Le port de Chelsea à Londres, un lieu à l’écart des sentiers touristiques


Aujourd’hui, je vous emmène dans un lieu un peu à l’écart des sentiers touristiques : le petit port de Chelsea, à Londres. L’occasion de vous en dire un peu plus sur mon rapport à l’Angleterre, qui n’a pas toujours été très heureux !

Le port de Chelsea à Londres
Le port de Chelsea à Londres

J’ai découvert l’Angleterre lors d’un (horrible) voyage scolaire qui m’a laissé, pendant longtemps, une vision négative du pays. Et puis, j’ai noué des relations avec des gens qui y ont grandi et ont pris un malin plaisir à commenter, avec leur accent oh-so-lovely, mes clichés.

Oui, la météo laisse à désirer et le ciel gris/blanc pèse sur le moral même pour eux qui ont l’habitude. Malgré tout, ils ont appris à profiter du moindre rayon de soleil et se sont habitués au froid (coucou les Anglaises en manches courtes et jupes sans collants en plein hiver). Chez eux aussi, la Marmite divise le peuple et si, on peut trouver d’excellents restos.

Et puis, il y a toutes ces choses que l’on constate en y allant régulièrement et que l’on finit par apprécier : la politesse (les gens se bousculent moins comme des sauvages dans les transports, on attend son tour sans râler), la propreté des rues (bonjour le choc olfactif quand on sort de la Gare du Nord en revenant à Paris !), la beauté de l’architecture, les campagnes verdoyantes, le dynamisme de la capitale par comparaison avec Paris.

Bref, aujourd’hui je prends un réel plaisir à aller là-bas et de plus en plus, j’éprouve le besoin de sortir des « incontournables » de toute visite touristique qui se respecte, comme ici à Chelsea.

Le quartier de Chelsea

Tout le monde a déjà entendu le nom de Chelsea, qui est l’un des quatre plus gros clubs de foot d’Angleterre. Le stade de l’équipe, le célèbre Stamford Bridge, se trouve en réalité dans le quartier voisin, Fulham. Chelsea, situé à l’Ouest de Londres, a longtemps été un quartier d’artistes, accueillant aussi bien des peintres que des écrivains (dont le sulfureux poète Swinburne ou encore Oscar Wilde).

Les artistes se sont déplacés, vers la fin des années 70, à Notting Hill puis Camden. Aujourd’hui, Chelsea reste une zone résidentielle prisée et accueille beaucoup d’Américains (6.5% de la population).

Le port a été construit à la place d’un ancien quai à charbon, dans les années 80. Un chantier gigantesque puisqu’il a fallu nettoyer la zone (très polluée) et extraire 250 000 mètres cube de terre pour créer une marina, un hôtel de luxe, des bureaux, des salles de conférence et de luxueux appartements, le tout au bord de la Tamise.

L'autre rive de la Tamise, avec l'église Saint Mary et le Montevetro Building de Battersea (103 appartements haut-de-gamme de 93 à 232 m² avec vue sur le fleuve, concierge, salle de sport)
L’autre rive de la Tamise, avec l’église Saint Mary et le Montevetro Building de Battersea (103 appartements haut-de-gamme de 93 à 232 m² avec vue sur le fleuve, concierge, salle de sport)
L'autre rive de la Tamise, avec l'hôtel Verta
L’autre rive de la Tamise, avec l’hôtel Verta

La marina peut accueillir une cinquantaine de bateaux. C’est vraiment un petit havre de paix, très calme et bien éclairé.

Dans la marina, avec en arrière-plan l'hôtel 5 étoiles Wyndham Grand London Chelsea Harbour
Dans la marina, avec en arrière-plan l’hôtel 5 étoiles Wyndham Grand London Chelsea Harbour
La marina, avec le building Harbour Yard
La marina, avec le building Harbour Yard

Et voici une dernière photo, à marée basse, de la Chelsea Creek et du Montevetro Building ! Je vous l’accorde, le mot « crique » évoque généralement des paysages plus oniriques. Cette crique-là borde une énorme centrale électrique construite entre 1902 et 1904. Elle fonctionnait au charbon et à l’origine, était destinée à alimenter la ligne de métro devenue la District Line. Cette centrale a d’ailleurs permis à la ligne d’évoluer, puisqu’on est passés de la machine à vapeur aux machines électriques. La centrale a définitivement fermé ses portes en octobre 2002.

Chelsea Creek
Chelsea Creek

Un énorme projet de réhabilitation de la centrale et de ses abords a été voté. Le budget de 1 milliard de livres sterling devrait permettre d’y créer des restaurants, des boutiques et plus de 700 logements à l’horizon 2018. Voici une photo de la centrale « à la grande époque », issue de l’excellent blog The Library Time Machine : Lots Road Power Station: the glory years.

La centrale de Lots Road
La centrale de Lots Road

Visiter le port de Chelsea

Le port de Chelsea se situe à moins de 10 minutes de marche de la station Imperial Wharf (sur le réseau London Overground).

A Chelsea, vous pouvez manger les yeux fermés au Medlar, restaurant situé dans la rue principale du quartier (King’s Road). C’est une cuisine de style français revisitée par 2 Britanniques. Dans la même rue, le Terra Vergine (cuisine italienne) est aussi une excellente adresse.

Pour une expérience culinaire mémorable en s’éloignant un peu du port, il existe le restaurant Gordon Ramsay : un restaurant intimiste (45 couverts seulement) qui conserve depuis 2001 trois étoiles au Guide Michelin. Il propose plusieurs menus (dont un dédié aux végétariens) qui commencent à des prix relativement abordables pour une cuisine 3 étoiles.

Thèmes : Londres 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !