Tumulus de Krakus et autres monts autour de Cracovie


La ville de Cracovie a la particularité d’être entourée de plusieurs tertres, les « Kopce » (« Kopiec » au singulier)… Peu de touristes choisissent d’aller les visiter mais j’ai tout de même décidé de consacrer un article à cette particularité locale de Pologne !

Il y a celui que l’on appelle parfois le tumulus de Krakus et le Kopiec Wandy, les plus anciens. Il y a le Kopiec Kosciuszki, le plus populaire. Le Kopiec Pilsudskiego, le plus grand. Et le Kopiec Jana Pawla II, tout petit, dédié à Jean-Paul II, l’enfant du pays.

Ils ont tous une signification particulière, sont parfois entourés de légendes… et ils font partie intégrante du paysage de Cracovie !

Le tumulus de Krakus : Kopiec Krakusa

J’ai découvert ce tumulus après ma visite de l’ancien camp de concentration de Plaszow. Mes pas m’ont emmenée jusqu’à la carrière de pierre qui a accueilli le tournage de La Liste de Schindler… puis vers ce tertre artificiel, exposé à tous les vents !

Il se situe au sud de Cracovie et sa proximité avec la ville permet de distinguer les principaux monuments du centre depuis son sommet. Il mesure 16 mètres de hauteur et l’on y monte en empruntant un petit chemin qui fait le tour du monticule sans aucune barrière de protection !

Kopiec Krakusa à Cracovie en Pologne
Kopiec Krakusa à Cracovie en Pologne

Personne ne connaît vraiment l’origine de ce tertre mais la légende raconte que c’est là que l’on a enterré autrefois le roi Krakus, ayant fondé la cité de Cracovie sur la colline du Wawel après avoir vaincu le dragon qui terrorisait la ville. C’est pour cette raison que le monticule porte le surnom populaire de « tumulus de Krakus ».

Les chercheurs se déchirent concernant l’âge du monticule. Des fouilles archéologiques menées dans le tertre dans les années 1930 ont mis à jour des vestiges se rapportant à la culture lusacienne (entre 1300 et 500 avant Jésus-Christ). Situés au niveau de la base du monticule, ils laissent entendre que le tumulus n’existait pas encore à cette période…

Mais ensuite, les avis divergent. Certains pensent que le tumulus de Krakus a été construit à la Préhistoire, d’autres entre la fin du 6e siècle et la fin du 7e siècle. Certains, enfin, défendent l’idée qu’ils faisaient partie d’un ingénieux système astronomique élaboré par les peuples celtes occupant la région, dans un tandem étonnant avec un autre monticule, le Kopiec Wandy.

Ces chercheurs expliquent que lorsque l’on se tient au sommet du tumulus de Krakus le 2 ou le 10 mai, on peut voir le soleil se lever très précisément au-dessus du mont Wanda (Kopiec Wandy)… tandis que si on se tient au sommet du mont Wanda le 6 février ou le 4 novembre, on voit le soleil se coucher très précisément au-dessus du tumulus de Krakus. Or, poursuivent les chercheurs, ce sont approximativement les dates de fêtes importantes pour les Celtes, les sabbats majeurs : Samhain (début novembre), Imbolc (début février) et Beltane (début mai).

Quelle que soit l’explication, monter sur le tumulus de Krakus offre en tout cas une perspective originale sur le centre de Cracovie !

Vue depuis le tumulus de Krakus
Vue depuis le tumulus de Krakus

Le Kopiec Wandy, ou Mont Wanda

Si vous avez l’œil, vous pouvez l’apercevoir depuis le sommet du tumulus de Krakus… mais vous le verrez plus probablement si vous faites une balade dans l’ancien quartier communiste de Nowa Huta (cliquez ici pour découvrir une visite guidée de ce quartier étonnant qui inclut justement le mont Wanda).

Mais qui est donc Wanda ? C’est la fille de Krakus, fondateur de Cracovie selon la légende (oui, encore lui !). À la mort de son père, elle avait pris le pouvoir à Cracovie et la légende raconte qu’elle a trouvé la mort en se jetant dans la Vistule pour échapper à l’envahisseur allemand qui tentait de s’emparer de la région. Elle aurait été enterrée là, dans ce petit tertre de 14 mètres de hauteur.

Le mont Wanda à Cracovie
Le mont Wanda à Cracovie

Le Kopiec Kosciuszki

Ce tertre se situe un peu à l’écart de Cracovie, à l’ouest de la ville, dans un beau parc arboré. On peut y accéder en prenant le tramway jusqu’à la station Salwator (terminus) puis en marchant 25 minutes dans le parc (ça grimpe pas mal)… ou, si vous ne voulez pas marcher autant, en prenant le bus 100 ou 101 au départ de Salwator (ils s’arrêtent tous deux devant l’entrée du tumulus). L’endroit est aussi sur le trajet des bus touristiques de la ville.

Il est aussi haut que son voisin, le tertre Pilsudskiego, soit 35 mètres… pour une base de 73 mètres de large.

Le Kopiec Kocziuski à Cracovie
Le Kopiec Kocziuski à Cracovie

Monter tout en haut de ces tertres à Cracovie est une expérience assez étonnante, surtout quand on vient d’un pays comme la France qui veille à bien sécuriser le moindre lieu touristique ! En effet, ici, il n’y a aucune barrière au bord du chemin étroit qui mène au sommet du tumulus à 35 mètres de hauteur : expérience clairement déconseillée à ceux qui ont le vertige ! On débouche sur une plate-forme d’observation très petite avec une longue-vue qui permet de voir Cracovie dans ses moindres détails.

Vue depuis le tumulus Kosciuszko à Cracovie
Vue depuis le tumulus Kosciuszko à Cracovie

Le tertre a été construit entre 1820 et 1823 en l’honneur du chef militaire Tadeusz Kosciuszko. À l’intérieur du monticule, on a enterré de la terre provenant des champs de bataille sur lesquels il s’est distingué en Pologne et aux États-Unis et au sommet, on a déposé un bloc de granit de plus de 540 kilos provenant de la chaîne de montagnes des Tatras, au sud de la Pologne, gravé au nom de Kosciuszko.

Au milieu du 19e siècle, une citadelle assortie d’une chapelle a été construite autour du mont et abrite un musée dédié à Tadeusz Kosciuszko. Comme son voisin, le Kopiec Kosciuszko a énormément souffert des pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région en 1997 et suites à cet épisode, d’importants travaux ont été réalisés pour créer un système de drainage et préserver le monument.

La citadelle Kopiec Kosciuszko à Cracovie
La citadelle Kopiec Kosciuszko à Cracovie

Le Kopiec Pilsudskiego

Ce tertre se situe à deux pas du zoo de Cracovie, dans le même parc que celui qui abrite le Kopiec Kosciuszki, au cœur de la Forêt Wolski. On est là aussi un peu loin de la ville elle-même donc on en a plutôt un panorama global qui se dévoile au fil de la montée, mais le parc est extrêmement agréable et l’on voit au loin l’aéroport, qui se situe à environ 5 km à vol d’oiseau.

C’est le plus grand des tertres qui entourent Cracovie et c’est aussi le plus grand de toute la Pologne ! Il a été construit au 20e siècle, entre 1934 et 1937, comme symbole de tous les combats menés par la Pologne pour acquérir son indépendance. Il porte d’ailleurs le nom du Maréchal Jozef Pilsudski, fervent militant pour l’indépendance, décédé en 1935. La terre déposée à la base du monticule est issue de tous les champs de bataille de la Première Guerre Mondiale dans le pays.

Évidemment, lorsque les nazis ont envahi la Pologne, le Kopiec Pilsudskiego est devenu « le monument qui dérange », par son symbolisme. Hans Frank, condamné à mort par la suite lors du procès de Nuremberg, a même voulu le faire rayer de la carte mais la destruction aurait coûté trop cher si bien que le tumulus a survécu à cette période trouble de l’histoire.

Le tumulus Pilsudski - Kopiec Pilsudskiego à Cracovie
Le tumulus Pilsudski – Kopiec Pilsudskiego à Cracovie

Mais à peine la guerre terminée qu’il a à nouveau été pointé du doigt par le nouveau gouvernement communiste. Le tumulus symbolisait la République donc encore une fois, il dérangeait. On a planté de nombreux arbres pour le dissimuler aux regards (et encore aujourd’hui, on le décrit parfois comme le plus difficile d’accès à Cracovie). On l’a endommagé. Il a fallu attendre la chute du gouvernement communiste pour qu’il soit rénové. Une rénovation à nouveau très symbolique puisqu’on a ajouté de la terre provenant des champs de bataille de la Seconde Guerre Mondiale.

Ce tumulus est régulièrement endommagé lorsque de fortes pluies affectent la région : c’est arrivé une première fois en 1997, une seconde fois en 2010… mais le monticule résiste ! Avec ses 35 mètres de hauteur et sa base de 111 mètres de large, il devance clairement les autres !

Le Kopiec Jana Pawla II

C’est un petit tertre construit au printemps 1997 pour faire honneur au pape Jean-Paul II à l’occasion de son sixième pèlerinage en Pologne à la même période. L’ancien pape jouit d’une popularité exceptionnelle en Pologne, son pays natal !

Ce monticule mesure seulement 7 mètres de haut et est surmonté d’une grande croix. Il se situe à proximité d’une grande route, la rue Zielinski, et l’adresse n’est pas forcément facile à trouver : au début de la rue Pawlickiego, dans l’enceinte d’une congrégation religieuse.

Comme c’est un tout petit tertre, il n’offre pas de vue particulièrement époustouflante sur Cracovie donc il est largement délaissé par les touristes… à juste titre de mon point de vue car même pour les croyants, il existe des lieux beaucoup plus agréables pour rendre hommage au pape, comme la cathédrale du Wawel.

Le Kopiec Jana Pawla II, tumulus Jean-Paul II à Cracovie
Le Kopiec Jana Pawla II, tumulus Jean-Paul II à Cracovie

Voilà pour ce tour d’horizon de quelques tertres qui constituent une particularité de Cracovie ! Si vous avez l’occasion de passer à côté ou de les visiter, j’espère que cet article vous éclairera sur leur raison d’être.

Utilisez les liens ci-dessous pour obtenir des conseils pour préparer un séjour à Cracovie, des idées d’activités à faire et pour découvrir des hébergements de qualité sur place !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Besoin de rêver un peu ? Envie de voyager ? Suivez Salut, Bye Bye sur Facebook ! Conseils et découvertes voyage au programme…