Visite de Jérusalem : que faire sur place ? De la vieille ville au mont des Oliviers…



Aujourd’hui, je vous propose de faire la visite de Jérusalem en découvrant la vieille ville et ses quartiers. De tous mes voyages, je crois que c’est la première fois qu’un lieu me donne autant l’impression de marcher dans un musée à ciel ouvert.

Visiter Jérusalem, c’est à la fois rencontrer l’Histoire et côtoyer les grandes religions monothéistes qui se partagent le minuscule espace de la vieille ville. C’est vivre un tourisme très différent de celui que l’on peut connaître ailleurs. C’est croiser tant de monuments, un tel dédale de rues, que l’on ne sait plus où donner de la tête. J’ai d’ailleurs mis du temps à me lancer dans l’écriture de cet article car on ne sait même pas sous quel angle aborder cette ville si riche.

Alors, que faire à Jérusalem ? Que voir à Jérusalem ? Je vais vous donner quelques pistes sur les quartiers de la ville et sur la manière de préparer un voyage à Jérusalem !

Visiter Jérusalem : découvrir la ville

Dès qu’on essaie de présenter Jérusalem, on se retrouve face à la complexité de la situation géopolitique locale : Jérusalem est considérée comme capitale d’Israël et est administrée par Israël… mais c’est aussi la ville que la Palestine souhaite prendre pour capitale. De fait, sur le papier, il existe une « ligne de démarcation » qui traverse Israël (la « ligne verte »), consécutive à l’armistice signé par Israël en 1949 avec les Etats voisins.

Elle divise Jérusalem en deux secteurs : Jérusalem-Est (avec la vieille ville) et Jérusalem-Ouest (où l’on trouve notamment le Parlement israélien – la Knesset – et le musée Yad Vashem). Vous entendrez parler de ces appellations en préparant votre voyage à Jérusalem mais dans les faits, on ne ressent pas de démarcation aux abords de la vieille ville. J’ai pu librement aller de la vieille ville à Yad Vashem et vice versa.

Que faire à Jérusalem ? Découvrir la vieille ville
Que faire à Jérusalem ? Découvrir la vieille ville

France Diplomatie recommande simplement aux touristes d’éviter certains quartiers de Jérusalem Est (à l’heure où j’écris cet article, il s’agit de At-Tour, Ras al-Amoud, Abou Tor -Est-, Shuafat, Beit Hanina, Wadi al-Joz, Jabal al-Mukaber, Issawiya, Silwan).

Voici une carte des quartiers de Jérusalem, classés par niveau socio-économiques, qui montre (en vert) la ligne de démarcation.

Carte des quartiers de Jérusalem
Carte des quartiers de Jérusalem – © Yosef Jabareen, Efrat Eizenberg, Helly Hirsh

Sur une carte, Jérusalem, c’est ici !

Visiter Jérusalem, c’est découvrir plusieurs aspects :

  • Une ville très vaste, plus vaste que Paris !
  • Une partie historique (la vieille ville) qui ne représente qu’une infime zone géographique.
  • Une vieille ville entourée de remparts, avec 4 quartiers propres aux 3 grandes religions monothéistes + les Arméniens qui ont droit à un quartier dédié !

Voyons ensemble ces différents aspects !

Jérusalem, une ville très étendue

Jérusalem est une ville extrêmement vaste. Elle couvre une superficie de 125 km² (pour vous donner un point de comparaison, la surface de Paris intra-muros est de 105 km²) et accueille près de 1 million d’habitants. C’est un aspect que j’ignorais totalement avant de partir en voyage à Jérusalem et qui m’a énormément surprise sur place. Au final, la vieille ville ne représente qu’un tout petit carré de 0.9 km² et malgré sa grande valeur historique et symbolique, ce n’est qu’une « goutte d’eau dans la ville » sur le plan géographique !

Jérusalem (qui se dit « Yerushalayim » en hébreu) est aussi une ville très vallonnée : la plus haute des collines est le mont Herzl où se trouve le musée de Yad Vashem (834 mètres d’altitude), la plus connue est probablement le mont des Oliviers.

L’activité touristique se concentre principalement dans la vieille ville de Jérusalem, sur le mont des Oliviers, dans le quartier de Mahané Yehuda (célèbre pour son marché) et quelques lieux ponctuels plus excentrés (comme la tombe d’Oskar Schindler sur le mont Zion ou encore le mémorial de Yad Vashem sur le mont Herzl).

Yerushalayim, la ville trois fois sainte

Jérusalem est surnommée « la ville trois fois sainte » car c’est le berceau des trois grandes religions monothéistes abrahamiques : judaïsme, christianisme et islam.

La vieille ville de Jérusalem est structurée en fonction de ces religions, avec un quartier juif, un quartier chrétien, un quartier musulman… auxquels vient s’ajouter un quartier arménien. Pourquoi les Arméniens ? C’est parce qu’ils ont été le premier État chrétien, dès l’an 301. Très tôt, des pèlerins arméniens sont partis pour Jérusalem, qui accorde donc un statut spécial à cette nationalité.

Vieille ville de Jérusalem
Vieille ville de Jérusalem – © Courrier International

La vieille ville a la particularité d’être entourée de remparts, pour la plupart construits autour de 1535, avec des « portes » qui permettent de pénétrer à l’intérieur.  On compte 7 portes ouvertes et une porte fermée.

Côté musulman, on peut citer la porte de Damas, la porte d’Hérode et la porte des Lions (qui est en fait ornée de léopards et non de lions). C’est aussi ici que se trouve la porte fermée, que l’on appelle « Porte de la Miséricorde » ou Porte Dorée : c’est celle par laquelle le Messie serait, dans la religion juive, entré dans Jérusalem (une théorie partagée par certains musulmans) ; pour les chrétiens, elle symbolise l’Immaculée Conception car c’est là que les parents de la Vierge Marie se seraient rencontrés ; les musulmans l’associent aussi au Jugement Dernier.

Cette Porte Dorée est fermée depuis le 16e siècle, après avoir plusieurs fois été ouverte et refermée au gré des changements religieux dans la région (les Croisés l’ont ouverte, les musulmans l’ont fermée !). Les historiens ont plusieurs hypothèses quant à cette fermeture : elle aurait pu être décidée pour protéger la ville… mais beaucoup y voient surtout une démarche religieuse : étant donné que le Messie est censé « revenir » par cette porte, il s’agissait peut-être d’empêcher un faux Messie d’entrer à Jérusalem.

La Tour de David, une ancienne citadelle à Jérusalem
La Tour de David, une ancienne citadelle à Jérusalem

Plus récemment, en 2003, les autorités israéliennes ont décidé d’une fermeture de la zone après avoir identifié que ceux qui l’administraient avaient des liens avec le Hamas (le mouvement islamiste palestinien). En 2019, la zone a en partie rouvert : les musulmans peuvent aller y prier mais la porte elle-même reste fermée. Vous voyez, Jérusalem, c’est ça ! Une simple porte dans un rempart pourrait presque inspirer un article entier :)

Côté chrétien, on trouve la Nouvelle Porte et surtout, la porte de Jaffa. C’est probablement la plus connue de la vieille ville de Jérusalem. Elle permet de rejoindre l’avenue Jaffa, empruntée par le tramway local. Elle traverse un quartier très commerçant et passe notamment devant le marché Mahane Yehuda. C’est souvent le point de rendez-vous des visites guidées de Jérusalem.

Côté juif, il n’y a que la Porte des Maghrébins (aussi affublée du nom insolite de « Porte du Fumier » parce qu’historiquement, c’est celle qui servait à sortir les détritus de la ville). Côté arménien, enfin, la Porte de Sion.

Ces portes peuvent vous aider à vous repérer dans la vieille ville de Jérusalem si vous avez un petit problème d’orientation ;) Rapprochez-vous des remparts et suivez-les jusqu’à tomber sur une porte !
  
La vieille ville donne l’impression d’être un véritable labyrinthe quand on la découvre pour la première fois ! En effet, elle s’échelonne sur plusieurs niveaux, avec des sous-sols riches en vestiges historiques, des rues, des escaliers, des toits que l’on peut explorer. Certains axes sont très animés, tandis que d’autres révèlent une toute autre facette de Jérusalem, très paisible et authentique.

Les toits de la vieille ville de Jérusalem
Les toits de la vieille ville de Jérusalem

C’est assez déroutant au premier abord… et magique quand on se laisse porter par l’inconnu, en allant d’une rue à l’autre. C’est l’occasion de faire des rencontres : soudain, une porte s’ouvre sur une dame qui nourrit des chats dans le quartier, nous échangeons quelques mots ; ailleurs, c’est un soldat israélien qui me raconte son expatriation depuis son pays natal, le Canada, et l’impact de ce changement de vie radical ; dans le quartier musulman, on m’offre soudain un café et l’on essaie de m’expliquer les liens complexes entre Israël et Palestine à Jérusalem ; un habitant choisit de me parler des caves de Jérusalem où, quand quelqu’un fait une découverte archéologique dans son sous-sol, il doit accepter de l’ouvrir aux visiteurs éventuels…

Lors d’un voyage à Jérusalem, on absorbe en quelques jours une quantité d’images si énorme, de rencontres, le tout avec l’impression de passer d’une culture à l’autre en quelques rues, qu’il faut du temps, ensuite, pour le « digérer ».


Visite de Jérusalem : comment en profiter ?

Si vous en avez le temps, vous pouvez évidemment vous perdre dans les rues de Jérusalem, c’est probablement LA meilleure manière de visiter la ville. Le risque, évidemment, est de tourner en rond et de passer à côté de la richesse historique et symbolique des lieux.

Alors, si vous en avez la possibilité, je vous conseille vivement de commencer par une visite guidée de Jérusalem. C’est un bon moyen de « poser le décor », d’avoir quelques éléments essentiels sur chaque quartier pour vous repérer dans l’espace et savoir que voir à Jérusalem avant d’explorer la ville de manière autonome.

En revanche, choisissez bien votre visite. Celles que propose Sandemans sont généralement de qualité mais le guide est anglophone : ils ont notamment cette visite guidée de Jérusalem à pied sur 4h. Elle n’inclut pas l’entrée dans les musées mais vous présente les « lieux clés » de la ville et remplit donc parfaitement le rôle dont je vous parlais : vous permettre d’avoir quelques éléments factuels sur la ville pour vous repérer et aller ensuite visiter Jérusalem en fonction de vos envies.

Ils ont aussi une visite guidée de Jérusalem axée sur le Mont des Oliviers.

Vue sur le mont des Oliviers depuis les remparts de Jérusalem
Vue sur le mont des Oliviers depuis les remparts de Jérusalem

Si vous ne parlez pas du tout anglais, on peut trouver une visite guidée de Jérusalem en français via une « grosse » agence de voyage comme Bein Harim mais les groupes sont assez gros et les visites souvent assez frustrantes pour le voyageur qui a envie d’une approche plus authentique.

Si vous en avez les moyens, il est souvent préférable de chercher un guide privé pour une visite de Jérusalem en français (tapez « Guide Israël » sur Facebook, vous allez trouver de nombreux guides). Je ne peux pas vous en recommander un en particulier car pour ma part, j’ai fait une visite guidée de Jérusalem avec Zvi Fisch qui était top mais pas francophone :) Votre guide pourra là encore vous indiquer que faire à Jérusalem et partager quelques bons plans !

Pour finir, si vous voulez visiter Jérusalem depuis Tel Aviv, vous pouvez regarder :

  • Cette excursion axée sur la visite de la vieille ville et du Mont des Oliviers.
  • Cette excursion incluant la visite de la vieille ville de Jérusalem et une baignade dans la Mer Morte.

Combien de temps passer à Jérusalem ?

A mon sens, un voyage à Jérusalem de 3 jours est un grand minimum pour découvrir « les essentiels » de la ville, à savoir la vieille ville, le Mont des Oliviers, le mémorial de Yad Vashem et la partie plus « commerçante » de Jérusalem avec l’avenue Jaffa et le marché de Mahane Yehuda.

Cependant, c’est une ville tellement riche que je vous conseillerais d’y passer une semaine, voire 10 jours. Ca vous permettra à la fois de prendre le temps de visiter les monuments et musées, d’arpenter la ville, de vivre un Shabbat à Jérusalem (ce qui est assez unique, j’aurai sans doute l’occasion de vous en reparler).

Par ailleurs, vous pourrez prendre le temps d’explorer d’autres visages de Jérusalem, par exemple en allant à la rencontre des Juifs ultra-orthodoxes grâce à cette visite guidée ou même en explorant les alentours.

Vous pouvez facilement par exemple :

  • Aller à Tel Aviv depuis Jérusalem pour la journée : Tel Aviv offre une ambiance très différente, plus « moderne », avec de grandes plages, des gratte-ciel, le quartier plein de charme de Jaffa et son port de plaisance…
  • Aller vous baigner dans la Mer Morte depuis Jérusalem : soit en voiture (la Mer Morte n’est qu’à une trentaine de kilomètres) mais lisez bien mon article qui évoque la sécurité lors d’une baignade dans la Mer Morte car il y a des choses à savoir ; soit en passant par une excursion, comme cette excursion par Abraham Tours qui essaie d’éviter les heures où il y a le plus de monde sur place, ou cette excursion par Rent-A-Guide qui permet de se baigner dans la Mer Morte et de visiter en même temps la forteresse de Massada.
  • Aller découvrir des villes comme Hébron, mi-israélienne mi-palestienne (via cette excursion par exemple), ou encore Bethléem et Jéricho (regardez cette excursion).

De quoi compléter et enrichir votre visite de Jérusalem par la découverte des alentours !

Ville de Tel Aviv en Israël
Ville de Tel Aviv en Israël

Quand partir à Jérusalem ? Météo sur place

Il fait rarement très froid à Jérusalem, même s’il peut arriver qu’il y neige ! Cela reste assez exceptionnel. En hiver (décembre-mars), vous profiterez de températures fraîches, souvent entre 10°C et 20°C. Les intersaisons sont les plus agréables, avec des températures entre 20 et 30°C. Les mois de juin, juillet, août et septembre sont les plus chauds de l’année, les températures peuvent allègrement dépasser les 30°C et il n’y a quasiment pas de pluie, ce qui peut être difficile à supporter si vous marchez toute la journée.

C’est entre novembre et avril que vous avez le plus de risques de connaître des jours de pluie sur place.

Un voyage à Jérusalem implique aussi de se renseigner sur les fêtes religieuses des Juifs, des Chrétiens et des Musulmans. Certains voyageurs préfèrent éviter ces moments car il y a foule et les prix sont souvent plus élevés, tandis que d’autres les recherchent pour pouvoir au contraire vivre ces fêtes intensément lors de leur visite de Jérusalem.

Globalement, les principales fêtes qui rythment Jérusalem sont :

  • En février ou mars selon les années, Pourim (fête juive), qui commémore la délivrance des Juifs après avoir évité un massacre dans l’Empire Perse. Tout le monde se déguise, en plus des actions menées à destination des plus démunis.
  • Fin mars ou avril selon les années, Pessa’h (fête juive), qui commémore l’Exode hors d’Egypte. Une fête extrêmement codifiée qui se déroule sur sept jours et donne lieu à une grande bénédiction devant le Mur des Lamentations.
  • En mars ou avril, la fête de Pâques (fête chrétienne) est célébrée, elle commémore la résurrection de Jésus… qui se serait déroulée à Jérusalem même, dans des lieux que l’on peut aujourd’hui visiter.
  • En avril ou mai, 33 jours après le début de Pessa’h, a lieu Lag B’Omer (fête juive), une fête où l’on allume de nombreux feux de joie et où l’on va se recueillir sur la tombe des Justes.
  • En mai ou juin selon les années, a lieu Chavouot (fête juive), où l’on célèbre le début de la moisson du blé. C’est une fête où l’on consomme énormément de laitages et de fromage, elle commémore le don de la Torah au peuple juif.
  • En septembre ou début octobre, a lieu Roch Hachana (fête juive) qui correspond au nouvel an juif. On y sonne le « chofar », un instrument à vent très reconnaissable. La fête est marquée par un bon repas mais garde une dimension solennelle.
  • En septembre ou en octobre selon les années, Souccot (fête juive) est probablement l’une des fêtes les plus mémorables à vivre en Israël : elle dure 7 jours et tous les Juifs doivent aller résider (ou a minima manger) dans une soukkah, une « cabane » qui vaut à Souccot d’être surnommée la « Fête des Cabanes ».
  • En novembre ou décembre, on célèbre le Festival des Lumières, Hanoucca (fête juive), un autre moment marquant à vivre lors d’un voyage à Jérusalem : on allume, chaque jour, une nouvelle lumière sur la hannoukiah (chandelier à neuf branches) et l’on déguste des beignets frits, les sufganiot.
  • En décembre, c’est Noël pour les Chrétiens, qui commémorent la naissance de Jésus : chants de Noël, messes, lumières, le quartier chrétien de Jérusalem vit au rythme de la fête. Vous pouvez également vous rendre à Bethléem pour assister à la messe de minuit sur place.

Ajoutons à cela le mois de Ramadan pour les musulmans, mois du jeûne qui s’achève par la grande fête de l’Aïd el-Fitr. Les croyants se rendent par milliers à la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem.

Visite de Jérusalem en Israël - Une rue paisible
Visite de Jérusalem en Israël – Une rue paisible

Comment s’habiller pour un voyage à Jérusalem ?

Quand on voyage, il n’y a pas de question idiote et vous vous demandez peut-être s’il y a des vêtements particuliers à porter pour visiter Jérusalem.

Vous allez entrer ou approcher des lieux saints et à ce titre, une tenue décente est impérative : chaque lieu a concrètement ses propres règles mais si vous voulez pouvoir entrer dans un maximum d’endroits, la règle consiste à vous couvrir les genoux, les épaules et les clavicules. Evitez le short, les tongs, les bustiers ou débardeurs sans manches par exemple.

Pour accéder au Mur des Lamentations, si l’on vous juge trop « dénudé », on vous prêtera une sorte de cape à enfiler pour vous couvrir. Des règles spécifiques s’appliquent ici : en tant qu’homme, vous devrez porter la kippah (on pourra vous en prêter une sur place) ; en tant que femme, vous devrez porter des vêtements modestes (« tsniout »). Ils ne doivent pas être moulants et doivent couvrir vos articulations (genoux, coudes). Voici par exemple l’une de mes tenues tsniout à Jérusalem :

Portrait devant le mur des Lamentations à Jérusalem
Portrait devant le mur des Lamentations à Jérusalem

Si vous allez seul.e dans les quartiers juifs ultra-orthodoxes (haredim), faites très attention à respecter à la lettre les règles vestimentaires : pas de couleurs vives, de vêtements trop transparents, soyez couvert (genoux, coudes, etc), pas de col en V ou plongeant, cheveux couverts pour les femmes mariées. Il y a déjà eu des incidents où des touristes se sont littéralement fait chasser, parfois très violemment (jets de pierres) pour ne pas avoir respecté les règles en vigueur.

Je vous rassure, ce n’est pas comme ça dans tout Jérusalem mais certains quartiers (notamment Me’ah Shearim) sont habités par des personnes extrêmement croyantes, qui tiennent à ce que leur environnement respecte à la lettre leurs principes religieux. Il y est par exemple interdit de circuler en voiture pendant Shabbat et de nombreuses rues sont totalement fermées à la circulation. Bien entendu, il est interdit aussi de sortir un appareil photo dans ces quartiers pendant Shabbat.

Se déplacer à Jérusalem

Jérusalem possède deux gares, vous utiliserez principalement la plus moderne des deux (ouverte en 2018), la gare de Yitzhak Navon, si vous venez d’autres villes comme Tel Aviv.

Sur place, il est de loin préférable d’emprunter les transports en commun à la voiture pour votre visite de Jérusalem. Jérusalem possède un tramway et un réseau de bus bien développé. Vous pouvez utiliser le site du gouvernement pour vous renseigner sur vos trajets.

Gare de Yitzhak Navon à Jérusalem
Gare de Yitzhak Navon à Jérusalem

Le tramway de Jérusalem

Le tramway passe juste devant la gare et dessert les points stratégiques de Jérusalem (mémorial de Yad Vashem, marché Mahane Yehuda, vieille ville). A l’heure où j’écris cet article, il ne possède qu’une seule ligne, la ligne rouge (ouverte en 2011) mais deux autres lignes (verte et bleue) sont en construction. Voici un plan du tramway de Jérusalem :

Plan du tramway de Jérusalem
Plan du tramway de Jérusalem – © Maximilian Dörrbecker

Le tramway fonctionne dès l’aube et jusqu’à minuit environ, sachant qu’il ne circule pas pendant Shabbat. Pour l’emprunter, le mieux est posséder la « rav-kav », une carte à puce de couleur vert pomme que vous pouvez charger avec de l’argent. La rav-kav a l’avantage de pouvoir être utilisée dans le train, le bus, le tram, à Jérusalem mais aussi dans la plupart des villes d’Israël.

J’ai été totalement séduite par la simplicité de l’idée : quand on part en voyage en Israël, ça évite tellement de tergiversations, on n’a pas à se demander quel titre de transport est le mieux, le moins cher, le plus pratique et j’en passe !

A l’achat, la rav-kav coûte 5 shekels mais elle est réutilisable (vous pouvez la garder pour un futur séjour en Israël) et pas nominative (vous pouvez donc la prêter si vous connaissez quelqu’un qui part là-bas). Pour ma part, je l’avais achetée à l’aéroport et elle m’a accompagnée pendant tout mon séjour.

On peut la recharger via son smartphone grâce à l’application mobile dédiée ou aux machines présentes en ville, près des stations de tram, auprès des chauffeurs de bus et dans des points de vente agréés.

Le cas particulier du Mont des Oliviers

Visiter Jérusalem à pied et avec l’aide du tramway est le plus facile… à une seule exception près : le Mont des Oliviers. Très vaste et excentré, il nécessite :

  • Soit d’emprunter un bus : sur le site du gouvernement, vous pouvez faire une simulation de trajet entre la vieille ville et le Mont des Oliviers (entrez « The Old City » comme point de départ et « Station of Chapel of the Ascension/Rabi’a Al-Adawiya » comme arrivée).
  • Soit d’emprunter un taxi : dans ce cas, votre principal point de vigilance, ce sont les arnaques car certains taxis pratiquent des tarifs abusifs ou exigent un paiement dans une autre monnaie. Yoni, avec qui je suis allée au mont des Oliviers, m’a dit que le prix « normal » pour cette course depuis la vieille ville oscillait autour de 15 shekels (avec l’inflation, ça augmentera sans doute dans les années à venir mais ça vous donne au moins un ordre de grandeur).

On peut aussi y aller à pied mais ça grimpe bien et la zone est vaste donc je ne vous le conseillerais pas pour le trajet aller. Le plus simple selon moi est de vous faire déposer en bus ou en taxi au sommet du Mont des Oliviers, par exemple au niveau de la chapelle de l’Ascension, puis de redescendre à pied en « serpentant » entre les différents lieux d’intérêt.

Visite de Jérusalem en Israël
Visite de Jérusalem en Israël

Que faire à Jérusalem ? Que voir sur place ?

Cet article étant déjà bien long, je vais me contenter ici de vous présenter les « essentiels » à voir à Jérusalem, j’aurai l’occasion d’y consacrer des articles plus détaillés par la suite !

Visiter la vieille ville de Jérusalem et ses quartiers

C’est vraiment la partie incontournable d’une visite de Jérusalem, celle qu’il faut voir à tout prix si vous passez peu de temps sur place !

Prenez le temps de vous perdre dans toutes les petites rues de la vieille ville de Jérusalem. Je vous conseille également de visiter quelques lieux marquants :

  • Le Mur des Lamentations (qu’on appelle le « Kotel » ou le « Western Wall » là-bas) : les hommes prient d’un côté, les femmes de l’autre. La coutume veut que l’on écrive ses voeux sur un petit morceau de papier que l’on va déposer ensuite dans une anfractuosité du mur. C’est un lieu très symbolique pour les Juifs car c’est tout ce qui reste du Second Temple de Jérusalem, détruit par les Romains en l’an 70. Derrière le mur des Lamentations, il est possible de visiter les « Kotel Tunnels », un réseau de tunnels qui permettent de comprendre l’extraordinaire défi que fut la construction du Deuxième Temple de Jérusalem, agrandi par Hérode, à l’époque.
  • Le musée de la Tour de David : le musée est installé dans une ancienne citadelle construite au 2e siècle avant notre ère. Elle a été détruite, reconstruite, détruite, reconstruite sans cesse par toutes les civilisations qui se sont succédé à Jérusalem, au gré des conquêtes de la ville : les Romains, les Byzantins, les Arabes, les Seldjoukides, les Croisés, les Mamelouks, les Ottomans… Il en résulte une belle expérience architecturale, mise en valeur dans un musée de qualité qui permet aussi d’admirer un superbe panorama sur la ville de Jérusalem.
  • L’Eglise du Saint-Sépulchre : on l’appelle également la « Basilique de la Résurrection ». C’est un lieu très marquant pour les Chrétiens car c’est l’endroit où Jésus aurait été crucifié (le Golgotha) et là où son corps aurait été déposé après sa mort.
  • La Via Dolorosa : ce « chemin de la souffrance » est celui qu’aurait emprunté Jésus entre le prétoire où Ponce-Pilate le condamna à mort et le lieu de la crucifixion elle-même. C’est là aussi un lieu très symbolique pour les Chrétiens.
  • Le Cardo de Jérusalem : magnifique vestige de la Jérusalem romaine, reconstruite par l’empereur Hadrien ! On peut s’y promener et admirer de très belles colonnades et mosaïques.
  • Le shouk de Jérusalem : c’est un marché animé qui s’étend au coeur même de la vieille ville, à cheval sur les quartiers chrétien et musulman. Il regroupe environ 800 marchands sur un périmètre de 0.4 km²… donc autant vous dire que c’est serré :) Un dédale d’étals aux couleurs vives, qui vendent toutes sortes de souvenirs : nourriture, foulards, objets religieux, artisanat, etc. Il ne faut pas hésiter à marchander.
Le Cardo à Jérusalem
Le Cardo à Jérusalem

Ajoutons à cela le Mont du Temple : site sacré pour les Juifs qui ne mettent pas le pied sur l’Esplanade des Mosquées car elle correspond au premier lieu saint du Judaïsme, c’est aussi l’endroit où l’on trouve le dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa.

Vous remarquerez peut-être en lisant cet article que je vous parle moins du quartier musulman de Jérusalem que des autres.

C’est tout simplement parce qu’en tant que non-musulman (c’est mon cas), on a un accès très limité à cette zone. La quasi totalité des accès sont réservés aux musulmans et sont gardés : on vous demandera donc de prouver que vous êtes musulman à l’entrée, en récitant par exemple un passage du Coran (les questions posées dépendent du garde sur lequel vous tombez !). Les non-musulmans ne peuvent tout simplement pas entrer dans le Dôme du Rocher ou la mosquée Al-Aqsa lors de leur visite de Jérusalem. On a seulement le droit d’accéder à l’esplanade des Mosquées par la Porte du Maroc (ou « Porte des Magrébhins »).

Par ailleurs, il y a pour les non-musulmans des horaires d’accès très limités et une interdiction totale d’accès le vendredi, avec des files d’attente souvent très longues et une sécurité renforcée. A l’heure où j’écris cet article, pendant la saison estivale l’accès est possible de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 14h30… et pendant les autres saisons, de 7h30 à 10h30 et de 12h30 à 13h30.

Je ne peux donc pas vous dire comment c’est à l’intérieur mais si vous êtes musulman, vous savez bien mieux que moi à quel point ce lieu est symbolique (troisième lieu saint de l’islam après La Mecque – lieu de naissance de Mahomet – et Médine – lieu d’inhumation de Mahomet).

Mur des Lamentations et Dôme du Rocher à l'arrière-plan à la tombée de la nuit
Mur des Lamentations et Dôme du Rocher à l’arrière-plan à la tombée de la nuit

Visiter le Mont des Oliviers

Le Mont des Oliviers est un autre lieu d’intérêt incontournable de Jérusalem… Il permet de réaliser un véritable itinéraire, de lieu sacré en lieu sacré. Ca fera l’objet d’un futur article sur le blog ! Parmi les points à placer sur votre parcours, je vous conseille d’aller visiter…

  • La chapelle de l’Ascension (surtout si vous êtes croyant, car en tant que telle elle ne présente que peu d’intérêt, en revanche elle a une grande symbolique pour les Chrétiens car c’est là que Jésus aurait pour la dernière fois posé le pied sur terre avant de monter au ciel).
  • L’église du Pater Noster, un endroit très apaisant où la prière chrétienne du Notre-Père est reproduite dans plus de 170 langues, y compris des langues régionales. Cette église appartient à la France et est très belle, que vous soyez croyant ou pas.
  • L’église Dominus Flevit, pour son panorama magnifique sur Jérusalem, endroit depuis lequel sont prises de nombreuses photos destinées aux cartes postales. Derrière l’autel, on trouve une grande vitre qui permet à la petite église d’être baignée de lumière naturelle.
  • Le jardin de Gethsemani et l’église de Toutes-les-Nations : bâtie grâce à des contributions de nombreux pays (d’où son nom), elle renferme le rocher au pied duquel Jésus aurait prié lors de son agonie. Le pape vient toujours se recueillir dans ce jardin lors de ses visites en Terre Sainte.
  • Le Sépulcre de la Vierge Marie : c’est une église orthodoxe, qui a la particularité d’être « en dénivelée », on accède à l’église en descendant un escalier de 48 marches dans la pénombre.

Lors de votre visite de Jérusalem, vous apercevrez aussi les toits flamboyants de l’Église Sainte-Marie-Madeleine (ou « Église de la Madeleine »), une église orthodoxe russe dont les sept dômes recouverts de dorures étincèlent sous le soleil de Jérusalem ! L’accès est assez limité (à l’heure où j’écris, il est possible seulement les mardis et jeudis de 10h à 12h). Cependant, si vous êtes un pèlerin orthodoxe OU une femme russe OU un membre de la famille royale anglaise (sait-on jamais !), vous pouvez sonner la cloche du couvent qui jouxte l’église et demander à entrer.

Les membres de la famille royale anglaise jouissent d’un statut spécial car Alice de Battenberg, princesse de Grèce et de Danemark née à Windsor, y est enterrée… et elle est tout simplement la belle-mère de la Reine Elizabeth II (étant mère de Philip Mountbatten, le mari de la Reine d’Angleterre).

Profitez aussi de votre visite du Mont des Oliviers pour contempler l’impressionnant cimetière juif qui s’y trouve. Plus de 100 000 tombes, inondées de soleil, face à la vieille ville de Jérusalem qui s’étend juste devant.

Cimetière juif du Mont des Oliviers
Cimetière juif du Mont des Oliviers

Visite de Jérusalem : le marché Mahane Yehuda

Mahane Yehuda est un marché alimentaire situé à deux pas de la vieille ville. Si vous cherchez à déjeuner sur le pouce, à goûter des spécialités locales, à faire des courses pour cuisiner dans votre logement sur place ou encore à ramener quelques souvenirs gastronomiques à vos proches, c’est le lieu idéal pour faire du shopping.

Une explosion de couleurs, de saveurs que j’ai vraiment appréciée ! J’y ai mangé plusieurs fois lors de mon séjour en Israël.

Marché Mahane Yehuda à Jérusalem en Israël
Marché Mahane Yehuda à Jérusalem en Israël
Marché Mahane Yehuda à Jérusalem en Israël
Marché Mahane Yehuda à Jérusalem en Israël

A deux pas, s’étend la rue commerçante Ben Yehuda. De manière générale, vous trouverez dans ce coin pas mal de boutiques en tout genre !

Notez que la très réputée agence de voyage Abraham Tours propose une visite guidée du marché de Mahane Yehuda, avec dégustation au stand de 5 marchands pour découvrir des produits locaux comme la halva (une sorte de nougat très peu sucré). Les visites sont organisées à l’heure du déjeuner pour que vous en profitiez en ayant bien faim !

Visiter le mémorial de Yad Vashem

Plus grand musée-mémorial sur la Shoah au monde, Yad Vashem abrite des archives très impressionnantes, mêlant documents historiques et témoignages de survivants de la Shoah.

C’est une visite importante si vous venez en Israël, pour mieux comprendre cette période de l’histoire qui occupe une place très particulière dans l’identité juive et dans l’histoire d’Israël.

J’ai consacré un article détaillé au musée Yad Vashem ici.

Visite de Jérusalem : le Musée d’Israël

Créé en 1965, ce vaste musée (un demi-million d’oeuvres présentées !) a été entièrement rénové en 2010. Il est organisé en 5 espaces :

  • Un espace dédié à l’archéologie de la région, de la Préhistoire à l’Empire ottoman.
  • Un espace dédié aux beaux-arts, avec une grande diversité d’oeuvres (Modigliani, Monet, Marcel Duchamp, Pissaro, Max Ernst, des oeuvres modernes et contemporaines, des artistes israéliens et des oeuvres du monde entier).
  • Un espace dédié aux objets juifs (Judaïca) : objets de culte, objets rituels.
  • Un espace dédié aux manuscrits de la Mer Morte.
  • Un espace pour les enfants.

On trouve aussi sur place une grande maquette en plein air montrant à quoi devait ressembler Jérusalem à l’époque du Second Temple (le Temple d’Hérode), et un jardin de sculptures qui comporte notamment des oeuvres de Picasso, Maillol et Rodin.

Vous pouvez retrouver les horaires d’ouverture et tarifs du musée d’Israël ici.

Découvrir le Parc National de la Cité de David

C’est un parc archéologique qui vise à reconstituer ce qu’était la vie en Israël à l’époque du roi David (deuxième roi d’Israël, au 10e siècle avant notre ère). C’est à cet emplacement que la ville de Jérusalem aurait vu le jour, une thèse assez contestée parmi les historiens. Vous pouvez notamment y visiter le tunnel d’Ezéchias (et marcher dans l’eau !), construit 7 siècles avant notre ère pour ravitailler Jérusalem en eau.

C’est le roi Salomon, fils de David, qui a construit le premier Temple de Jérusalem.

Là encore, si vous parlez anglais, je vous conseille de réserver une visite guidée de la Cité de David en passant par la très sérieuse agence Sandemans : 3h de visite qui vous permettront de bien comprendre les lieux essentiels de ce site historique !

C’est aussi une approche de la visite de Jérusalem qui sort un peu des sentiers battus !

Explorer le zoo de Jérusalem

Enfin, si vous aimez ce type de sortie, vous pouvez visiter le zoo de Jérusalem. Il a la particularité d’être un « zoo biblique », hébergeant des espèces très anciennes qui vivaient déjà à l’époque de la Bible.

Le zoo propose un lac artificiel, un espace « savane », les animaux (ours de Syrie, lions, léopards, chimpanzés, oiseaux tropicaux, hippopotames, lémuriens, etc) évoluent au sein des 25 hectares du parc.

Vous pouvez visiter le zoo de Jérusalem à pied, mais aussi en empruntant un petit train (qui fonctionne toute la semaine sauf pendant Shabbat, à la période de Pessah et de la fête juive de Succot). Pour les enfants, il y a aussi une ferme pédagogique. Et le zoo est complété par un jardin de sculptures sur le thème de l’arche de Noé, réalisées par la célèbre Niki de Saint Phalle.

Retrouvez les tarifs, horaires d’ouverture du zoo et informations d’accès ici.

Préparer son voyage à Jérusalem

Vous envisagez un voyage à Jérusalem ? Alors vous vous demandez peut-être où loger sur place, où manger ou encore quels souvenirs rapporter de votre séjour !

Le shouk de Jérusalem
Le shouk de Jérusalem
Le shouk de Jérusalem
Le shouk de Jérusalem

Où loger à Jérusalem ?

Je vous recommande vivement de loger à proximité de la vieille ville de Jérusalem, voire dans la vieille ville elle-même. C’est là que vous profiterez au maximum de l’ambiance unique des lieux. Par ailleurs, lors de Shabbat (vendredi après-midi et samedi), les transports en commun sont à l’arrêt (à l’exception de quelques sherut, des taxis partagés de 8 à 10 places). En logeant à proximité de la vieille ville, vous garderez la possibilité de vous déplacer facilement même à ce moment de la semaine.

Si vous ne connaissez pas déjà Israël, vous risquez d’être surpris par les prix. En effet, le niveau de vie sur place est très élevé (le salaire moyen israélien en 2020 : 2600 euros par mois) et ça se ressent dans le tarif des hébergements. Si vous avez un tout petit budget pour votre visite de Jérusalem, misez sur des auberges de jeunesse avec lit en dortoir. Si vous voulez une chambre individuelle, les tarifs grimpent très vite, même en auberge de jeunesse.

Autre conseil : réservez TRES tôt si vous le pouvez ! Les meilleurs hébergements se remplissent parfois plusieurs mois à l’avance.

Enfin, si vous comptez prendre un Airbnb, n’hésitez pas à passer par mon lien de parrainage pour profiter d’une réduction sous certaines conditions.

Petit budget :

  • Abraham Hostel – L’auberge de jeunesse la plus connue de Jérusalem ! Elle propose aussi bien des dortoirs que des chambres classiques et des chambres familiales à petit prix, pas mal d’activités et d’excursions, un dîner de Shabbat le vendredi soir…
  • The Post Hostel – A 10 minutes à pied du Mur des Lamentations, cette auberge de jeunesse propose des chambres avec salle de bain privative à tout petit prix et des chambres familiales.
  • Stay Inn Hotel – Un peu plus cher que les précédents en général, le Stay Inn Hotel affiche cependant des tarifs souvent abordables par rapport à la moyenne de la ville. Proche du tramway, à 15 minutes à pied de la porte de Jaffa, c’est un bon choix pour se loger à Jérusalem.

Budget intermédiaire :

  • Gloria Hotel – Il est situé dans la vieille ville de Jérusalem elle-même, dans le quartier chrétien, à moins d’une minute à pied de l’église du Saint-Sépulcre. Un cadre privilégié pour visiter Jérusalem !
  • The Sephardic House Hotel – Situé lui aussi dans la vieille ville de Jérusalem mais cette fois-ci dans le quartier juif, à 5 minutes à pied du Mur des Lamentations. L’hôtel est installé dans un bâtiment qui a plus de 200 ans, et offre un très bon rapport qualité-prix.
  • Harmony Hotel – A 10 minutes à pied de la porte de Jaffa, l’hôtel est propre, moderne et bien situé.

Hôtels de luxe :

  • Le King David Hotel (5 étoiles) – Avec sa grande piscine, ses jardins et sa vue panoramique sur la vieille ville, il propose aussi 4 restaurants, un court de tennis, une salle de sport…  Il se situe à 15 minutes à pied de la porte de Jaffa qui donne accès à la vieille ville.
  • David Citadel Hotel (5 étoiles) – Situé à 10 minutes à pied de la porte de Jaffa, il propose lui aussi une belle piscine, plusieurs restaurants et des prestations de qualité, avec une vue panoramique sur la Nouvelle Ville ou sur la Vieille Ville de Jérusalem.

Et dans la série des « jeunes adresses montantes à surveiller », le Old City Hotel, une déco très sympa pour ce 5 étoiles situé à moins de 5 minutes à pied du Mur des Lamentations et des prix encore abordables à l’heure où j’écris cet article, car l’hôtel s’est lancé en 2020.

Guides touristiques pour préparer votre visite de Jérusalem

Pour préparer un voyage à Jérusalem, je vous conseille notamment le guide Le Petit Futé sur Jérusalem, ainsi que le Lonely Planet « Jérusalem et Tel Aviv en quelques jours ». Vous y trouverez plein de conseils voyage et bonnes adresses pour votre séjour.

Avec une approche différente mais qualitative également, il y a aussi le guide Cartoville sur Jérusalem avec tous les lieux essentiels sur une carte.

Enfin, pour les fans d’histoire et d’archéologie qui ont envie de balades un peu différentes, Marcus Editions propose un guide de plus de 600 pages avec 36 idées de balades commentées, proposées par un historien. C’est une référence, utilisée même par des guides professionnels en Israël.

Quels souvenirs ramener d’un voyage à Jérusalem ?

Maintenant que vous savez que faire à Jérusalem, reste une question : que rapporter comme souvenir de Jérusalem, pour vous remémorer ce voyage hors du commun ou faire plaisir à vos proches ?

Il y a d’abord des souvenirs religieux, pour les croyants : vous trouverez toutes sortes d’objets religieux (hannoukiah, coupes de kiddoush, chapelets, flacons renfermant de la terre de Jérusalem, etc) et d’objets touristiques estampillés Jérusalem, Bethléem et autres villes saintes.

Jérusalem est riche en souvenirs « pratiques » qui ne vont pas prendre la poussière dans un placard : de beaux foulards en pashmina ou en cachemire, des produits cosmétiques de la Mer Morte, des bijoux (Israël est connue pour sa production de diamants taillés, avis à ceux qui ont une demande en mariage à faire ! Il y a bien sûr des bijoux moins précieux), des poteries et céramiques, des tapis, de la maroquinerie, des jeux de société en bois…

Vous pouvez aussi trouver de l’excellente huile d’olive, des vins aux noms originaux – tant côté palestinien que côté israélien, de la halva (une sorte de nougat peu sucré), des fruits et fleurs séchées à utiliser en cuisine ou pour faire des eaux parfumées, de nombreuses épices, etc.

A ce propos, je n’ai pas inclus dans ce guide de « bonnes adresses food » car à l’échelle d’une ville aussi grande, impossible de vous faire une sélection « de taille raisonnable » des bons restaurants testés lors de mon séjour ! J’en partagerai sans doute quelques-unes au fil de mes articles sur la ville !

Durant votre visite de Jérusalem, allez vous perdre dans le marché (le shouk), et n’ayez pas peur de négocier les prix, ça fait partie du jeu ;)

Boutique d'épices Off The Wall sur la rue Plugat Ha-Kotel à Jérusalem
Boutique d’épices Off The Wall sur la rue Plugat Ha-Kotel à Jérusalem

De quoi prolonger le voyage à la maison !

Partir à Jérusalem est une expérience très riche et en un seul voyage de 2 semaines, j’ai eu l’impression de seulement toucher du doigt la richesse d’Israël, pays où il y a vraiment beaucoup à faire et à voir. J’espère que ce guide vous aidera à votre tour à franchir le pas ! Si vous avez des inquiétudes concernant la sécurité en Israël, n’hésitez pas à consulter mon article dédié, j’y partage beaucoup de conseils pour vous aider à partir sereinement pour une visite de Jérusalem ou d’autres villes du pays en sachant à quoi vous attendre sur place.


    Poster un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



    Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.