartements du maître de maison, René de Longueil ! On peut y voir plusieurs salons et notamment une antichambre avec un grand billard. Du temps de René de Longueil, elle servait peut-être de salle d’attente, avant qu’un visiteur ne soit reçu par le maître des lieux, ou de bureau ! Ce n’est que plus tard qu’on l’on y installa un billard.

Si vous observez de près les colonnes qui ornent les murs, vous découvrirez que les apparences sont trompeuses : elles ne sont pas en marbre mais en bois peint !

On y voit aussi des portraits de différents propriétaires du château de Maisons. En effet, l’édifice a fini par sortir de la famille de Longueil… car l’arrière-petit-fils de René Longueil est mort à seulement 32 ans, laissant un fils décédé un an plus tard. Pas d’héritier direct… et un château qui se transmet peu à peu hors de la famille, au comte d’Artois ou encore au maréchal Lannes. Jusqu’à l’année 1818, où le château est acquis par le banquier Jacques Laffitte (vous le voyez arriver, le « Laffitte » ?).

Cette antichambre dessert plusieurs pièces, notamment la chambre de parade, alias « salon des captifs », avec une splendide cheminée que l’on doit aussi à Gilles Guérin, l’auteur des sculptures du vestibule d’honneur. Elle représente le roi Louis XIII, lié à la famille de Longueil, dans un médaillon entouré de deux captifs.

Le médaillon représentant Louis XIII, entouré de captifs
Le médaillon représentant Louis XIII, entouré de captifs

L’objectif de ce décor est de valoriser la puissance du Roi : chaque captif incarne l’une des victoires majeures du Roi lors de la Guerre de Trente Ans tandis que dessous, on distingue le Roi victorieux sur son char (une copie d’un bas-relief de la colonne Trajane à Rome, où Trajan a simplement été remplacé par Louis XIII).

Le salon des captifs, château de Maisons-Laffitte
Le salon des captifs, château de Maisons-Laffitte

Au château de Maisons-Laffitte, vous verrez aussi le cabinet de René de Longueil, avec un beau plafond peint, ainsi qu’une salle présentant différentes représentations du château.

On voit notamment une affiche qui annonce la vente en lots d’une partie du grand parc du domaine dans les années 1830. Que s’est-il passé ? Pourquoi le château a-t-il ainsi été amputé d’une partie de sa surface ?

Le plafond peint du cabinet de René de Longueil
Le plafond peint du cabinet de René de Longueil

A cette époque, il est entre les mains de Jacques Laffitte. Un prodige de la banque, devenu régent de la Banque de France à 42 ans. Mais si doué est-il dans sa vie professionnelle, Jacques Laffitte connaît aussi dans le privé quelques revers de fortune : il prête souvent de l’argent à des professionnels sans être remboursé… jusqu’au jour où il se retrouve criblé de dettes.

Pour s’en sortir, il décide de se séparer de quelques-uns de ses biens… mais pas n’importe comment : il fait lotir 307 hectares du parc de Maisons et organise une vente à grand renfort de publicité. Cela attire à l’époque pas mal de Parisiens aisés, qui voient là l’opportunité de se faire construire une belle maison de campagne.

Et pour aider les constructeurs à bâtir lesdites maisons, Laffitte fait raser les grandes écuries du château et leur vend les matériaux issus de la démolition à petit prix. C’est à cette époque que Maisons-sur-Seine devient « Maisons-Laffitte », prestige indéniable pour le banquier qui a contribué à faire naître la ville telle qu’elle est aujourd’hui !

C’est ce qui explique qu’aujourd’hui, le château de Maisons-Laffitte possède un parc finalement assez restreint, et soit entouré de jolies villas.

Mais revenons dans le vestibule d’honneur du château… et cette fois-ci, allons vers la droite.

Les appartements des salles à manger du comte d’Artois

Normalement, tout cet espace aurait dû être dédié à l’épouse de René de Longueil (les appartements de Monsieur à gauche, ceux de Madame à droite du vestibule)… mais comme je vous l’ai raconté, elle est décédée très jeune. On a donc pris l’habitude, très tôt dans la vie du château, de servir les repas dans l’antichambre de cet espace. Une manière symbolique de les rattacher à la maîtresse de maison absente.

Le compte d’Artois, devenu propriétaire du château à la fin du 18e siècle, a décidé de transformer officiellement les espaces du rez-de-chaussée en salles à manger. L’une accueillait plutôt des buffets tandis que la grande salle à manger, ornée de sculptures de Nicolas Lhuillier, permettait d’organiser des repas placés.

Salle à manger du comte d'Artois, Maisons-Laffitte
Salle à manger du comte d’Artois, Maisons-Laffitte

J’ai beaucoup apprécié cette pièce, où l’on image aisément le faste des dîners de l’époque…

Salle à manger du comte d'Artois, Maisons-Laffitte
Salle à manger du comte d’Artois, Maisons-Laffitte

On trouvait aussi un boudoir et une salle à manger d’hiver, la salle des stucs.

Ces espaces sont proches de l’entrée du sous-sol avec les cuisines et une partie des pièces de service. Le sous-sol est fermé au public en période de pandémie de Covid. Il faut cependant savoir que dans le château de Maisons, il y a le visible et l’invisible : au-delà des quatre grands espaces de vie que je vous présente dans l’article, il existait une foule de petites pièces dissimulées aux regards, d’escaliers dérobés qui permettaient aux domestiques de se déplacer discrètement dans le château.

L’escalier du château

J’ai particulièrement aimé l’escalier qui mène aux étages supérieurs du château. Il est basé sur le principe de la stéréotomie, qui consiste à découper des matériaux volumineux, notamment de la pierre, en fragments plus petits, pour concevoir des éléments architecturaux comme des voûtes ou des escaliers grâce à des assemblages complexes.

Ce qui est assez incroyable pour l’époque, c’est le fait que les parties supérieures de l’escalier soient suspendues, sans pilier de soutien. Si cela paraît banal aujourd’hui, c’était très rare à l’époque. Par ailleurs, vous verrez que la cage d’escalier, carrée dans sa partie basse, devient ovale puis circulaire dans sa partie haute, une autre originalité architecturale.

L'escalier d'honneur du château de Maisons-Laffitte
L’escalier d’honneur du château de Maisons-Laffitte

Lorsque l’on arrive sur le palier du premier étage, on découvre un décor riche… et ce n’est pas étonnant, car cet étage était « l’étage du Roi ». Après Louis XIII, Louis XIV lui-même est venu plusieurs fois au château, notamment lorsqu’il était de retour de chasse.

Les appartements du Roi

A droite, on pénètre justement dans l’appartement du Roi. Il commence par une grande salle de bal, avec un miroir qui semble en accentuer encore les volumes.

Salle de bal de l'appartement du Roi
Salle de bal de l’appartement du Roi

On accède ensuite au « salon d’Hercule »… qui porte ce nom car il y avait autrefois au-dessus de la cheminée une copie du tableau de Guido Reni, Hercule terrassant l’Hydre de Lerne. Aujourd’hui, on trouve à la place un portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud présent dans de nombreux monuments, comme aux Invalides à Paris.

Salon d'Hercule, château de Maisons-Laffitte
Salon d’Hercule, château de Maisons-Laffitte

Le décor est très beau, à la hauteur du prestige de l’hôte des lieux.

Détails du salon d'Hercule, château de Maisons-Laffitte
Détails du salon d’Hercule, château de Maisons-Laffitte

On peut également voir la chambre du Roi, une vaste pièce pourvue d’un lit à baldaquins.

Chambre du Roi, château de Maisons
Chambre du Roi, château de Maisons

Mais mon espace préféré reste le Cabinet aux miroirs, une petite pièce intimiste à la décoration soignée, dont on se servait pour la conversation ou les divertissements en petit comité. La pièce possède un superbe parquet en marqueterie (avec des bois précieux qui, pour certains, ont été importés d’Asie), un dôme peint au plafond, un lustre en cristal dont la lumière se reflétait sur les miroirs de Venise.

Cabinet aux miroirs, château de Maisons-Laffitte
Cabinet aux miroirs, château de Maisons-Laffitte
Cabinet aux miroirs, château de Maisons-Laffitte
Cabinet aux miroirs, château de Maisons-Laffitte

Les appartements du maréchal Lannes

A l’origine, ces appartements (à droite sur le palier du premier étage) étaient dédiés à la Reine ou, plus largement, aux femmes. Lorsque le maréchal Lannes est devenu propriétaire du château au début du 19e siècle, il a rénové les lieux dont la décoration était un peu démodée.

On peut notamment voir une première chambre très rose, puis la chambre dite « du maréchal Lannes ». En réalité, elle a surtout servi à Louise de Guéheneuc, sa femme… car le maréchal Lannes est mort sur un champ de bataille autrichien 5 ans seulement après avoir acheté le château. Il repose au Panthéon de Paris.

C’est Louise de Guéheneuc, d’ailleurs, qui décidera finalement de se séparer du château de Maisons pour le vendre à Jacques Laffitte.

Chambre du maréchal Lannes, château de Maisons
Chambre du maréchal Lannes, château de Maisons

Je ne vous ai pas montré l’ensemble des pièces du château de Maisons-Laffitte, mais simplement un petit aperçu de cette propriété qui a évolué au fil des époques, adaptant la fonction des pièces à son temps et leur décoration au goût des propriétaires successifs : René de Longueil, ses descendants, le comte d’Artois, le maréchal Lannes et sa veuve, Jacques Laffitte…

Le château a ensuite connu différents occupants jusqu’à être racheté par l’État au début du 20e siècle. Il a très vite été ouvert au public, dès 1912… et c’est ce qui vous permet d’aller le visiter encore aujourd’hui.

Informations pratiques sur le château de Maisons-Laffitte

Accès au château

L’accès au château de Maisons s’effectue par le 2, avenue Carnot à Maisons-Laffitte dans les Yvelines. Il faut compter moins de 10 minutes à pied depuis la station de RER A « Maisons-Laffitte ».

Durée de la visite

Le château de Maisons-Laffitte est, en soi, un « petit château » donc on peut très vite en faire le tour. Je vous recommande vivement de prendre l’audioguide gratuit, qui vous racontera vraiment l’histoire des lieux, attirera votre attention sur certaines particularités architecturales. Je l’ai trouvé plutôt intéressant !

En profitant de l’audioguide, la visite dure entre 1h30 et 2h.

Notez que les jardins côté Seine sont inaccessibles depuis juin 2020 car ils sont en train d’être complètement réaménagés et restaurés sous la supervision de l’Architecte en Chef des Monuments Historiques.

Vue sur le château de Maisons, côté Seine
Vue sur le château de Maisons, côté Seine

Horaires d’ouverture du château

A la belle saison (16 mai-15 septembre), le château est ouvert de 10h à 12h30 et de 14h à 18h, tous les jours sauf le mardi.

En basse saison (16 septembre-15 mai), il est ouvert de 10h à 12h30 et de 14h à 17h, tous les jours sauf le mardi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai.

Le dernier accès s’effectue 30 minutes avant la fermeture.

Tarif de la visite du château de Maisons-Laffitte

L’accès au château coûte 8€ à l’heure où j’écris cet article.

Comme il s’agit d’un Monument national, vous pouvez aussi profiter de certaines conditions de gratuité : la visite est par exemple gratuite pour les moins de 18 ans, les 18-25 ans ressortissants de l’Union Européenne ou résidant en France, les personnes handicapées et leur accompagnateur, les titulaires du Pass Éducation ou encore les demandeurs d’emploi sur justificatif.

Location du château de Maisons-Laffitte

Si vous cherchez un endroit exceptionnel pour organiser un événement, sachez que la location du château de Maisons-Laffitte est possible, pour une soirée d’entreprise, une visite privée tardive ou autre.

Vous pouvez retrouver toutes les informations sur les salles disponibles, leur capacité d’accueil et les coordonnées pour obtenir des informations sur la location du château via cette page web.

Je terminerai cet article par une citation de Charles Perrault, qui écrivait au sujet du château : « Le château de Maisons, dont Mansart a fait tous les bâtiments et les jardinages, est d’une beauté si singulière qu’il n’est point d’étranger qui ne l’aille voir comme l’une des plus belles choses que nous ayons en France ».

A l’heure du bilan, j’ai pour ma part été un peu déçue par la visite. L’accueil était charmant, certaines pièces m’ont enchantée (comme la salle de bal et le salon d’Hercule adjacent ou encore la grande salle à manger) mais j’ai eu malgré tout le sentiment d’une visite un peu « décousue », passant d’une époque à une autre sans que l’on se sente vraiment « immergé » dans l’histoire du château.

Néanmoins, ça reste une visite intéressante pour sortir un peu des « grands classiques » que l’on trouve autour de Paris (le château de Versailles, Vaux-le-Vicomte, le château de Chantilly, Fontainebleau ou encore Pierrefonds) !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.