Visite de l’université de Trinity College et du Livre de Kells à Dublin


Aujourd’hui, je vous emmène à la découverte du Trinity College de Dublin et du Livre de Kells, deux visites incontournables quand on explore l’Irlande.

La vieille bibliothèque du Trinity College est probablement l’un des plus beaux lieux du genre qu’il m’ait été donné de voir, et vous en avez peut-être déjà croisé des images. Dans cet article, je vais vous raconter cette visite et vous donner des conseils et informations pratiques pour aller la faire à votre tour !

Le Trinity College, une longue histoire de traditions !

En franchissant le seuil du Trinity College, on ne peut s’empêcher de s’émerveiller devant la beauté des lieux… et d’avoir en tête ses propres années de fac en France. Il faut avouer que les bâtiments ont un peu plus de style ici !

Pas étonnant, quand on sait que les lieux ont été fondés par la Reine Elizabeth I en 1592, sur le modèle de l’université d’Oxford (créée en 1096) et de celle de Cambridge (1209).

Le campus de Trinity College a été bâti sur les terres d’un ancien monastère, le Priory Of All Hallows.

En ce dimanche matin, tout est calme dans l’enceinte du Trinity College, l’occasion d’immortaliser un magnifique magnolia en fleurs (et de se mettre Claude François dans la tête, toute seule comme une grande… ne me remerciez pas pour le partage !).

Le campanile et le magnolia de Trinity College, Dublin
Le campanile et le magnolia de Trinity College, Dublin

Visite de Parliament Square au Trinity College

J’avais décidé de profiter d’une visite guidée organisée par Trinity College, animée par des étudiants. Il n’y a pas de réservation préalable, il suffit de d’acheter son billet en arrivant. Notre guide était étudiante en art dramatique et avait une foule d’anecdotes à partager sur les lieux et les traditions de l’université !

Elle a accepté de poser pour moi dans son costume de cérémonie :)

Visite de Trinity College avec une étudiante pour guide
Visite de Trinity College avec une étudiante pour guide

Nous avons commencé par découvrir l’histoire du Trinity College. Ironie du sort, nombre d’architectes ayant travaillé sur le bâtiment n’ont jamais été payés !

Dans la gigantesque cour où l’on pénètre à l’entrée de l’université, Parliament Square, un bâtiment, « The Examination Hall », accueille la salle des examens et des remises de diplômes.

Il s’agit d’un cérémonial très particulier, puisque les étudiants sont appelés non pas par ordre alphabétique mais par ordre inverse d’excellence académique ! Autrement dit, ceux qui ont obtenu les meilleures notes sont appelés les premiers, tandis que les derniers doivent parfois attendre extrêmement longtemps avant d’entendre leur nom. Cette cérémonie a aussi la particularité de commencer par 30 minutes entièrement en latin !

Le bâtiment a été construit par Sir William Chambers, à qui l’on doit la célèbre Somerset House de Londres.

The Examination Hall, Trinity College de Dublin
The Examination Hall, Trinity College de Dublin

Avant d’en arriver au diplôme, l’année universitaire se décompose en 3 périodes : Michaelmas (octobre-décembre), Hilary (janvier-mars) et Trinity (avril-juin). La plupart des étudiants font au moins 4 ans d’études et il y a environ 16% d’étudiants étrangers.

C’est au cours d’une semaine spéciale de la période Trinity que sont organisés des événements majeurs de l’université, dont le Trinity Ball dont je vais vous parler un peu plus tard.

Toujours dans cette cour, on trouve une chapelle construite en 1798, où l’on célèbre aujourd’hui 4 cultes différents : baptiste, méthodiste, anglican et catholique. Pendant longtemps, les Catholiques n’ont même pas eu le droit d’accéder au Trinity College mais fort heureusement, aujourd’hui, l’université s’est davantage ouverte sur l’extérieur. Autrefois, il était aussi obligatoire d’assister au culte.

Les étudiants bénéficient d’un droit exceptionnel : celui de se marier dans cette église, dans la limite de 5 ans après la fin de leur cursus. Ils peuvent aussi y faire célébrer leurs funérailles… sans obligation de mourir rapidement après la fin de leurs études, bien entendu ;)

Intérieur de la chapelle du Trinity College
Intérieur de la chapelle du Trinity College

La cour abrite également la statue d’un ancien provost, le personnage le plus important de l’université. Autrefois, les provosts étaient élus à vie, autant dire que c’était compliqué s’ils s’opposaient à un changement ! Et justement, celui dont la statue figure sur Parliament Square est devenu célèbre contre son gré, pour avoir été le premier à autoriser les femmes à étudier au Trinity College. Il était lui-même opposé à cette idée, et c’est sous la pression qu’il a fini par signer l’accord ouvrant la scolarité aux femmes à la fin de l’année 1903.

Il est mort juste après, début 1904… et aujourd’hui, les 65% d’étudiantes qui composent le Trinity College lui font encore payer (sans méchanceté) son opposition : il est de tradition pour les jeunes femmes qui obtiennent leur diplôme de le déguiser et même de lui mettre du rouge à lèvres !

Pendant les premières années de ce nouveau décret, entre 1904 et 1907, plus de 700 femmes anglaises étudiant à Oxford et Cambridge ont emprunté des bateaux à vapeur jusqu’en Irlande afin d’obtenir un diplôme au Trinity College, dans la mesure où leurs propres universités ne permettaient pas encore aux femmes d’être diplômées. On les surnommait les « steamboat ladies ».

Il a fallu attendre 1934 pour avoir un premier professeur féminin… et 1958 pour le premier professeur catholique à un poste important. Trinity a évolué, oui… mais ce fut tardif tout de même !

Si vous êtes entré dans la cour du Trinity College, votre regard a sûrement été attiré par une tour qui trône au milieu de l’endroit. Ce campanile en granite de 30.5 mètres de haut a été sculpté par Thomas Kirk, le même homme que celui qui avait créé la colonne de Nelson sur O’Connell Street à Dublin. Initialement, il devait être relié aux autres bâtiments par des arches mais ce projet n’a pas été mené à bien.

Parliament Square et son campanile - Trinity College, Dublin
Parliament Square et son campanile – Trinity College, Dublin

Sur chacune des 4 faces, vous pouvez voir une sculpture d’un homme ayant marqué l’histoire : Homère, Démosthène, Socrate et Platon, et des représentations de 4 disciplines jugées fondamentales : théologie, sciences, médecine et droit.

Si le campanile est particulièrement joli sur le plan architectural, il est associé chez les étudiants à une superstition : passer dessous provoquerait un échec aux examens ! (Hum, ce qu’on peut se trouver comme excuses !). Une autre légende raconte que les cloches sonnent quand une vierge se trouve sous le campanile…

Autre lieu d’intérêt de cette cour : la salle à manger de l’université s’y trouve… mais ce n’est pas n’importe quelle salle à manger, on est bien loin d’un restaurant universitaire traditionnel ! C’est un lieu où, chaque jour, un dîner gratuit est servi à ceux que l’on appelle les « fellows » (professeurs qui se distinguent par leur excellence académique dans leur discipline) et les « scholars » (étudiants les plus brillants). Samuel Beckett, par exemple, a été l’un de ces « scholars ».

Le dîner est régi par des règles strictes : déjà, pour prétendre à y assister, il faut passer un véritable examen, la « Foundation Scholarship examination » ! Celui-ci est facultatif, réservé exclusivement aux étudiants de deuxième année sans seconde chance. Il faut rendre 3 dissertations.

Plusieurs milliers d’étudiants s’y essaient chaque année, seuls quelques dizaines d’entre eux, les meilleurs, gagnent le droit à une scolarité gratuite pendant toute la durée de leur présence à Trinity College, une bourse et ce dîner gratuit chaque soir du lundi au vendredi. Ils ont aussi le droit d’apposer l’intitulé « Scholar » à leur nom et de porter un costume spécifique.

Salle à manger du Trinity College - Dublin, Irlande
Salle à manger du Trinity College – Dublin, Irlande

Deuxième particularité : les portes de la salle à manger ne s’ouvrent que pendant 5 minutes pour obliger les convives à arriver à l’heure. Enfin, une tenue soignée est de mise même s’il n’y a pas de « dress code » à proprement parler. Le repas débute par une prière en latin, l’une des nombreuses traditions de Trinity College !

C’est un fonctionnement qui assume son élitisme et qui ferait sans doute grincer des dents en France… mais qui, au fond, récompense ceux qui contribueront, par leur réussite, à assurer la notoriété de Trinity College ensuite.

Au fond de la cour, vous repérerez peut-être un bâtiment en briques rouges, très ancien et absolument sublime quand on l’admire de l’extérieur. S’il fait rêver les touristes, il est beaucoup moins prisé des étudiants eux-mêmes !

En effet, compte tenu de son grand âge, il ne dispose pas du chauffage central et ne possède que de simples vitrages, si bien qu’il y fait très froid en hiver (et si c’est une Irlandaise qui vous le dit, imaginez ce que nous – les Français du « Sud » – en penserions !).

Visite guidée de Trinity College à Dublin
Visite guidée de Trinity College à Dublin

Pour prendre une douche, il faut sortir du bâtiment et entrer par l’une des portes bleues que vous voyez au rez-de-chaussée. Très sympa en plein hiver de passer par l’extérieur ! Il est littéralement impossible de faire construire des douches dans les chambres ou même dans les étages car tout le bâtiment est classé… donc impossible à modifier !

En plus, étudiants et professeurs s’y côtoient… et croiser ses profs en peignoir de bain peut être assez étrange quand on les revoit en cours quelques heures plus tard !

Au Trinity College, on trouve des « societies », notamment en philo, en théologie et en histoire : ce sont des clubs auxquels beaucoup d’étudiants participent pour améliorer leur rhétorique et leur éloquence. Ils reçoivent régulièrement des invités prestigieux, une opportunité d’écouter leur témoignage. Angela Merkel ou encore, dans un genre très différent, Whoopi Goldberg, sont déjà venues ici. Les societies se réunissent dans un bâtiment que l’on appelle le « Graduates Memorial Building ».

Bâtiment des societies à l'université de Dublin
Bâtiment des societies à l’université de Dublin

Derrière cette première cour, on en trouve une deuxième, bien plus moderne. Elle accueille notamment le bal du Trinity College dont je vous parlais tout à l’heure, un événement aux proportions exceptionnelles… mais qui n’est pas du tout adapté à un budget étudiant ! Les places coûtent une fortune… donc chaque année, c’est à celui qui trouvera la combine la plus incroyable pour se cacher et entrer gratuitement !

Il y a des magouilles avec les étudiants qui possèdent des chambres ayant une vue sur cette cour, il paraît même que la première présidente d’Irlande elle-même (Mary Robinson) a fraudé pour entrer à l’événement, en escaladant les grilles en robe de soirée avant de se fondre dans la foule.

Du coup, chaque année, la sécurité boucle tout le périmètre et des vigiles mènent des fouilles jusque dans les chambres pour débusquer les fraudeurs. Il y a tous les ans quelques malins qui arrivent à s’incruster, envers et contre tout !

Cette « nouvelle cour » abrite aussi un bâtiment très beau, orné de marbre provenant de plusieurs régions d’Irlande, sur lequel sont gravés de nombreux noms d’espèces et de plantes endémiques d’Irlande. On a découvert bien après sa construction que ses concepteurs se sont amusés à y ajouter des espèces n’ayant absolument rien à voir avec le pays, comme le flamant rose ! Humour d’architecte :)

Voici un petit bout de l’architecture de ce bâtiment :

Architecture du Trinity College de Dublin
Architecture du Trinity College de Dublin

C’est ici que l’on trouve une sculpture d’Arnaldo Pomodoro que personne ne sait interpréter : certains la comparent à Star Wars, d’autres au Vif d’Or dans Harry Potter ! Elle marque l’entrée de la bibliothèque moderne du campus, celle que les étudiants fréquentent (et qui n’est pas sur Instagram, contrairement à sa voisine qui cache le Livre de Kells !).

Sculpture d'Arnaldo Pomodoro - Université de Dublin
Sculpture d’Arnaldo Pomodoro – Université de Dublin

Comme cette bibliothèque moderne est publique et est ce que l’on appelle une « legal deposit library », elle bénéficie d’un droit particulier : celui de recevoir un exemplaire de chaque nouveau livre publié dans le pays. La livraison hebdomadaire avoisine souvent les 2500 livres et la bibliothèque en compte plus de 5 millions au total.

C’est ici que je me sépare de notre guide, qui était passionnante ! Je vous conseille vraiment cette visite car, même si l’intérêt varie sûrement un peu selon l’étudiant sur lequel vous tombez, elle donne une perspective intéressante sur la vie de l’université.

Le seul bémol est que la visite reste assez « statique » et en plein air (on reste plus ou moins dans les mêmes endroits à écouter ce que raconte le guide) donc couvrez-vous bien s’il fait froid ou s’il pleut !

Le Livre de Kells et la bibliothèque du Trinity College, la Long Room

Deuxième étape de cette découverte du Trinity College : « l’autre bibliothèque », que l’on appelle la « Long Room ». Sa construction a débuté en 1712, peu avant celle de la salle à manger de l’université, sous la responsabilité de Thomas Burgh.

Cette fois-ci, je vous donne un seul conseil : réservez. Réservez. Réservez. Et surtout, réservez ! Il y a des files d’attente impressionnantes pour entrer sur place, là aussi en grande partie dehors sans aucune protection (sachant qu’en Irlande, il pleut souvent à verse !). Vous pouvez acheter un billet à l’avance ici. Il existe aussi cette visite guidée combinée avec le château de Dublin.

File d'attente de l'exposition du Livre de Kells
File d’attente de l’exposition du Livre de Kells

Lorsque l’on entre sur place, on découvre d’abord une exposition traditionnelle qui retrace l’histoire du Livre de Kells. Wikipédia peut vous expliquer bien mieux que moi l’histoire de ce livre. Retenez simplement que c’est un manuscrit élaboré par des moines autour de l’an 800.

Le Livre de Kells se compose en réalité de quatre Évangiles, seuls 2 sont exposés en même temps et il y a un « roulement » afin de les préserver au maximum.

Exposition du Livre de Kells à Dublin
Exposition du Livre de Kells à Dublin

Les conditions de ce début de visite n’étaient vraiment pas optimales : beaucoup de monde malgré une régulation à l’entrée du flux de visiteurs, des gens qui se vautraient littéralement sur la vitrine du Livre de Kells si bien qu’il fallait jouer des coudes pour y accéder. Les photos du livre ne sont pas autorisées.

J’ai vu… et je suis vite allée vers la Long Room elle-même, qui me fascinait beaucoup plus ! C’est simple : un véritable émerveillement en entrant… et l’impression d’être entrée dans la bibliothèque de Poudlard dans Harry Potter !

La bibliothèque du Trinity College à Dublin
La bibliothèque du Trinity College à Dublin

Cette bibliothèque est très ancienne. De ce fait, les étudiants qui souhaitent y consulter des ouvrages doivent porter des gants, les stylos y sont même formellement interdits. Les livres sont classés par poids, les plus lourds étant les plus proches du sol, et par ordre alphabétique. La lettre J n’existant pas en latin, elle est absente des rayonnages.

Sculpture d'Aristote dans la Long Room du Trinity College
Sculpture d’Aristote dans la Long Room du Trinity College

La hauteur sous plafond est impressionnante, on découvre de nombreuses statues d’auteurs et de philosophes (Aristote, Platon, Shakespeare, Socrate pour n’en citer que quelques-uns…).

Socrate dans la Long Room du Trinity College
Socrate dans la Long Room du Trinity College
Francis Bacon dans la Long Room à Dublin
Francis Bacon dans la Long Room à Dublin

Pas d’autre mot qu’un émerveillement total dans ce lieu, où l’on peut prendre tout le temps nécessaire pour admirer les détails !

Visiter le Trinity College : informations pratiques

On peut entrer sans problème dans le Trinity College par l’entrée principale qui se situe sur College Green (une façade à colonnades avec une porte en bois). L’université est tellement proche du centre de Dublin qu’on peut la rejoindre à pied sans même emprunter les transports en commun !

Si vous souhaitez profiter d’une visite guidée, présentez-vous simplement à l’un des horaires publiés sur le site du Trinity College. Vous achèterez votre billet juste après avoir franchi la porte en bois à l’entrée de l’université, au guichet d’Authenticity Tours.

Les tarifs sont disponibles ici. Notez en revanche que les billets vendus sur place pour le livre de Kells ne sont pas forcément coupe-file, sauf précision contraire.

Pour visiter la Long Room et voir le Livre de Kells, je vous recommande encore une fois de réserver en amont pour éviter une file d’attente qui peut atteindre 1h30 !

Il y a une foule d’excellents restaurants à proximité : côté Irlandais, le Old Mill Restaurant ou encore le Old Storehouse Bar and Restaurant ; côté international, le Pichet (cuisine française), Bunsen et FX Buckley (burgers), Rosa Madre (italien), UMI Falafel… sans oublier Cornucopia pour les végétariens !

Sincèrement, ne ratez pas cette visite lors de votre séjour à Dublin, je trouve qu’elle vaut vraiment le détour !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Besoin de rêver un peu ? Envie de voyager ? Suivez Salut, Bye Bye sur Facebook ! Conseils et découvertes voyage au programme…