Visite de York Minster, l’incroyable cathédrale de York



Aujourd’hui, je vous emmène visiter la cathédrale de York en Angleterre, alias York Minster, un petit bijou d’architecture. Vous pouvez monter dans l’une des tours de la cathédrale pour profiter d’une vue sur toute la région et écouter le son des cloches dans le ciel de York !

C’est un monument central de la ville, incontournable visite lors d’un séjour à York. Allons le découvrir ensemble :)

La cathédrale de York, des siècles d’histoire

La cathédrale de York ne se classe pas parmi les plus grandes d’Europe mais avec ses 5927 m², elle figure en bonne place parmi les édifices religieux anglais, devancée par la cathédrale de Liverpool (près de 10000 m² !) et la cathédrale Saint-Paul de Londres (7875 m²). Pourquoi une si grande cathédrale a-t-elle été construite dans la jolie ville médiévale de York, au nord de l’Angleterre ?

Vue de la cathédrale de York dans le Yorkshire en Angleterre
Vue de la cathédrale de York dans le Yorkshire en Angleterre

York a très tôt accueilli une communauté catholique, la première église en pierre daterait du 7e siècle et était dédiée à Saint-Pierre… comme la cathédrale de York, même si personne ne l’appelle « Cathédrale Saint-Pierre ». On parle simplement de « York Minster », « minster » désignant en anglais une cathédrale.

Vous le savez, ce n’était pas une époque très calme de l’histoire (c’est un euphémisme !) donc régulièrement, les églises brûlaient, étaient reconstruites, redétruites, rereconstruites et reredétruites ! Chaque conquérant apportant son style architectural, son influence… sans compter les modes qui, en architecture comme ailleurs, ont exercé leur influence sur certaines constructions.

Christ en croix dans la cathédrale de York
Christ en croix dans la cathédrale de York

Ainsi, quand le style gothique s’est répandu en Europe, l’archevêque de York (Walter de Gray) a décidé qu’il fallait construire du gothique ! Le 13e siècle a donc vu naître un transept nord et un transept sud, travaux qui se sont poursuivis par la création d’une tour centrale et d’une flèche, en bois à l’époque. Le tout venait remplacer l’édifice de style normand bâti après l’arrivée des troupes de Guillaume le Conquérant dans la région.

C’est aussi au 13e siècle que l’on construit une partie de la cathédrale qui m’a littéralement émerveillée : la salle du chapitre. C’est la partie d’une église où se réunissent les religieux pour discuter de la vie de leur communauté et prendre les décisions importantes. Ici, c’est un octogone agrémenté de magnifiques vitraux.

Ce qui frappe quand on y entre, c’est le silence qui y règne par comparaison avec l’atmosphère plus « vivante » de la cathédrale elle-même.

La salle du chapitre de York Minster
La salle du chapitre de York Minster

Le fait de construire des salles du chapitre octogonales est assez « classique » mais ici, le toit a la particularité d’être très léger, ce qui évite d’avoir à le soutenir par un pilier central. On a donc une pièce où rien ne vient « couper » le regard, avec des vitraux gigantesques, des détails en marbre de Purbeck (une pierre qui n’est pas du « vrai marbre » mais possède la même finesse)…

Ils emmènent votre attention vers un plafond parfaitement dessiné, très géométrique comme l’ensemble de la pièce.

Plafond de la salle du chapitre de York Minster
Plafond de la salle du chapitre de York Minster

On a ensuite travaillé sur le toit de la cathédrale, remplacé la nef de style normand par une nef gothique, idem pour les chapelles et le choeur. Si vous faites le tour de toutes ces chapelles, vous y verrez beaucoup de gisants et de superbes sculptures.

La cathédrale de York est un lieu touristique et c’est amusant d’observer la manière dont ces édifices religieux sont aujourd’hui devenus des lieux d’intérêt pour des personnes sans aucune culture religieuse. Lorsque je me trouvais dans l’une des chapelles, j’ai vu une dame interpeller un religieux pour lui poser des questions « touristiques » en pensant que c’était un guide officiel car il n’était pas habillé comme tout le monde :) Il lui a gentiment expliqué son « vrai » rôle.

Il y a quelques années, l’idée de faire du tourisme dans les églises ou les synagogues me mettait mal à l’aise. Aujourd’hui, je trouve au contraire que c’est un bon moyen de faire vivre de vrais joyaux architecturaux dont les dimensions extraordinaires et l’âge les rendent souvent trop coûteux à entretenir en comptant simplement sur les fidèles de la religion concernée.

Mais revenons à York. Au début du 14e siècle, la nouvelle cathédrale avait fière allure… mais la tour centrale s’est effondrée subitement à cause de fondations instables, retardant d’autant l’échéance de la fin du chantier ! On a dû la reconstruire, ajouter deux tours supplémentaires pour marquer l’entrée principale de la cathédrale.

C’est la silhouette qu’elle conserve encore aujourd’hui, quand on la contemple depuis les remparts de York. On voit distinctement la tour centrale et les deux tours sur la façade ouest du monument :

York Minster, la cathédrale de York en Angleterre
York Minster, la cathédrale de York en Angleterre

Parmi les autres particularités de York Minster, on peut citer la présence d’une horloge astronomique dans le transept nord, qui sert de mémorial aux combattants aériens tués pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le design représente la position du soleil et des étoiles tels qu’ils pourraient être vus par un pilote survolant York.

L'horloge astronomique de la cathédrale de York
L’horloge astronomique de la cathédrale de York

York Minster, produit et victime de l’histoire

Si York Minster a hérité de la richesse architecturale d’une époque, elle a aussi subi des désagréments variés au fil des années. Au 16e siècle, l’Angleterre a décidé de ne plus se soumettre à l’autorité du Pape et du Vatican mais d’avoir sa propre église, la « Church of England » (Église d’Angleterre).

Le vent de révolte qui soufflait alors, pendant cette période que l’on a appelé la « Réforme », a causé de nombreuses dégradations dans les édifices religieux identifiés comme catholiques, ce qui était le cas de la cathédrale de York à l’époque. Beaucoup de choses ont alors été détruites ou volées, aussi bien dans l’architecture elle-même que dans les objects liturgiques. Peu après sa restauration, York Minster a subi plusieurs incendies (accidentels et volontaires).

Ils ont notamment endommagé l’orgue, qui a dû à plusieurs reprises être partiellement reconstruit. Fort heureusement, aucun incendie n’a complètement détruit l’instrument, si bien que tous les artisans qui ont oeuvré à la restauration ont à chaque fois pu reprendre une partie de « l’ancien orgue ». Un patchwork musical construit au fil de l’histoire…

L'orgue de York Minster, Yorkshire, Angleterre
L’orgue de York Minster, Yorkshire, Angleterre

A l’été 1984, au beau milieu d’une nuit chaude et sèche, un gros incendie a failli endommager la cathédrale de York de manière irrémédiable. Les causes sont restées mystérieuses : le feu a très probablement été causé par la foudre, qui aurait frappé un boîtier électrique au niveau du toit, mais les enquêteurs n’ont pas pu exclure l’hypothèse d’un incendie criminel ou d’un court-circuit.

Si vous avez suivi l’incendie de Notre-Dame de Paris, vous avez sûrement entendu des gens dire « Mais pourquoi on n’envoie pas des Canadair larguer de l’eau sur la cathédrale ? » Les experts avaient alors expliqué que le poids de l’eau aurait provoqué l’effondrement total de la voûte, fragilisant de fait l’ensemble de la cathédrale. Les pompiers français ont donc privilégié de puissantes lances et un « robot pompier » pour maîtriser le brasier.

A York, l’architecture étant différente et les enjeux différents, les pompiers ont fait un autre choix : ils ont délibérément accepté qu’une partie de la cathédrale s’effondre… car cela permettait au contraire de sauver le reste. Ils ont arrosé le plafond du transept sud, provoquant son effondrement… Pendant ce temps, comme à Notre-Dame, le personnel a fait des allers-retours avec les pompiers pour tenter de sauver toutes les reliques et les oeuvres entreposées dans la cathédrale.

Le plafond détruit a été reconstruit, les plafonds de la cathédrale de York sont d’ailleurs de toute beauté. Ceux des transepts sont en bois, et les « boules » que vous voyez dessus – le bossage – comportent chacune un motif. Après l’incendie, la BBC a organisé un concours et 5 gagnants ont vu leur design sélectionné pour orner le plafond de la cathédrale.

Le plafond foncé est celui du transept nord :

Plafond du transept nord de la cathédrale de York
Plafond du transept nord de la cathédrale de York

Le plafond clair celui du transept sud (qui avait brûlé), avec sa rosace :

Plafond du transept sud de York Minster
Plafond du transept sud de York Minster

Le plafond de la nef est lui aussi en bois, que l’on a peint afin qu’il ressemble à de la pierre.

La nef de York Minster
La nef de York Minster

Les collatéraux, en revanche, ont des plafonds en « vraie pierre ».

Intérieur de la cathédrale de York
Intérieur de la cathédrale de York

Beaucoup de travaux de rénovation ont été menés dans la cathédrale de York depuis cet incendie mais aussi pendant les décennies qui l’ont précédé, notamment pour renforcer à nouveau les fondations de la tour centrale qui menaçaient (encore) de céder.

On a aussi rénové les vitraux, fait ressurgir des sous-sols des traces de l’ancienne cathédrale normande. Vous pouvez voir tout ça aujourd’hui en allant sur place. En descendant dans la crypte, vous croiserez par exemple un puits destiné à vous montrer « l’âge du sous-sol », les gens y jettent des pièces en guise de porte-bonheur.

A ce propos, il faut noter qu’il y a un ascenseur très moderne pour permettre aux personnes à mobilité réduite de rejoindre la crypte. C’est toujours agréable de constater, même si je ne suis pas concernée, qu’il y a des efforts mis en place pour l’accessibilité.

Vestiges archéologiques à York
Vestiges archéologiques à York

Un miroir placé au sol permet de contempler sans se tordre le cou les détails de l’architecture de cette vieille dame avec ses 31 mètres de hauteur sous plafond.

Architecture de York Minster
Architecture de York Minster

A l’ouest de la cathédrale, vous pouvez admirer un vitrail connu sous le nom de « Heart Of Yorkshire », le « Coeur du Yorkshire », en raison de la forme de coeur visible dans sa partie haute.

Le Heart Of Yorkshire de la cathédrale
Le Heart Of Yorkshire de la cathédrale

Les tours de la cathédrale de York

La tour centrale de York Minster (celle-là même qui a été reconstruite après un effondrement et qui menaçait à nouveau de s’écrouler dans les années 1960) est justement celle où l’on peut monter pour observer le paysage d’en-haut. Voilà qui ne rassurera pas les inquiets ;)

L’occasion de vous parler un peu de ces tours ! La cathédrale de York n’en manque pas, et chacune abrite des cloches plus ou moins impressionnantes. Londres a son « Big Ben », York a son « Great Peter », une énorme cloche de près de 11 tonnes qui sonne les heures.

Les tours ne sont pas très hautes, rien à voir avec les 111 mètres de hauteur de la cathédrale Saint Paul de Londres ! Ici, on atteint seulement 72 mètres sur la tour centrale (les tours à l’entrée principale de la cathédrale de York mesurent 60 mètres).

Cependant, c’est amplement suffisant pour admirer le paysage, beaucoup plus plat que dans la capitale anglaise !

Vue sur les tours ouest de la cathédrale de York depuis la tour centrale
Vue sur les tours ouest de la cathédrale de York depuis la tour centrale

Le sommet de la tour est protégé par du grillage afin d’éviter les chutes, ça ne rend pas la prise de photos très facile pour les amateurs mais on s’en sort quand même car ils ont ménagé des ouvertures dans le grillage ;)

Il faut grimper 275 marches pour y accéder et il est impossible de « doubler » dans l’escalier qui mène au sommet, mieux vaut donc ne pas passer le premier si vous manquez d’endurance !

A mi-hauteur, on marque un palier et l’on sort à l’extérieur de la cathédrale, au niveau du toit, pour rejoindre la tour proprement dite. L’occasion d’observer son architecture sous un autre angle.

Toit de la cathédrale de York
Toit de la cathédrale de York

Et de repérer quelques sculptures amusantes !

Sculptures à York Minster
Sculptures à York Minster

D’en-haut, vous pourrez apercevoir en contrebas la Treasurer’s House, la maison du trésorier, un poste autrefois très important pour gérer les finances et le patrimoine de la communauté religieuse. C’est d’ailleurs une visite très sympa à faire à York !

Cette visite de la tour n’est pas une visite « guidée » à proprement parler, il y a des panneaux explicatifs pour vous aider à repérer les points clés du paysage et vous êtes placé sous la vigilance d’un employé. Cependant, c’est plutôt une visite « surveillée » : une personne contrôle les billets en bas, une autre vérifie que personne ne reste en haut… mais vous disposez de tout le temps nécessaire pour profiter de la vue et prendre des photos.


Comment visiter York Minster ?

Voilà, nous arrivons au terme de cette visite de la cathédrale de York. Je vous conseille d’y allouer un peu de temps, on y passe vite 2h sans parler de la montée dans la tour car il y a énormément de choses à observer.

Vous pouvez consulter les horaires d’ouverture de la cathédrale de York en ligne pour le jour qui vous intéresse.

Comme la cathédrale Saint-Paul de Londres, York Minster fait payer les entrées « touristiques » afin de financer les frais de fonctionnement de la cathédrale, qui représentent plus de 25000 euros par jour. Les personnes qui souhaitent aller à la messe peuvent bien sûr entrer gratuitement.

Intérieur de la cathédrale de York
Intérieur de la cathédrale de York

Vous pouvez consulter le prix des billets via le lien donné plus haut, en regardant la section « Admission Prices ». Vous avez le choix entre l’accès à la cathédrale seule (billet « Minster only ») et l’accès combiné intérieur de la cathédrale + tour centrale (billet « Minster and tower »). Les billets incluant la visite de la tour de York Minster doivent être achetés sur place car cette visite est soumise aux conditions météo. Je vous conseille, si vous montez au sommet, de prévoir de l’eau pour vous désaltérer !

Il faut aussi savoir que les billets pour la cathédrale elle-même sont valables un an, ce qui est parfait pour une visite en plusieurs fois.

Intérieur de York Minster
Intérieur de York Minster

Et pour finir sur une dernière anecdote, un habitant de York m’a raconté que c’était à la cathédrale que York devait son statut de « City » en Angleterre, un titre qui n’est accordé par la Reine qu’à certaines villes (il n’y a que 51 « cities » en Angleterre). A une époque, on exigeait qu’une ville ait 300 000 habitants pour se porter candidate au statut de « city ». Or, York en a beaucoup moins même en comptant l’agglomération.

C’est la présence de la cathédrale, devenue cathédrale de l’Église d’Angleterre, qui a permis à la ville d’acquérir le statut. C’est aussi le cas de la ville de Winchester, d’ailleurs !

J’espère vous donner envie d’aller là-bas si vous en avez l’occasion, c’est vraiment une ville idéale pour un week-end prolongé ! N’hésitez pas à consulter mon guide de voyage sur York pour voir ce qu’il y a à faire dans la ville et aux alentours !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.