Visite de la cathédrale d’Amiens, de l’intérieur aux tours du monument


Aujourd’hui, direction la cathédrale d’Amiens, monument emblématique de la ville dont il est possible de visiter aussi bien l’intérieur que les tours ! Dans cet article, je vous propose de la découvrir en images, mais aussi d’apprendre quelques anecdotes sur celle qui est la plus grande cathédrale de France par son volume intérieur !

Vous retrouverez aussi en fin d’article des informations pratiques pour la visiter lors de votre séjour à Amiens.

Quelques mots sur l’histoire de la cathédrale d’Amiens

Que faut-il retenir des grandes lignes de l’histoire de ce monument ?

Comme souvent, l’édifice a été construit à la place de précédentes églises plus petites et plus fragiles, souvent détruites par des incendies. L’histoire – connue – de la cathédrale d’Amiens remonte au 12e siècle, avec la construction d’une église romane à cet endroit. En 1206, elle connaît un regain de popularité en accueillant une relique de saint Jean-Baptiste… et non des moindres, puisqu’il s’agit de sa tête !

Était-ce la VRAIE tête de Saint Jean-Baptiste ? Mystère ! Au Moyen-Âge, il existait tout un « commerce » de duplication de reliques… car on savait que celles-ci avaient le pouvoir d’attirer les foules, donc d’enrichir les paroisses qui les possédaient. C’est ainsi que certains saints se retrouvaient avec 4 têtes. Hum.

Derrière ce constat fort peu catholique, il faut s’imaginer qu’à l’époque, nous sommes encore dans une société où la religion infuse chaque couche de la société. On afflue donc de toutes parts pour se recueillir devant la relique, on lui prête des pouvoirs miraculeux comme celui de guérir de l’épilepsie… et cette foule de pèlerins devient vite trop grande pour la petite église romane.

Vue sur la flèche de la cathédrale d'Amiens
Vue sur la flèche de la cathédrale d’Amiens

On envisage alors la construction d’une cathédrale, plus vaste… et comme le hasard fait bien les choses, un incendie détruit presque entièrement l’église romane en 1218… une bonne motivation pour attaquer très vite les travaux, qui démarrent en 1220. L’architecte Robert de Luzarches supervise le début du chantier – celui de la nef – que l’on monte très vite, en voyant très grand ! En effet, on a fait de la place en détruisant une église et l’Hôtel-Dieu, le bâtiment prend donc très vite des proportions hors norme.

Il faut seulement 10 ans pour terminer la nef, et 17 ans de plus pour y ajouter des chapelles rayonnantes, un chœur et un déambulatoire.

Par la suite, le rythme ralentit, faute de budget (nous sommes en pleine période de croisades… et c’est là que passe l’argent avant tout !). On considère que le gros-œuvre de la cathédrale s’achève autour de 1269, tandis que l’ajout de la flèche et de la charpente se terminent en 1288. C’est finalement un chantier assez rapide pour l’époque, surtout pour un monument de cette ampleur !

Bien sûr, comme souvent avec l’histoire et l’architecture, ce qui semble terminé ne l’est jamais vraiment. La cathédrale d’Amiens a par la suite connu des restaurations, des ajouts (comme les chapelles latérales, une partie des tours, des stalles dans le chœur), des modifications pour suivre le style des époques traversées (la rosace d’origine, par exemple, a été remplacée au 16e siècle par une rosace de style gothique flamboyant).

Elle est restée relativement préservée lors de la Révolution française et des deux guerres mondiales (malgré quelques inévitables destructions) et a été restaurée entièrement dans les années 1970, un travail complété plus récemment par une remise en état des façades.

Et justement, nous allons commencer la visite de la cathédrale d’Amiens par ces façades.

Les façades grandioses de la cathédrale d’Amiens

Si certains édifices fascinent par leur intérieur, leurs sculptures, leurs œuvres d’art variées, la cathédrale d’Amiens se distingue d’abord par l’extérieur.

La façade occidentale

La façade principale, orientée ouest, et ses deux tours, est très riche en détails. On en doit certains à Viollet-le-Duc, comme l’ange jouant de la trompette au sommet du portail principal… et si vous avez déjà visité Notre-Dame de Paris et ses tours, vous allez vite repérer des points communs entre les deux cathédrales !

Façade occidentale de la cathédrale d'Amiens
Façade occidentale de la cathédrale d’Amiens

Il y a ici aussi des galeries entre les deux tours (galerie des Rois et galerie des sonneurs). Comme dans la cathédrale de Reims, on retrouve une disproportion entre la taille des têtes et celle des corps. Les têtes étaient représentées en gros, pour qu’elles soient plus visibles depuis le sol.

Au centre, le grand portail représente le Jugement dernier et vous constaterez qu’il regorge de détails. Des représentations de l’enfer, du paradis, des démons, des anges, des ressuscités et des damnés, les apôtres…

Le portail du Jugement dernier
Le portail du Jugement dernier

La sculpture que vous voyez en bas, au centre, représente le Christ qui bénit d’une main les fidèles tout en tenant dans l’autre un livre. On appelle cette représentation le « Beau Dieu » et c’est l’une des plus célèbres de la cathédrale d’Amiens.

Le portail du Jugement dernier est encadré d’un côté par un portail plus petit, le portail Saint-Firmin. Les bas-reliefs retracent la vie de la Vierge, tandis que le tympan est consacré au saint lui-même.

Le portail Saint-Firmin
Le portail Saint-Firmin

C’est aussi à ce niveau que l’on retrouve le zodiaque d’Amiens, de petits médaillons gravés formant une sorte de calendrier mélangeant signes du zodiaque et représentation des travaux des champs.

De l’autre côté du portail du Jugement dernier, on trouve le portail de la Mère-Dieu, dédié à la Vierge.

Le portail de la Mère-Dieu
Le portail de la Mère-Dieu

La façade sud

La façade sud est particulièrement belle, émergeant au milieu d’un quartier animé, avec d’agréables restaurants qui se partagent l’espace au pied de la cathédrale. On peut y admirer un autre portail dédié à la Vierge, dite « Vierge dorée ».

Le portail de la Vierge dorée
Le portail de la Vierge dorée

Les autres façades

Du côté opposé, la cathédrale d’Amiens donne sur un petit jardin, le Parc de l’Évêché, très agréable quand il fait beau. On profite notamment d’une perspective intéressante sur la flèche de la cathédrale, dont la pointe atteint près de 113 mètres de hauteur.

Elle a été restaurée par Viollet-le-Duc et ici aussi, on trouve une certaine ressemblance avec l’ancienne flèche de Notre-Dame de Paris, disparue dans l’incendie de la cathédrale en avril 2019.

Vue sur la cathédrale d'Amiens depuis le Parc de l'évêché
Vue sur la cathédrale d’Amiens depuis le Parc de l’évêché

En faisant le tour de l’édifice, vous pourrez admirer de nombreux détails, que ce soient des chimères, des gargouilles ou des médaillons représentant toutes sortes de scènes.

L’intérieur de la cathédrale d’Amiens

Avec ses 145 mètres de long (133,5 mètres à l’intérieur) et sa largeur de 40 mètres si l’on inclut les chapelles latérales, la cathédrale d’Amiens impressionne par ses dimensions !

Intérieur de la cathédrale d'Amiens
Intérieur de la cathédrale d’Amiens
Intérieur de la cathédrale d'Amiens

On retrouve une très belle nef gothique du 13e siècle, sur trois niveaux…

Nef de la cathédrale
Nef de la cathédrale

Comme d’autres cathédrales, à l’instar de celle de Chartres, elle possède un labyrinthe au sol, assez vaste. Il permet aux pèlerins de le parcourir en priant ou en méditant, debout ou à genoux. Il mesure environ 234 mètres de long et au centre, on retrouve une sorte de médaillon avec une représentation des 3 architectes principaux ayant supervisé le chantier de la cathédrale ainsi que l’évêque Evrard de Fouilloy, qui a posé la première pierre de l’édifice.

Le labyrinthe de la cathédrale d'Amiens
Le labyrinthe de la cathédrale d’Amiens

La chaire du 18e siècle, de style baroque, est très jolie, portant à la base des représentations symboliques de la Foi, de l’Espérance et de la Charité. Elle est surmontée par un ange portant un Évangile ouvert.

Chaire baroque
Chaire baroque
Détail de la chaire baroque
Détail de la chaire baroque

Vous verrez sur place de nombreuses sculptures, des gisants, des monuments funéraires et reliques : au-delà du chef de Saint-Jean Baptiste (visible dans le trésor de la cathédrale), on trouve bon nombre de reliques d’autres saints comme ici, celles de Saint Antoine Daveluy…

Reliques de Saint Antoine Daveluy
Reliques de Saint Antoine Daveluy

La cathédrale d’Amiens est riche en chapelles, aussi bien des chapelles latérales que des chapelles rayonnantes situées au niveau du déambulatoire.

Certaines sont dédiées à différents saints et saintes comme Saint-Firmin, Saint-Honoré (patron des boulangers), Saint-Sauve, Saint-Christophe, Saint-Etienne, Sainte-Marguerite, Saint-Quentin, Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Theudosie, Saint-François d’Assise, Saint-Éloi, Saint-Joseph, Saint-Pierre-et-Paul, Saint-Sébastien, Saint-Jean-du-Voeu… Ajoutons à cela des chapelles comme Notre-Dame de la Paix, Notre-Dame de Foy, Notre-Dame-de-Pitié ou Notre-Dame de la Victoire, la chapelle du Sauveur, celle du Sacré-Cœur et celle de l’Assomption… Elles abritent souvent des tableaux, de très belles sculptures et des bas-reliefs.

La chapelle axiale est souvent considérée comme l’une des plus belles et comparée à la Sainte-Chapelle de Paris, elle a été restaurée par Viollet-le-Duc.

Chapelle axiale
Chapelle axiale

Mais j’ai trouvé que d’autres chapelles présentaient tout autant d’intérêt. Ici, les jolies sculptures de la chapelle Saint-Pierre-et-Paul.

Chapelle Saint-Pierre-et-Paul
Chapelle Saint-Pierre-et-Paul

La chapelle Saint-Etienne

Chapelle Saint-Etienne
Chapelle Saint-Etienne

Ou encore les dorures de la chapelle du Sacré-Coeur

Chapelle du Sacré-Coeur
Chapelle du Sacré-Coeur

Prenez le temps d’admirer les autels que vous croisez : ici, à gauche, un autel baroque dans la chapelle Notre-Dame-de-Pitié et à droite, l’autel de la chapelle Notre-Dame du Pilier Rouge (ou Notre-Dame du Puy).

Autel Notre-Dame-de-Pitié
Autel Notre-Dame-de-Pitié
Autel Notre-Dame du Pilier Rouge
Autel Notre-Dame du Pilier Rouge

Le chœur est magnifique, que l’on aime ou pas le style choisi ! On y trouve des stalles du 16e siècle, richement décorées de plusieurs milliers de personnages, chef d’oeuvre de menuiserie puisqu’elles tiennent sans aucun clou ni vis. On y trouve également un maître-autel baroque assez spectaculaire du 18e siècle, la Gloire eucharistique, très reconnaissable à ses rayons de lumière qui en émergent.

Stalles du chœur
Stalles du chœur
Maître-autel baroque
Maître-autel baroque

La clôture de ce chœur est tout aussi intéressante ! Ici, la partie située au-dessus du tombeau d’Adrien de Hénencourt, chanoine à Amiens.

Clôture du chœur de la cathédrale d'Amiens
Clôture du chœur de la cathédrale d’Amiens

Parmi les curiosités à observer, ne passez pas à côté de l’ange pleureur dans le déambulatoire. Ce petit ange sculpté en 1636 par l’amiénois Nicolas Blasset est un véritable emblème de la ville, souvent représenté.

Sculpture de l'ange pleureur
Sculpture de l’ange pleureur

Vous vous en doutez, impossible de vous montrer tous les détails de ce qu’il y a à observer sur place, des vitraux aux œuvres d’art ! Il faut avoir l’œil partout lors de la visite de la cathédrale d’Amiens. Les vitraux sont toutefois bien moins spectaculaires que ceux de la cathédrale de Chartres que j’avais visitée peu de temps avant, ils ont donc moins retenu mon attention.

Les tours de la cathédrale d’Amiens

Il est possible de compléter la visite en montant dans les tours du monument. Cela m’a beaucoup rappelé le parcours de visite des tours de Notre-Dame de Paris. On commence la montée d’un côté de l’édifice, avant d’accéder à l’une des galeries qui traversent la façade occidentale de la cathédrale… puis on rejoint l’autre tour, au sommet de laquelle on peut accéder.

On découvre une plateforme assez vaste, avec vue à 360° sur la ville !

L’occasion, d’abord, d’admirer de plus près certains éléments architecturaux comme la flèche en plomb repoussé : la version actuelle est venue remplacer au 16e siècle une version précédente, détruite par un incendie causé par la foudre. Elle a été entièrement restaurée par Viollet-le-Duc. On peut y voir des fleurs de lys, des statues de saints, une représentation du Christ, des gargouilles et des chimères…

C’est aussi l’occasion d’observer tous les bâtiments et quartiers clés d’Amiens. Ici, la – controversée – tour Perret dont l’architecture est loin de faire l’unanimité.

La Tour Perret à Amiens
La Tour Perret à Amiens

Ou encore l’église Saint-Rémi.

Église Saint-Rémi d'Amiens
Église Saint-Rémi d’Amiens

Ici, le quai Bélu au bord de la Somme.

Quai Bélu en bord de Somme
Quai Bélu en bord de Somme

Et les jolies maisons du quartier Saint-Leu.

Quartier Saint-Leu
Quartier Saint-Leu

La visite des tours est libre, ce que j’ai beaucoup apprécié car on avance à son rythme : un employé vous ouvre l’accès en bas, vous fait un petit briefing puis vous laisse monter comme vous voulez. Un autre employé surveille le sommet de la tour mais personne ne vous houspille pour redescendre rapidement, on a donc tout le loisir de profiter de la vue sans se presser !

Visiter la cathédrale d’Amiens : informations pratiques

Accès à la cathédrale

La cathédrale se situe au 30, Place Notre Dame à Amiens, en plein centre-ville. Il est très facile de la rejoindre à pied depuis la gare en 10 minutes si vous venez passer la journée ou le week-end à Amiens. Et tout aussi facile d’aller visiter d’autres lieux d’intérêt de la ville ensuite, comme le quartier Saint-Leu (5 minutes à pied), la maison de Jules Verne ou le musée de Picardie (10 minutes), ou encore les Hortillonnages (15 minutes).

Horaires d’ouverture et billets pour le monument

L’accès à la cathédrale elle-même est libre. En revanche, la visite des tours et l’accès au trésor de la cathédrale d’Amiens sont payants (retrouvez les tarifs à jour ici). Il existe des billets pour un seul de ces deux lieux, ou un billet combiné tours + trésor.

Comme tous les monuments nationaux, l’accès est gratuit pour les jeunes, les personnes handicapées, les demandeurs d’emploi et les titulaires du Pass Éducation.

Du côté des horaires d’ouverture, la cathédrale est généralement ouverte au public de 8h30 à 17h15 et comme tout édifice religieux, elle peut être temporairement fermée pour des événements et cérémonies religieuses.

La visite des tours se déroule à heure fixe :

  • A 14h et 15h entre octobre et mars, tous les jours sauf le mardi ;
  • A 14h, 14h45, 15h30 et 16h15 entre avril et septembre, tous les jours sauf le mardi.

La visite du trésor se déroule elle aussi à heure fixe :

  • A 11h entre octobre et mars, tous les jours sauf le mardi.
  • Entre avril et septembre, la visite est possible à 11h et 14h les lundis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis, et à 14h uniquement le dimanche.
Façade sud de la cathédrale d'Amiens
Façade sud de la cathédrale d’Amiens

Autres conseils pratiques

Si vous prévoyez de visiter les tours, notamment à la belle saison, sachez qu’il est interdit d’y monter avec des chaussures ouvertes pour des raisons de sécurité, les marches ayant plus de 800 ans. Lors de ma visite, j’ai vu une dame se faire refuser l’accès car elle portait des sandales de randonnée, mieux vaut donc être prévenu pour éviter les déceptions.

Il y a 302 marches au total pour accéder au sommet de la tour et si les conditions climatiques sont trop défavorables, les visites peuvent être suspendues.

On trouve sur place une boutique et librairie si vous voulez ramener quelques souvenirs.

Il y a plusieurs restaurants sympa à proximité de la cathédrale : Big Ben, La Gargouille, La Table Saint-Firmin par exemple.

Enfin, comme plusieurs grandes villes de France, Amiens met en valeur son patrimoine avec des illuminations de la cathédrale (spectacle « Chroma » en été et à Noël). L’occasion de porter un regard différent sur l’architecture du monument et d’émerveiller les grands comme les petits.

Profitez bien de votre visite là-bas ! Si vous êtes allé sur place ou qu’il vous reste des questions après la lecture de l’article, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.