J’ai testé… avoir un English boyfriend



Sortir avec un Anglais est une folle aventure. Si si, rien que ça.

Il y a ceux chez qui ça provoque des réactions horrifiées :
– Mais attends, tu veux dire que tu vas à Londres PLUSIEURS FOIS par an ? Alors qu’il pleut et qu’on mange des choses bizarres là-bas ? Mais… mais… mais… CA VA PAS LA TÊTE ?????!!!

Dans ce cas, je feins l’ignorance :
– Des choses bizarres ? Tu veux dire… de la spotted dick ? De la Marmite ? Un bon Toad-in-the-hole ?

Évanouissement garanti.

Et puis, il y a ceux chez qui c’est l’inverse :
– Haaan la chance ! C’est trop bien Londres et les magasins vintage/Topshop/le thé/les écureuils de Hyde Park/les assiettes kitsch avec des photos de la Reine.

Le London Eye et les Houses of Parliament
Le London Eye et les Houses of Parliament

Je vous le dis, c’est VRAIMENT une folle aventure. J’ai lu avec bonheur et délectation les articles de Les petites joies de la vie londonienne et de My tour du globe sur le sujet… et il fallait absolument que j’ajoute mon grain de sel car pendant quelques années, mon cœur s’est promené entre Paris et Londres.

  • L’accent so british : cet accent a un pouvoir magique. Il transforme n’importe quelle phrase en déclaration majeure pour l’avenir de l’humanité. Même si le boyfriend a juste dit « Il faut acheter du jambon », vous aurez l’impression qu’il a prononcé un discours qui va changer votre vie toute entière. L’astuce pour débuter en accent british : le pronom « Je » (« I ») ne doit pas se prononcer « Aïe » mais « Oï ». Répétez aussi « Oh my God » quand vous êtes : surpris ; impressionné ; ému ; content ; furieux ; (insérez ici n’importe quel adjectif).
  • Au-delà de l’accent, les Anglais ont un vocabulaire très typique, avec des mots qu’on ne retrouve que chez eux. Par exemple, un mec, c’est un « bloke ». Et pour dire qu’il fait froid, on ne dira pas « It’s cold » ou « It’s f***ing cold » (au stade où tu as des stalactites qui te sortent du corps) mais « It’s a bit chilly ’round here » ou « It’s bloody freezing » dans les cas de glaciation les plus extrêmes.
  • Ce qui n’arrive jamais car l’Anglais a du mal à avoir froid ce qui, en couple, est source de quelques difficultés territoriales de répartition de la couette. Exemple vécu : l’Anglais vient te chercher en moto à l’aéroport. Il est 23h30 en plein mois de novembre, ton avion a eu beaucoup de retard, un vent glacial souffle et tu grelottes dans ton manteau + doudoune + bonnet + écharpe + pull + gilet + sous-pull. Il est en t-shirt et blouson et commente « It’s a bit chilly » (= « Il fait un peu froid »). Tu te retiens de lui hurler « A BIIIIIT?!!! » à la figure uniquement parce que ta mâchoire a gelé en position fermée. De toute façon, il est déjà passé à autre chose.
  • Ah, oui, car l’Anglais est flegmatique. Il a du mal à exprimer une émotion forte et quand il le fait, c’est toujours avec modération. Par exemple, si dans une file d’attente quelqu’un essaie de doubler, il se contentera de jeter un regard noir en direction du sol mais s’abstiendra de tout commentaire. Maîtrise et zénitude.
  • Du coup, l’Anglais est spécialiste du double langage. Certaines phrases en apparence inoffensives sont en réalité TRÈS mesquines. Par exemple, quand il te dit « I’ll bear this in mind » (« Je garde ça en tête »), ça signifie qu’il s’en moque totalement et l’aura oublié dans la seconde. « It’s a bit cheeky » (« C’est un peu osé ») signifie qu’il a été choqué à vie.
  • En parlant de langage, l’Anglais a du mal à apprendre une langue étrangère parce que quoi qu’il arrive, on le comprendra toujours à peu près partout. Au bout de quatre ans de relation, mon boyfriend avait retenu « La baguette », « Le fromage », « Le chocolat » et « Je t’aime » (quand même !). Les hommes ne pensent qu’à manger.
Cabine téléphonique à Londres
Cabine téléphonique à Londres
  • L’Anglais est souvent désolé et s’excuse pour tout et n’importe quoi. Il a cette peur panique de déranger, d’avoir commis un impair, fait une erreur (d’ailleurs, l’Anglais est extrêmement poli en règle générale). Alors il maîtrise le « Sorry » comme personne. Tellement bien que du coup, on ne sait plus vraiment quand il est réellement désolé (ce qui rejoint son talent pour le double langage).
  • L’Anglais est un vrai gentleman : il porte ton sac trop lourd, te tire la chaise pour que tu t’assoies, marche du côté du caniveau dans la rue, ne conçoit même pas que tu puisses payer le restaurant un jour dans ta vie malgré tes moult supplications au nom de l’égalité homme-femme, du partage des richesses, tout ça. Le mien connaissait même l’ordre dans lequel l’homme et la femme doivent monter/descendre les escaliers ou rentrer dans les lieux publics, et tout ça avec un naturel déconcertant. C’est juste instinctif. Et complètement craquant. (Bon, peut-être qu’il était juste bien élevé, je suis sûre qu’il y a des rustres partout!)
  • L’Anglais parle beaucoup de la météo. Qu’il soit jeune ou vieux, c’est LE sujet de conversation n°1. Quand on a une relation avec un Anglais, on apprend vite aussi qu’il ne faut jamais écouter les prévisions de la BBC même s’il faut TOUJOURS savoir quelles sont les prévisions de la BBC. La pluie n’arrête jamais un Anglais de toute façon.
  • L’Anglais n’a pas la même notion de « boire un verre » que le Français. Pour nous, « boire un verre » PEUT signifier « consommer le contenu d’un verre, qui peut être alcoolisé ou non ». Pour l’Anglais, le verre s’appelle une bouteille (voire deux ou trois). Et c’est toujours alcoolisé. La gueule de bois fait partie intégrante de la vie.
  • Entre l’Anglais et le Français, c’est la guerre. Lui va vous imiter le touriste français de base en prenant un air hautain, une voix méprisante, un accent incompréhensible et une impolitesse généralisée (aïe, notre image à l’étranger !). Vous pourrez répliquer en vous moquant de son pays tout pluvieux mais comme ce n’est pas de sa faute, il s’en moquera et vous enverra des SMS triomphants. Exemple vécu (celui-là, c’était avec un ami) :
    Les Anglais et les Français : c'est la guerre !
    Les Anglais et les Français : c'est la guerre !

    C’est la guerre, je vous dis.

Mais on rigole bien (et on les adore) quand même, hein ? D’ailleurs, si vous parlez anglais et que vous aimez ce pays, je vous conseille le livre Very British Problems. C’est un peu le mode d’emploi (hilarant) de nos chers voisins.

Et si vous voulez préparer un séjour en Angleterre (parce qu’il faut bien le rencontrer quelque part, l’English boyfriend !), découvrez tous mes conseils pour partir au Royaume-Uni, avec plein d’idées de sorties !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

24 commentaires sur “J’ai testé… avoir un English boyfriend

  • Gaelle Clarke

    Je viens de lire cet article assez véridique en effet; je suis mariée depuis 10ans avec un britannique. Je pense que je ne remarque plus les différences culturelles even fait. Il a pris de ma culture et moi de la sienne. Enfin comme il ne parle (toujours pas) Français, c’est plutôt moi qui a pris sa culture d’autant plus que j’ai habité et travaillé aux USA 3ans seule et à Londres 5 ans avant de le rencontrer. Nous avons depuis habité en Allemagne, Belgique et Moyen orient pour raisons professionnelles, maintenant de retour en GB donc nous sommes assez solides même si les différences culturelles parfois refont surface, on ne peut pas totalement ignorer ses racines; mais je pense que cela nous permet de ne pas nous ennuyer😂 il a le flegme britannique et moi le volcanisme bien latin. Je n en voudrais pas un différent ❤️ Et je conseille à toutes celles ou ceux qui sont dans ce cas d’être flexible et ouvert pour réussir sa vie de couple bi culturelle. Il faut aimer les différences et savoir en tirer des avantages; de plus cela fait grandir et rend la relation unique❤️ Au depart je ne jurais que par les americains, et je ne voulais pas entendre parler des gars anglais, qui passent leur temps au pub etc. Et puis apres avoir eut quelques US boyfriends, je me suis rendue compte que cela ne me convenait pas du tout et les USA encore moins. ( comment passer sa vie avec quelqu un qui ne sait pas ou est la France ..etc etc etc).
    Alors après vécu à Londres ( j’y suis aterrie presque par hasard) je me suis dit que les anglais… en fait sont beaucoup plus intéressants et polis, cultivés, et modestes….ce sont des généralisations.. mais cela reste mon expérience/ opinion.
    J ai la chance que mon mari aime les cultures autres que la sienne. Il aime découvrir , visiter, s intéresse aux langues étrangères, à la gastronomie, a l’aviation, à la musique …il a vraiment complété ma vie et moi la sienne, car nous travaillons sans cesse sur ces différences et on apprend tellement sur soi même et sur les autres. Une relation bi culturelle est pour moi une des plus belles choses qu’on puisse faire dans sa vie. En ces temps de triste Brexit encore plus xxx

    Répondre à Gaelle
    • Marlène

      Merci Gaëlle pour le témoignage, preuve de la richesse de ces rencontres « interculturelles ». Le Brexit m’attriste beaucoup aussi, c’est une forme de déchirure entre mon pays de naissance et mon pays de coeur… a fortiori avec le Covid qui nous éloigne aussi plus qu’à l’accoutumée. J’espère que nous parviendrons à trouver un équilibre. Dommage que le Brexit mette fin à certaines opportunités d’échanges qui étaient formidables, je pense à Erasmus pour les étudiants par exemple, et bien sûr à l’économie.

      Répondre à Marlène
  • Gautier Marlene

    Salut
    J’ai adoré ce que j’ai lu sur votre blog au sujet des anglais. Voilà que c est justement la bas que je pense y aller pour un séjour linguistique, une fois que je trouverais une école, ainsi qu’un endroit pour rester pendant le temps du séjour.
    Française d’origine brésilienne, j’ai 52 ans et actuellement je suis en reconversion professionnelle pour travailler dans le tourisme, donc, il faut que j’ apprenne l’anglais le plus rapidement possible. Malheureusement, je rencontre pas mal d’obstacle à cause des prix.
    Est- ce que vous auriez des suggestions et des adresses des écoles à me conseiller.
    Je vous remercie.
    Cordialement.
    Marlene.

    Répondre à Gautier
  • Laurie

    Ahah super cet article! C’est clair, ils sont super polis ça change des parisiens

    Répondre à Laurie
    • Marlène

      Il y a tellement de gens à Paris qui ne sont pas de vrais Parisiens que je ne sais pas si je ferais une comparaison ;)

      Répondre à Marlène
  • Ludivine

    Tellement vrai !!!!!! T ô u t

    Répondre à Ludivine
    • Marlène

      Ha ha je n’ai pas la prétention de tous les résumer… mais j’avoue avec un peu de recul qu’il y a quand même des choses récurrentes ^^

      Répondre à Marlène
  • Margaux

    Si vous voulez avoir une vie sexuelle proche de celle d une huître sortez avec un anglais

    Répondre à Margaux
    • Marlène

      Vous les avez tous testés ? Je comprends que la conclusion soit… douloureuse ;)

      Répondre à Marlène
  • carol

    Très drôle, votre texte et bien écrit. Vous avez raison sur le comportement des hommes. J’ai habité à Londres quelques mois et je n’ai jamais écouté des commentaires sexuels, ce qu’ au Brésil c’est un costume dégoûtant.

    Répondre à carol
    • Marlène

      C’est vrai que je n’ai jamais entendu les Anglais draguer ouvertement une femme ou faire des réflexions déplacées, la siffler, etc. Ils sont bien élevés :)

      Répondre à Marlène
  • Anne-Laure

    Haha! Je découvre ton blog et j’en suis ravie, ton article est super drôle! :)

    Répondre à Anne-Laure
  • célia

    ahahah je devrais faire un article mais avec « sortir avec un italien »

    Répondre à célia
    • Marlène

      Mais fais-le ! C’est super rigolo de lire les avis de chacun sur les couples interculturels :) En plus avec tous les clichés qu’on peut avoir sur l’Italie, tu ne risques pas de manquer d’inspiration !

      Répondre à Marlène
  • iamninis

    J’ai bien ris devant cette article ! Je trouve ça adorable ces petites habitudes qu’on les anglais, et pour ce qui est de la température je suis tout à fait d’accord ! Quand je suis allée en Angleterre chez une correspondante j’ai halluciné de la voir elle et ses amies en short et débardeur alors que moi j’étais heureuse d’avoir mon jean et mes bottes ! ^^

    Répondre à iamninis
    • Marlène

      Ils ont une régulation thermique spéciale ^^ Ce que je trouve plutôt bien en revanche, c’est que les hommes ne sont pas aussi lourds qu’en France. Les filles peuvent sortir en petite jupette sans avoir droit aux « Hé Mad’moiselle, t’es bonne ».

      Répondre à Marlène
  • Sarah Conte Philly

    Ah genial ton article! Je le decouvre grace a ton commentaire! J’ai bien bien rigole et je pense que l’accent british et les EXCELLENTES manieres doivent etre les principales choses que j’aimerais injecter dans mon american boyfriend!
    T’inquietes pas, meme avec les americains on en prend pour notre grade les francais…

    Répondre à Sarah
    • Marlène

      Ce qui me fait toujours rire avec les Américains c’est le « OMG you’re so lucky to be from Paris ». Tu peux venir de Brive-la-Gaillarde, Chavagnes-en-Paillers ou Saint-Julien-Molin-Molette, c’est pareil (bon, quand on voit la taille de la France par rapport à celle des USA, on se dit que pour eux, la Province n’est que la grande banlieue parisienne).

      Répondre à Marlène
  • Noémi

    Tu m’as fait mourir de rire ! C’est quoi ces plats bizarres, jamais entendu parler ?

    Répondre à Noémi
    • Marlène

      La spotted dick (je te laisserai traduire ^^) est une sorte de pudding à base de graisse de mouton, avec des raisins ou des fruits secs dedans. La Marmite est une pâte à tartinée presque noire, ultra salée, qui je crois est faite à partir de levure de bière. Et le Toad-in-the-hole (« crapaud dans le trou ») est une pâte assez simple (farine, œufs, lait) dans laquelle on cuit des saucisses au four.

      Bon, je ne veux pas non plus entretenir les clichés sur la nourriture anglaise. Ils ont quelques plats assez « mythiques » de la même manière qu’en France, on a les escargots, le foie de génisse, l’huile de foie de morue, le ris de veau et la langue de bœuf…

      Répondre à Marlène
  • Lucie

    Coucou! Tout d’abord merci pour la mention :) C’est vrai qu’etre en couple avec un English Boyfriend, c’est quelque chose!

    Répondre à Lucie
    • Marlène

      Mais de rien :) J’avais bien ri en lisant ton article. Le « Mais tu l’as trouvé où » est aussi la première question qu’on me pose.

      Répondre à Marlène


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.