A la découverte du cimetière Saint-Jean de Nuremberg et des jardins voisins…


Chaque année, autour de la Toussaint, je vous emmène découvrir un cimetière quelque part dans le monde… et cette année, j’ai choisi le cimetière Saint-Jean de Nuremberg… Quand on part dans un pays étranger, visiter le cimetière local est parfois une aventure très riche pour percevoir des différences culturelles.

Les premières traces du cimetière Saint-Jean (St Johannisfriedhof en allemand) datent de plus de 10 siècles et son histoire est très liée à celle de grandes épidémies en Europe. Je vous raconte tout ça dans cet article !

Jardins secrets de Nuremberg

Lorsque mon séjour à Nuremberg touchait à sa fin, j’avais fait le tour des principales curiosités locales et je cherchais donc à explorer des facettes un peu moins connues de la ville. C’est comme ça que je me suis retrouvée dans le tramway, ligne 6, en direction d’un cimetière…

Il possède sa propre station de tramway, St Johannisfriedhof (cimetière Saint-Jean) mais je suis descendue un peu avant, à Nürnberg Hallerstraße car il y a deux petits jardins à proximité qui valent le détour pour sortir des sentiers battus.

Le Barockgarten, pour commencer, se cache derrière une lourde porte de ville en bois, fermée, au n°13 de la Johannisstraße. On peut y entrer entre avril et octobre et il faut vraiment connaître pour franchir la porte tellement on ne soupçonne pas qu’il y a un jardin caché à cet endroit.

Le petit Barockgarten, trouvaille insolite à Nuremberg
Le petit Barockgarten, trouvaille insolite à Nuremberg
La fontaine centrale du Barockgarten de Nuremberg
La fontaine centrale du Barockgarten de Nuremberg

Un peu plus loin sur la même rue, autour des n°43 à 47, se trouve un deuxième jardin, les Hesperidengärten. On y trouve de jolies fontaines, des statues et même des écureuils !

Les fontaines des Hesperidengärten de Nuremberg
Les fontaines des Hesperidengärten de Nuremberg
Le calme des Hesperidengärten
Le calme des Hesperidengärten
Une sculpture rieuse aux Hesperidengärten
Une sculpture rieuse aux Hesperidengärten
Un écureuil pris sur le vif
Un écureuil pris sur le vif

Ces jardins ont vu le jour au Moyen-Age. A l’époque, les riches commerçants de la ville installés à l’extérieur des remparts avaient décidé de copier les jardins d’agrément des nobles en « petit format ». Plus de 300 jardins ont ainsi été créés.

Le cimetière Saint-Jean, dernière demeure du peintre Albrecht Dürer

Le St Johannisfriedhof se situe un peu plus loin sur la même route, à l’ouest de Nuremberg, et est aujourd’hui le cimetière le plus connu de la ville, notamment parce qu’il abrite la tombe du peintre Albrecht Dürer, né et mort à Nuremberg.

Tombe d'Albrecht Dürer au cimetière Saint Jean de Nuremberg
Tombe d’Albrecht Dürer au cimetière Saint Jean de Nuremberg (à droite)

Comme beaucoup de jeunes de son époque (1471-1528), Dürer a appris un métier à l’adolescence (l’orfèvrerie) mais face à son talent pour la peinture et le dessin, son père l’a autorisé à faire un apprentissage dans l’atelier d’un peintre. Par la suite, il a beaucoup voyagé : Allemagne, Suisse, Italie, France, Autriche, Hollande, des voyages entrecoupés de retours à Nuremberg. A partir de 1512, il est devenu peintre officiel à la cour, ce qui lui a aussi valu une grande reconnaissance.

Albrecht Dürer a réalisé de nombreux autoportraits mais aussi des gravures, des dessins au réalisme saisissant et bien sûr, des aquarelles et gouaches représentant Nuremberg et les villes traversées lors de ses voyages.

Le lièvre d'Albrecht Dürer
Le lièvre d’Albrecht Dürer
La tréfilerie sur la Pegnitz à Nuremberg
La tréfilerie sur la Pegnitz à Nuremberg

Sur sa tombe, on peut lire un message en latin invitant à lui rendre hommage : « Passant, dépose des fleurs sur sa tombe ». Mais ce n’est pas la tombe la plus ancienne du cimetière…

St Johannisfriedhof et la grande épidémie de peste

On trouve les traces d’un cimetière dans le quartier Saint-Jean dès le 10ème siècle… mais il ne se développe pas tout de suite. Le quartier va d’abord jouer un rôle important dans deux grandes épidémies : la lèpre et la peste.

La terreur de la lèpre

En 1234, on construit à proximité du cimetière un « Siechkobel », c’est-à-dire une léproserie… et le cimetière devient le « cimetière des lépreux » (le Leprosenfriedhof).

Il faut se rappeler qu’à l’époque, peu de gens savaient lire, la Bible faisait souvent la pluie et le beau temps et la lèpre y était décrite comme un signe d’impureté, une impureté qui pouvait se transmettre à tout : la maison du lépreux devenait impure, les objets qu’il avait touchés aussi, même chose pour les gens qui avaient rendu visite au lépreux.

De ce fait, on isolait les malades en les chassant des villes ou en les enfermant dans des léproseries et à chaque déplacement, le lépreux devait agiter un instrument pour faire du bruit et signaler sa présence.

Ça allait très loin, avec des rituels de purification, des vêtements spécifiques, des rituels qui excluaient le lépreux de la société… Ca explique sans doute pourquoi, aujourd’hui, la lèpre garde une image effrayante et dramatique dans l’imaginaire collectif.

Une sculpture du cimetière St Jean de Nuremberg
Une sculpture du cimetière St Jean de Nuremberg
Une sculpture du cimetière St Jean de Nuremberg
Une sculpture du cimetière St Jean de Nuremberg

Les ravages de la peste

Un siècle et demi plus tard, en 1395, on décide que le cimetière accueillera les corps des victimes de la peste et on crée sur place une chapelle, la Stephanuskapelle (qui existe encore sous le nom de Holzschuherkapelle). La ville de Nuremberg a lancé un énorme projet de rénovation de la chapelle en 2017, qui devrait se poursuivre jusqu’à l’automne 2018.

La peste, voilà encore une épidémie terrifiante et terriblement meurtrière. On a du mal aujourd’hui à mettre une réalité sur des chiffres qui font froid dans le dos : en 5 ans, elle aurait anéanti près de la moitié de la population d’Europe. Ça a conduit à des mesures drastiques pour essayer d’endiguer la propagation de la maladie.

A Nuremberg en particulier, on modifie totalement les pratiques en matière d’enterrement. Avant, les gens étaient enterrés dans leur quartier, près de leur paroisse. Mais les autorités estiment que le risque de contagion est trop grand et trop menaçant pour la ville. En 1518, on transforme donc le cimetière du quartier Saint-Jean (à l’extérieur de la ville) en « Pestfriedhof », cimetière destiné aux malades de la peste… et on commence aussi à enterrer à cet endroit les citoyens du quartier de St Sebald.

C’est comme ça que le St Johannisfriedhof commence à se développer.

Porter sa croix... au sens propre - Sculpture du St Johannisfriedhof à Nuremberg
Porter sa croix… au sens propre – Sculpture du St Johannisfriedhof à Nuremberg

Le cimetière Saint-Jean, couleur et partage

Ce qui m’a d’abord frappée dans ce cimetière de Nuremberg, c’est la vie qui s’en dégage… En France, je trouve toujours ça très triste de croiser des tombes à l’abandon, de voir des sépultures fleuries côtoyer des tombes ignorées de tous. Au St Johannisfriedhof, j’ai été surprise par une explosion de couleurs, de jolies fleurs parfaitement entretenues.

Le cimetière Saint Jean à Nuremberg
Le cimetière Saint Jean à Nuremberg

Bien sûr, il y a des tombes plus ou moins grandioses… mais on n’a pas l’impression que certaines soient délaissées. Il y a des endroits où on trouve plein d’arrosoirs, des fontaines pour les remplir et j’ai vu plusieurs personnes arroser non seulement les fleurs sur la tombe de leurs proches mais aussi les fleurs des tombes voisines au passage.

Une pierre tombale imposante au St Johannisfriedhof
Une pierre tombale imposante au St Johannisfriedhof

Beaucoup de fleurs sont plantées en pleine terre pour éviter qu’elles ne se fanent et surtout, les gens peuvent planter des choses directement sur la tombe, en lieu et place d’une pierre tombale. Fleurs, plantes, arbustes, jeunes pousses de pin, il y avait un peu de tout et ça donne de la vie au cimetière.

Une tombe très nature
Une tombe très nature

L’église qui se trouve au milieu affiche une couleur orange flamboyante qui contribue elle aussi à égayer l’atmosphère.

L'église colorée et les fleurs du cimetière Saint Jean de Nuremberg
L’église colorée et les fleurs du cimetière Saint Jean de Nuremberg
Sculpture et fleurs au cimetière Saint Jean
Sculpture et fleurs au cimetière Saint Jean

C’est une visite qui sort un peu de l’ordinaire mais si vous avez l’occasion de vous aventurer dans cette partie de la ville, n’hésitez pas à y faire un tour…


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !