Comment visiter l’Arc De Triomphe : billets, horaires et infos pratiques


L’Arc de Triomphe fait partie des monuments les plus emblématiques et incontournables de Paris. Situé sur la place de l’Etoile, en haut des Champs-Elysées, il a une histoire et une symbolique tout à fait particulières. Il offre aussi un joli point de vue sur la capitale, que je vous invite à découvrir au fil de cet article à travers quelques photos !

Comment visiter l’Arc de Triomphe ? Qui l’a construit et pour quelle raison ? Comment y aller, combien de marches pour monter au sommet ? Faut-il réserver ses billets à l’avance, quels sont les prix et les horaires d’ouverture ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre ensemble !

Quelle est l’histoire de l’Arc de Triomphe ?

L’idée de construire un arc de triomphe à Paris est née en 1805. A cette époque, Napoléon Bonaparte a été sacré empereur des Français à Notre-Dame de Paris quelques mois plus tôt et emmène son armée, la « Grande Armée », vers une victoire militaire éclatante face à l’Empire russe et à l’Empire d’Autriche lors de la bataille d’Austerlitz. Une victoire qui, encore aujourd’hui, est présentée comme un chef d’œuvre de stratégie car les Français étaient pourtant en infériorité numérique face à l’ennemi.

L’histoire raconte que c’est au retour de cette bataille que Napoléon aurait émis l’idée d’honorer les soldats de la Grande Armée par la construction d’un arc de triomphe à Paris.

L'Arc de Triomphe de nuit
L’Arc de Triomphe de nuit

En soi, l’arc est un monument très « classique » de l’architecture romaine, dont on se servait aussi bien sous forme de construction provisoire (en bois ou en toile par exemple) pour honorer les personnalités importantes arrivant dans une ville… que sous une forme plus durable pour célébrer un chef de guerre victorieux.

Le « triomphe », chez les Romains, était un défilé au cours duquel un général victorieux arpentait les rues de Rome avec ses troupes jusqu’au Capitole, coiffé d’une couronne de lauriers. Il s’achevait, dans les cas les plus spectaculaires, par la construction d’un arc dit « arc de triomphe », ce qui explique qu’on en retrouve plusieurs à Rome qui ont perduré jusqu’à notre époque.

Napoléon, passionné par l’Antiquité romaine, s’inspire donc de cette tradition pour proposer un hommage aux armées.

Où se trouve l’Arc de Triomphe ?

L’Arc de Triomphe trône aujourd’hui au milieu de la Place Charles-de-Gaulle, dite « Place de l’Étoile », faisant face aux Champs-Elysées d’un côté (avec, dans le prolongement, la place de la Concorde, les Tuileries et le Louvre)… et, de l’autre côté, au quartier d’affaires de La Défense et à l’avenue de la Grande Armée (on retrouve donc la fameuse « Grande Armée » !).

Il se situe donc dans le 8e arrondissement de Paris… mais les choses ont failli se passer autrement !

Les Champs-Elysées, vues depuis l'Arc de Triomphe
Les Champs-Elysées, vues depuis l’Arc de Triomphe

En effet, Napoléon souhaitait au départ qu’il soit installé sur la place de la Bastille car c’était par ce côté de Paris (à l’est de la capitale) que les armées victorieuses étaient revenues du front. Mais après réflexion, tenant compte du fait que Napoléon résidait au palais des Tuileries (aujourd’hui disparu) et que la place dite « de l’Etoile » était totalement vide à l’époque, on a opté pour l’emplacement actuel.

Qui a construit l’Arc de Triomphe à Paris ?

On a le contexte, le commanditaire, le lieu… Ne manque plus que le début des travaux ! Les choses débutent en réalité assez rapidement. Napoléon ordonne la construction dans un décret du 18 février 1806, la première pierre est posée dès le 15 août de la même année, jour des 37 ans de l’empereur.

Les toits de Paris
Les toits de Paris

Deux architectes réputés sont alors en lice pour concevoir le monument :

  • D’un côté, Jean-François Chalgrin, 67 ans, à l’origine de nombreux hôtels particuliers, d’aménagements au sein du Palais du Luxembourg, de la création d’une partie de l’Eglise Saint-Sulpice, de la totalité de l’Eglise Saint-Philippe-du-Roule ou encore de la reconstruction du Théâtre de l’Odéon ;
  • De l’autre, Jean-Arnaud Raymond, 64 ans, architecte en chef du Palais du Louvre à la fin du 18e siècle, entre autres accomplissements.

Les deux hommes ont beaucoup de mal à s’entendre sur le projet, des désaccords architecturaux majeurs les opposant quant à l’orientation à donner à cet Arc de Triomphe. Chalgrin décide finalement de s’inspirer des arcs romains de Titus et Janus.

On met près de 2 ans à construire les fondations du monument… et quelques années de plus à lui donner son premier mètre de hauteur. Nous sommes en 1811… et le destin trouve une drôle de manière de résoudre le différend latent entre les deux architectes : Chalgrin, architecte principal, meurt le 21 janvier… suivi par Raymond, le 28 janvier de la même année.

Perspective sur les Champs-Elysées
Perspective sur les Champs-Elysées

L’Arc va continuer à s’élever au fil des années, de manière plus ou moins linéaire selon la période de l’histoire. Après la disparition de Napoléon, Louis XVIII nomme d’autres hommes et architectes pour poursuivre le chantier, dont Héricart de Thury (à l’origine de l’aménagement des Catacombes de Paris).

C’est justement à cette époque que l’Arc de Triomphe commence à adopter une portée à la fois plus large et plus symbolique. Peu à peu, on profite du fait que l’arc soit encore en chantier pour y intégrer d’autres représentations de triomphes français, notamment à l’initiative de Louis-Philippe (dernier roi de France) et Adolphe Thiers (premier président de la Troisième République).

Il y a donc, en réalité, plusieurs architectes qui ont contribué à la construction de l’Arc de Triomphe, et plusieurs personnalités politiques qui ont participé à sa conception et au choix des scènes ornant le monument. L’inauguration a eu lieu le 29 juillet 1836, une date là encore symbolique puisque c’était le 6e anniversaire de la révolution de Juillet (deuxième révolution française).

A quoi sert l’Arc de Triomphe aujourd’hui ?

Au vu de toute cette histoire, vous comprenez plus facilement que l’Arc de Triomphe n’est pas juste un monument décoratif placé sur un axe stratégique de Paris… mais plutôt un monument chargé de sens.

Il est à la fois l’héritage d’une longue tradition remontant à l’Antiquité romaine et le symbole de la grandeur militaire de la France autant que du sacrifice des hommes pour la nation.

Pendant la Première Guerre Mondiale, l’idée a commencé à germer de créer un « symbole » qui représenterait tous les hommes perdant la vie pour la patrie… Au lendemain du conflit, l’Assemblée Nationale a proposé que cet hommage prenne la forme d’une panthéonisation d’un soldat anonyme, qui symboliserait tous les autres tombés au champ d’honneur.

Les associations d’anciens combattants n’étant pas favorables au choix du Panthéon, on a décidé d’inhumer le corps d’un soldat non identifié, le (très célèbre) « Soldat inconnu », au pied de l’Arc de Triomphe à Paris.

La tombe du soldat inconnu
La tombe du soldat inconnu

La cérémonie a eu lieu le 28 janvier 1921 et c’est un peu plus tard, le 11 novembre 1923, que le ministre de la guerre André Maginot a inauguré une flamme éternelle sur cette tombe. Elle est, depuis, ravivée tous les soirs à 18h30 par l’association « La flamme sous l’Arc de triomphe » (qui représente 760 associations d’anciens combattants). Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à assister à la cérémonie, c’est public et la symbolique est toujours aussi émouvante !

Si vous représentez une mairie, une association ou une classe, vous pouvez aussi participer plus activement à l’organisation de la cérémonie en vous inscrivant en ligne ici.

Et puis, au-delà de ce côté historique, l’Arc de Triomphe a bien sûr rapidement trouvé sa place parmi les monuments incontournables de Paris, et fait le bonheur des visiteurs avec sa grande terrasse au sommet qui offre un beau panorama sur la ville.

Drapeau sous l'Arc de Triomphe
Drapeau français sous l’Arc de Triomphe

Au pied du monument

La visite de l’Arc de Triomphe débute au pied du monument, sur la place de l’Etoile. Le sol porte de nombreuses inscriptions qui commémorent des événements historiques importants : la réintégration de l’Alsace et de la Lorraine à la France, les morts lors de la guerre d’Algérie ou encore de la guerre d’Indochine, etc.

Vous pouvez contempler la tombe du Soldat Inconnu et faire le tour du monument pour admirer les sculptures qui figurent sur les arches et les « pieds » de l’arc. La plus connue, face aux Champs-Elysées à droite, s’appelle « Le Départ des Volontaires » et symbolise les 200000 hommes qui, en 1792, se sont soulevés pour défendre la toute jeune République Française, guidés par la Liberté (représentée sous les traits d’une femme ailée).

Le monument est parsemé de gravures évoquant des batailles et de célèbres chefs de guerre. Vous verrez peut-être si vous avez l’oeil lors de votre visite que certains noms sont soulignés. C’est parce que ces hommes sont morts au combat.

Partie de la sculpture du Départ des Volontaires
Partie de la sculpture du Départ des Volontaires

Les marches et la terrasse de l’Arc de Triomphe

On monte une première volée de marches pour accéder à l’entresol, un escalier supplémentaire pour monter dans la salle de l’attique et encore des escaliers pour accéder à la terrasse extérieure ! Quel est le nombre de marches total ? 284, dont 202 jusqu’à l’entresol ! Le tout dans un joli escalier en colimaçon dissimulé dans l’un des piliers…

Et la bonne nouvelle, c’est que le monument est enfin accessible aux personnes à mobilité réduite, grâce à des travaux achevés en 2020. Il y avait déjà un ascenseur dans un pilier mais il restait des marches pour y accéder et il s’arrêtait au niveau de la salle de l’attique (partie « musée ») sans permettre un accès à la terrasse. Depuis, un élévateur a été installé ainsi que des rampes pour que les visiteurs handicapés puissent aussi profiter de la terrasse.

A ce jour, ils devront cependant se faire déposer en voiture sur une place « arrêt-minute » située au pied de l’Arc, du côté de l’avenue de la Grande Armée, car le passage souterrain qui mène au monument n’est pas accessible.

Place réservée aux personnes handicapées
Emplacement réservé aux personnes handicapées – Arc de Triomphe

Cette parenthèse accessibilité étant faite, que voit-on sur place lors de la visite ? A l’entresol, quelques sculptures dont le moulage du génie de la liberté dont j’ai mis la photo plus haut (la tête de la fameuse « femme ailée » du groupe sculpté « Le Départ des Volontaires »). On vous explique sur des panneaux les différentes campagnes de restauration dont le monument a fait l’objet.

Dans la salle de l’attique, on trouve une boutique, une partie « musée » avec des espaces d’exposition (récemment, ils évoquaient par exemple l’Arc de Triomphe emballé sur une idée de Christo et Jeanne-Claude). Un mur est recouvert de palmes en bronze, trace de tous les hommages reçus lors de l’inhumation du Soldat inconnu.

Les palmes en hommage au soldat inconnu
Les palmes en hommage au soldat inconnu

On débouche ensuite sur la terrasse… et là, c’est parti pour une découverte de Paris à 360° ! On peut vraiment se faire plaisir côté photo.

D’un côté, la silhouette ultra-moderne du nouveau Palais de Justice.

Palais de Justice de Paris
Palais de Justice de Paris

La Butte Montmartre sur laquelle trône la basilique du Sacré-Cœur.

La Butte Montmartre
La Butte Montmartre

Le dôme très reconnaissable de l’Eglise Saint-Augustin, créée par Baltard.

L'Eglise Saint-Augustin
L’Eglise Saint-Augustin

Le futuriste musée du Centre Pompidou.

Le Centre Pompidou
Le Centre Pompidou

Tout au fond (mais il faut un gros zoom !), le Panthéon et les Tours Duo (signées par les ateliers Jean Nouvel).

Le Panthéon et les Tours Duo
Le Panthéon et les Tours Duo

Le dôme tout doré des Invalides et la Tour Montparnasse, avec au premier plan le clocher pointu de la cathédrale américaine de Paris !

Invalides et Tour Montparnasse
Invalides et Tour Montparnasse

Les piliers du pont Alexandre III avec, derrière, l’église Saint-Sulpice (à gauche) et la Basilique Sainte-Clotilde (à droite).

L'église Saint-Sulpice et la Basilique Sainte-Clotilde
L’église Saint-Sulpice et la Basilique Sainte-Clotilde

L’Église Saint-Pierre-de-Chaillot et les dômes dorés de la Cathédrale orthodoxe russe de la Sainte-Trinité.

Saint-Pierre-de-Chaillot et la cathédrale orthodoxe russe
Saint-Pierre-de-Chaillot et la cathédrale orthodoxe russe

La Tour Eiffel, bien sûr !

La Tour Eiffel vue depuis l'Arc de Triomphe
La Tour Eiffel vue depuis l’Arc de Triomphe

Ou encore le quartier d’affaires de La Défense

Quartier d'affaires de La Défense
Quartier d’affaires de La Défense

Ce n’est pas le monument parisien que je préfère d’un point de vue « panorama » car il manque un peu de hauteur pour vraiment profiter pleinement des toits de Paris (l’Arc de Triomphe fait 50 mètres de hauteur, 45 mètres de long et 22 mètres de large). Je préfère des endroits comme le Panthéon ou la Tour Saint Jacques (bon, et les tours de Notre-Dame de Paris mais on va attendre la fin des travaux de la cathédrale pour espérer les retrouver !).

Néanmoins, j’aime bien y refaire un tour de temps en temps, il a l’avantage d’être facile d’accès et avec une fréquentation souvent raisonnable, surtout quand on pense à réserver son billet à l’avance.

La visite n’est pas trop longue (comptez 1h), la vue reste très jolie au sommet et on comprend mieux pourquoi le carrefour de l’Etoile porte ce nom… avec toutes les avenues qui en partent de manière très géométrique !

Comment accéder à l’Arc de Triomphe ? Billets et horaires

Comme je le mentionnais, vous pouvez acheter vos billets à l’avance en ligne, cela évite l’attente sur place.

L’Arc de Triomphe est ouvert presque tous les jours de l’année, sauf certains jours fériés : en général, fermeture le 1er janvier, 1er mai, 8 mai (matin), 14 juillet (matin), 11 novembre (matin) et 25 décembre. Il peut y avoir une fermeture ponctuelle additionnelle en raison de commémorations.

Les horaires varient selon la saison : ouverture à 10h le matin dans tous les cas, fermeture à 22h30 entre octobre et mars, 23h pendant la belle saison. Ca permet d’en profiter pour faire quelques photos nocturnes ! Le dernier accès est possible 45 minutes avant la fermeture.

L’entrée est gratuite pour les jeunes de moins de 26 ans, les personnes handicapées (et leur accompagnateur) ainsi que pour les demandeurs d’emploi (sur présentation d’un justificatif de moins de 6 mois), les invalides de guerre et les titulaires du Pass Education. Pour les autres, le prix du billet plein tarif est de 13€ à l’heure où j’écris l’article.

Notez que si vous avez opté pour la réservation du Paris Pass (un pass touristique tout compris qui inclut plus de 75 musées et monuments sur une durée de 2 à 6 jours), la visite de l’Arc de Triomphe est gratuite pendant la durée de validité du Pass.

Les escaliers du monument
Les escaliers du monument

On peut aller sur place par les transports en commun, en descendant à la station Charles-de-Gaulle-Etoile (métro lignes 1, 2 et 6 ou RER A). La sortie la plus pratique se trouve en haut des Champs-Elysées, il y a ensuite un passage souterrain pour accéder au centre de la Place Charles-de-Gaulle.

Vous trouverez sur place deux accès : un pour les visiteurs qui n’ont pas de billet, l’autre pour ceux qui ont déjà acheté un coupe-file. Il n’y a pas besoin de billet pour se promener sur l’esplanade elle-même et aller voir la tombe du soldat inconnu.

Voilà, j’espère que ces informations vous aideront si vous allez prévoir une visite de l’Arc de Triomphe. Si vous l’avez déjà vu, que pensez-vous du monument, de la vue ?

L’Arc de Triomphe en 5 questions rapides

Comment accéder à l’Arc de Triomphe ?
En métro, bus ou RER en descendant à la station Charles-de-Gaulle-Etoile, sortie Champs-Elysées, puis en empruntant le passage souterrain qui vous conduit au centre de la Place de l’Etoile.

Quel est le nombre de marches de l’Arc de Triomphe ?
284 marches.

Y a-t-il un ascenseur dans l’Arc de Triomphe ?
Oui, et depuis 2020 il y a également un élévateur et des rampes d’accès qui permettent aux personnes à mobilité réduite de profiter aussi de la terrasse du monument.

Qui a construit l’Arc de Triomphe ?
L’initiative a été prise par Napoléon Bonaparte, plusieurs architectes se sont succédé, le principal ayant été Jean-François Chalgrin.

Quand l’Arc de Triomphe a-t-il été construit ?
Entre 1806 et 1836.


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.



Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.