Le Fort de Sucy, une construction étonnante pour protéger Paris


Aujourd’hui, je vais vous faire découvrir un endroit très surprenant : le fort de Sucy… Un véritable fort à côté de Paris ! Il est remis en état par une équipe de passionnés, qui accueille régulièrement les visiteurs pour raconter l’histoire et les secrets du lieu.

C’est une partie de l’histoire de Paris que l’on connaît assez peu… et comme j’ai eu l’occasion de visiter le fort de Sucy il y a quelques mois, j’ai envie de partager avec vous quelques images !

Le fossé vu depuis l'entrée du Fort de Sucy à Sucy-en-Brie
Le fossé vu depuis l’entrée du Fort de Sucy à Sucy-en-Brie

Les forts d’Ile-de-France, une protection pour Paris

Pour comprendre pourquoi il y a des forts autour de Paris, il faut remonter le temps. Au 17e siècle, Paris a cessé d’être une ville fortifiée et s’est ouverte sur l’extérieur à l’initiative de Louis XIV.

Une initiative critiquée, notamment par Vauban, qui a clairement laissé entendre que c’était risqué sur le plan militaire de laisser la ville sans aucune protection.

Pourtant, il faut attendre deux siècles pour qu’on se pose à nouveau la question de fortifier Paris pour la protéger des invasions. Le climat politique est tendu, Paris a dû subir l’occupation au début du 19e siècle et on se met à réfléchir à la création d’un nouveau système de défense.

Évidemment, ça ne se fait pas en un jour ! Il y a une foule de discussions, de plans… On se décide pour un mélange entre des murs d’enceinte fortifiés et des forts, placés sur les hauteurs autour de Paris pour voir l’ennemi arriver de loin !

En 1840, une ceinture fortifiée commence à entourer Paris (Enceinte de Thiers), avec des forts comme celui du Mont-Valérien à Suresnes ou encore le Fort de Vincennes et le Fort de Charenton.

Problème : on s’aperçoit que les Prussiens ont une artillerie très performante… Leurs canons peuvent tirer très loin et concrètement, les forts de cette Première Ceinture fortifiée sont trop proches de Paris pour protéger réellement la capitale.

On construit alors une deuxième ceinture de forts, un peu plus loin, en banlieue, sous la supervision du Général Séré de Rivières… et en 1880, on y trouve le Fort de Sucy mais aussi bien d’autres forts (Fort de Saint-Cyr, Fort de Villeneuve-St-Georges par exemple).

Pendant la Première Guerre Mondiale, les canons prussiens ont encore progressé et tirent à des distances de plus en plus grandes… au point qu’il faut à nouveau éloigner les canons français de Paris ! On en place par exemple dans la Forêt Notre-Dame (à cheval sur le Val-de-Marne et la Seine-et-Marne).

Voici une carte qui montre tous les forts autour de Paris avec, en bleu, la Première Ceinture fortifiée (1840) et en rouge, la Deuxième Ceinture fortifiée (1880) avec, en vert, des constructions (encore plus excentrées) de la Première Guerre Mondiale.

Fortifications autour de Paris
Fortifications autour de Paris

Le fort de Sucy, un camp de base pendant la Première Guerre Mondiale

En 1870, la France s’engage dans une guerre franco-prussienne… qu’elle perd très vite au début de l’année 1871. On décide alors de construire le Fort de Sucy, qui sort de terre entre 1879 et 1881. Semi-enterré, il est construit en pierre de taille, à l’emplacement dont les Prussiens s’étaient servi pour bombarder la région de Saint-Maur-des-Fossés.

Sa mission est simple : permettre la surveillance de deux routes stratégiques (l’axe Paris-Strasbourg et l’axe Paris-Mulhouse) pour guetter les éventuels envahisseurs venus de l’Est !

Le Fort de Sucy, construit entre 1879 et 1881
Le Fort de Sucy, construit entre 1879 et 1881

Pendant la Grande Guerre, le fort de Sucy approvisionne le « camp mobile » installé en pleine forêt de Notre-Dame. On stocke dans son enceinte les munitions mais aussi de quoi nourrir les soldats et coucher des hommes dans une caserne rudimentaire.

Quand on arrive au fort, on constate d’abord qu’il est construit dans un virage… juste à côté d’un cimetière. Ce virage permettait d’éviter les tirs directs : empêcher un ennemi de placer son canon face à l’entrée du fort… et de tout balayer sur son passage.

On retrouve ces virages absolument partout à l’intérieur de l’enceinte du fort. Que des lignes courbes, qui empêcheraient n’importe quel boulet de canon de foncer en ligne droite.

Rue du Rempart - Fort de Sucy
Rue du Rempart – Fort de Sucy

Il y a partout des « meurtrières » qui permettaient à des soldats de faire le guet, des grilles contre lesquelles les balles pouvaient ricocher… L’avant-cour à l’entrée du Fort de Sucy est d’ailleurs appelée « Avant-cour de fusillade »… et nul doute qu’aucun homme n’aurait pu résister bien longtemps au feu des soldats en s’aventurant ici.

Entrée du Fort de Sucy - Val-de-Marne
Entrée du Fort de Sucy – Val-de-Marne

A l’entrée, se trouve aussi un véritable pont-levis. Malgré son poids (entre 5 et 7 tonnes), il pouvait être baissé par un seul homme.

Il restait néanmoins fragile car en cas de destruction des parties latérales servant à ouvrir/fermer le pont, il serait resté bloqué dans sa position du moment. Ce type de dispositif n’a donc jamais été utilisé près des frontières avec l’Allemagne, car jugé trop hasardeux.

Voici une photo prise sous le pont en question, qui montre la robustesse de sa construction !

Le pont à l'entrée du Fort de Sucy
Le pont à l’entrée du Fort de Sucy

Une fois que l’on franchit la porte, on se trouve face à un petit espace aménagé avec un four à pain, encore fonctionnel (lors des Journées du Patrimoine, un boulanger vient fabriquer du pain ici pour les visiteurs).

A l’époque, le four était approvisionné en farine depuis Vincennes… et on y fabriquait du pain, à partir de 1914, pour les soldats installés en Forêt de Notre-Dame.

Le Four à Pain du Fort de Sucy
Le Four à Pain du Fort de Sucy

On repère également une salle… et notre guide (portant un uniforme d’époque !) demande à l’assemblée : « Alors, à votre avis, à quoi servait cette salle ? » Un enfant contemple pensif, les grilles accrochées au mur en hauteur et s’exclame : « Des paniers de basket !!! »

Mignon :) Mais ce n’était pas la bonne réponse : la salle permettait d’accueillir quelques chevaux, ceux des officiers… et les « paniers de basket » étaient leurs mangeoires.

C’est aussi là que se trouvaient les bureaux du commandement du fort et de son service de radiotélégraphie. « Le smartphone à l’ancienne », traduit le guide pour les plus jeunes :)

Voici le bâtiment depuis l’extérieur…

Les bureaux du commandement du Fort de Sucy
Les bureaux du commandement du Fort de Sucy

A l’intérieur du fort de Sucy

A l’intérieur du fort de Sucy, on découvre les restes de la grande caserne qui se trouvait là.

La caserne du Fort de Sucy dynamitée par les Allemands
La caserne du Fort de Sucy dynamitée par les Allemands

Le fort pouvait accueillir simultanément 372 hommes et 10 officiers… et on y trouvait une sorte de symétrie, avec 3 latrines de chaque côté quand on se tient face à la caserne. 3 latrines réservées aux 10 officiers… et 3 latrines pour les autres hommes. Inégalité, quand tu nous tiens ;)

Bâtiment ayant résisté à l'explosion de la caserne
Bâtiment ayant résisté à l’explosion de la caserne

La caserne a été dynamitée le 22 août 1944 par l’armée allemande… et un peu d’imagination est nécessaire pour se projeter dans son apparence de l’époque ! Une maquette, à la fin de la visite du fort de Sucy, montre la caserne (au centre) telle qu’elle était à l’époque.

Maquette du Fort de Sucy
Maquette du Fort de Sucy

Nous commençons à faire le tour du propriétaire… et on apprend plein de choses ! On découvre l’endroit où les hommes fabriquaient les munitions à partir de poudre noire et de sacs de soie que l’on chargeait dans les obus pour les propulser.

La poudre noire était très efficace… mais aussi très explosive ! Il fallait donc à tout prix éviter les étincelles : les hommes travaillaient donc en sabots… et bien entendu, il n’était pas question de placer des lampes dans la pièce ! On avait donc construit un couloir parallèle à la pièce de travail, où l’on plaçait les lampes : ce couloir d’éclairage limitait les risques d’explosion.

Le couloir d'éclairage
Le couloir d’éclairage

Le fort de Sucy pouvait tout de même stocker 67 tonnes de poudre… de quoi faire un sacré feu d’artifice !

Au fil de notre exploration du fort de Sucy, nous découvrons tout son fonctionnement : les caponnières, une plateforme de tir, les traverses-abris qui permettaient de mettre les munitions et les artilleurs à l’abri des tirs…

Plateforme de tir dans le fort
Plateforme de tir dans le fort
Les secrets du Fort
Les secrets du Fort
Les secrets du Fort
Les secrets du Fort

On s’aperçoit aussi qu’en réalité, ce bel ouvrage s’est vite retrouvé dépassé par les progrès de l’artillerie… et n’a jamais vraiment servi. Enfin, ce n’est pas tout à fait vrai : il a servi à titre dissuasif. Il était là, sur la route de l’ennemi… mais aucun combat ne s’est déroulé entre ses murs.

Le fort de Sucy, entre les mains de passionnés

En 1970, la commune de Sucy-en-Brie, où se trouve le fort, a décidé de le racheter… et depuis 1996, l’association « A La Découverte du Fort de Sucy » s’implique pour lui redonner sa splendeur d’autrefois. Le samedi et le mercredi, ils viennent et font divers travaux de nettoyage, de maçonnerie ou de menuiserie pour préserver le Fort de Sucy.

C’est agréable de sentir que l’on a affaire à de vrais passionnés !

Notre guide pour une visite en uniforme du Fort de Sucy
Notre guide pour une visite en uniforme du Fort de Sucy

Le Fort accueille aussi un endroit encore plus surprenant : des caves… où la Confrérie des coteaux de Sucy fabrique un vin culturel local ! Il existe ici un petit écomusée… là encore aux mains de véritables passionnés !

Ils ont fondé une confrérie, avec ses grades, son uniforme… et dans ce musée de poche, on découvre les outils qui servent à la récolte, l’ancien pressoir utilisé pour extraire le jus des raisins… avant de descendre à la cave.

C’est là que le vin, issu d’une vigne locale, est préparé dans 4 cuves et mis en bouteille. Une toute petite production, donc :)

Cuves de la Confrérie des Coteaux de Sucy
Cuves de la Confrérie des Coteaux de Sucy
Mise en bouteille - Vin des Coteaux de Sucy
Mise en bouteille – Vin des Coteaux de Sucy

C’est là, aussi, que la confrérie se réunit ! Ils travaillent dans les vignes chaque samedi à partir du printemps, en fonction des bonnes volontés… ce qui leur donne ensuite le droit de bénéficier de quelques bouteilles de vin.

En effet, le vin des Coteaux de Sucy ne peut pas être commercialisé car il ne s’inscrit pas dans tous les protocoles ultra-réglementés de fabrication du vin. Par ailleurs, le label « bio » est payant… et la petite Confrérie n’aurait pas les moyens de l’acheter pour labelliser son vin. Alors ils ont fait de cette activité une « simple passion », qu’ils partagent dans une ambiance conviviale !

L'heure de la dégustation du Vin des Coteaux de Sucy
L’heure de la dégustation du Vin des Coteaux de Sucy

J’ai pu profiter d’une dégustation de ce vin blanc, que j’ai trouvé intéressant et qui n’a pas à rougir face à des vins « du commerce » ! J’aurais aimé pouvoir repartir avec une bouteille, d’ailleurs, pour faire découvrir cette production locale à mes proches. Ce n’est pas tous les jours que l’on goûte du vin produit en Ile-de-France, si près de Paris !

Comment visiter le Fort de Sucy ?

Le Fort de Sucy est ouvert au public pendant les Journées du Patrimoine mais pas seulement ! On peut aussi le visiter gratuitement le premier dimanche de chaque mois à 15h, en réservant au préalable sur le site de l’Office du Tourisme du Val-de-Marne.

L’Association organise également des visites pour les groupes de plus de 15 personnes sur rendez-vous, retrouvez toutes les informations sur le site de l’association.

Le Fort est facile d’accès. En voiture, il se situe dans l’Allée du général Séré de Rivière à Sucy-en-Brie.

En transports en commun, vous pouvez descendre à la station Sucy-Bonneuil du RER A (direction Boissy-Saint-Léger quand on vient de Paris) puis prendre le bus ligne 5 jusqu’à l’arrêt « Avenue du Fort ». L’arrêt de bus est juste en face de la sortie de la gare RER.

Voilà pour cette visite qui sort de l’ordinaire… Une petite partie du très riche patrimoine de l’Ile-de-France !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Le Fort de Sucy, une construction étonnante pour protéger Paris

  • Laurence

    Bonjour,
    J’habite Sucy depuis longtemps et je connais bien le fort. Merci d’avoir mis en avant notre ville qui outre le fort, possède un patrimoine intéressant. Pourquoi pas un reportage sur les autres sites de Sucy ? L’association archéologique serait ravie de vous le présenter.
    Cordialement

    Répondre à Laurence
    • Marlène

      Hello Laurence, merci pour le commentaire ! Un jour, peut-être ;)

      Répondre à Marlène
  • Alexis

    Bonjour Marlène et merci pour ce très bel article !

    L’URL de notre boutique en ligne a changé, serait-il svp possible de le remplacer ? :)

    Merci encore et passez de belles fêtes
    Alexis de Val-de-Marne Tourisme & Loisirs

    Répondre à Alexis
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !