Les Jardins du Luxembourg, l’endroit parfait pour une balade à Paris



Les Jardins du Luxembourg, c’est un patchwork d’ambiances au cœur de Paris. Le calme de la Fontaine Médicis où l’eau clapote à l’ombre des grands arbres. Les terrains de tennis et de basket où l’on se défoule. Le bassin principal où les enfants rugissent de plaisir devant les mini-voiliers qui filent sur l’eau. Les grandes pelouses où l’on rêve… Les chaises en métal que l’on installe en cercle pour discuter entre amis… Le petit théâtre de marionnettes, les promenades à dos de poney, les balançoires… mais aussi le bruissement des branches, le parfum des fleurs…

Ça y est, vous êtes dans l’ambiance ? Je vous emmène visiter.

L’histoire du Jardin du Luxembourg

Au 16e siècle, on construit à cet endroit un hôtel particulier, l’hôtel du Luxembourg. Il doit son nom à son premier propriétaire, François de Piney-Luxembourg, duc de Luxembourg.

Assez rapidement, en 1612, il s’en sépare et le vend à Marie de Médicis. Elle est alors régente du Royaume : son mari Henri IV est mort assassiné en 1610, elle se retrouve veuve à élever le jeune roi Louis XIII (monté sur le trône à l’âge de 8 ans !).

Marie de Médicis décide de transformer les lieux et d’y faire construire un palais. Elle rase des maisons et une partie de l’hôtel particulier initial (que l’on surnomme désormais le « Petit Luxembourg » et qui accueille depuis 1825 la résidence du Président du Sénat). Elle fait construire un grand palais, conçu par l’architecte Salomon de Brosse… et laisse son nom à la la fontaine Médicis, construite en 1630.

Fontaine de Médicis dans les Jardins du Luxembourg
Fontaine de Médicis dans les Jardins du Luxembourg

Marie de Médicis commissionne aussi au peintre Rubens une série de tableaux. Il s’agit de créer ici une demeure digne de son rang. A l’époque, le jardin du Luxembourg ne compte « que » 8 hectares, dans un quartier qui regorge d’hôtels particuliers, de couvents et de séminaires. D’ailleurs, encore aujourd’hui, l’Institut Catholique de Paris s’établit à deux pas du jardin du Luxembourg.

Marie de Médicis s’installe au palais du Luxembourg en 1625, après dix ans de travaux, alors même que le chantier n’est pas terminé. Le palais se compose de deux ailes : l’aile ouest, pour Marie de Médicis ; l’aile opposée, pour Louis XIII.

Ainsi, à l’instar des parcs royaux de Londres qui sont liés à l’histoire de la Monarchie, les Jardins du Luxembourg connaissent le même destin. Ils servent de terrain de chasse à Louis XIII… ou plutôt, de terrain d’initiation à la chasse : on lâche des marcassins dans le jardin… et le jeune Roi s’entraîne à les chasser !

Le Sénat et les Jardins du Luxembourg
Le Palais du Luxembourg (siège du Sénat) et les Jardins du Luxembourg

Le Jardin du Luxembourg s’étend peu à peu latéralement, et non face au Palais… car malgré toute son influence, Marie de Médicis ne peut faire déplacer le couvent des Chartreux qui se trouve dans le prolongement du Palais. Les parterres de fleurs se structurent autour du bassin (ils seront repensés par André Le Nôtre quelques décennies après leur conception).

C’est en 1791, après les remous de la Révolution Française, que le Palais du Luxembourg devient une propriété nationale. Il est brièvement transformé en prison pendant cette période agitée de l’histoire et le jardin du Luxembourg, loin de sa quiétude initiale, est le lieu où les familles de prisonniers viennent tenter d’entrer en contact avec les détenus.

Le Palais accueille finalement le Sénat en 1799. L’Histoire s’apaise… et comme on a profité de l’épisode pour réquisitionner le couvent des Chartreux qui « perturbait la perspective », on initie au début du 19e siècle une grande réorganisation des jardins, en entourant le bassin central de pelouses.

Le Sénat et le bassin du Jardin du Luxembourg
Le Sénat et le bassin du Jardin du Luxembourg

Si le Jardin du Luxembourg appartient au Sénat, il est tout de même largement ouvert au public : sur les 23 hectares que compte le parc, 21 sont accessibles à tous.

Le jardin du Luxembourg réunit un jardin à l’anglaise et un jardin à la française, séparés par le grand bassin et par une « forêt ». Mais on y trouve aussi un verger, des serres connues pour abriter des orchidées splendides et une roseraie très poétique…

Roseraie des Jardins du Luxembourg
Roseraie des Jardins du Luxembourg

Les Jardins du Luxembourg abritent également plus d’une centaine de sculptures mais aussi des espaces dédiés aux insectes ou encore un rucher-école (ruches auprès desquelles des gens peuvent venir se former à l’apiculture).

La maison des insectes
La maison des insectes

Le rucher-école existe depuis 1856 et a été entièrement rénové en 1991.

Les ruches du Jardin du Luxembourg
Les ruches du Jardin du Luxembourg

Il y a aussi sur place une orangerie. La tradition a été lancée par les Italiens à la Renaissance : créer un bâtiment clos et chauffé pour accueillir les agrumes pendant la saison froide, afin qu’ils ne gèlent pas. Le Jardin du Luxembourg a connu plusieurs orangeries, l’actuelle date de 1839. On y trouve des oranges amères, des palmiers ou encore des lauriers roses.


Que faire au Jardin du Luxembourg ?

Les activités ne manquent pas sur place et ont conservé l’esprit insufflé par Napoléon Ier. Ce dernier décide de faire de ce jardin un endroit pensé pour les enfants. Ils peuvent y trouver des jeux et s’y promener en « voiture aux chèvres », un véhicule tracté par ces animaux comme le montre cette carte postale ancienne.

Voiture aux chèvres, Jardin du Luxembourg
Voiture aux chèvres, Jardin du Luxembourg

A l’époque, on y loue aussi des chaises… et les chaises du Jardin du Luxembourg sont payantes. Il faut compter 20 centimes de franc pour louer une chaise et 30 centimes pour un fauteuil juste après la Première Guerre Mondiale. Il existe un métier dédié, celui de « chaisière », des femmes chargées de percevoir le prix de la location des chaises.

Le jardin du Luxembourg et ses chaises
Le jardin du Luxembourg et ses chaises

Ce n’est que depuis 1974 que les chaises sont devenues gratuites. Mais alors, que faire au jardin du Luxembourg ?

Les Voiliers du Luxembourg

On peut, pour commencer, louer un bateau pour le faire naviguer sur le bassin du Jardin du Luxembourg (location à la demi-heure ou à l’heure)… ou venir avec son propre bateau.

Il existe même un club nautique du Luco, qui réunit depuis 2003 des passionnés chaque dimanche matin autour du bassin. Au programme, de la navigation bien sûr avec des voiliers, des bateaux radiocommandés et même des sous-marins !

Concernant les voiliers, ils se louent auprès de la société des Voiliers du Luxembourg installée dans les Jardins.

A la belle saison, il peut s’en louer jusqu’à 300 par jour ! Cette tradition existe depuis 1881 et ne manque pas de séduire les grands comme les petits : on choisit son bateau parmi la flotte qui en compte quelques dizaines, on paie quelques euros… et c’est parti pour une session de navigation sur le bassin, en guidant le voilier avec un baton.

Le service fonctionne le mercredi après-midi, les samedis, dimanches et jours fériés… et tous les jours en juin/juillet/août ainsi que pendant les vacances scolaires de Pâques et de la Toussaint des petits Parisiens. Les Voiliers du Luxembourg sont en revanche fermés si la météo est trop mauvaise, il y a également une fermeture annuelle de 3 mois en hiver.

Le bassin du Jardin du Luxembourg
Le bassin du Jardin du Luxembourg

Marionnettes et jeux d’enfant

Les Jardins abritent aussi le plus grand théâtre de marionnettes de France, avec 275 places. Les spectacles durent en général une quarantaine de minutes.

Les enfants peuvent aussi profiter d’aires de jeux et d’un manège à l’ancienne, le Manège Garnier (créé en 1879 par Charles Garnier, l’architecte de l’Opéra de Paris). Chaque enfant monte sur un cheval de bois et se voit remettre un bâton avec lequel il doit essayer tout au long du tour d’attraper des anneaux. Celui qui en attrape le plus gagne un tour gratuit !

Les Jardins du Luxembourg à Paris

Activités ludiques et sportives pour adultes

Pour les plus grands, il y a vraiment beaucoup de choses à faire sur place : des tables pour jouer aux échecs (près de l’orangerie), des terrains de pétanque, des terrains de tennis et, à proximité, des tables de bridge.

Ajoutons à cela des expositions de photos sur les grilles du jardin (à l’initiative de Stephane Sednaoui), un tennis, des cours de jardinage et d’art floral, des cours d’horticulture… En été, on trouve souvent des cours de yoga gratuits (le dimanche midi sur la pelouse centrale, généralement entre mai et septembre) ou des cours de remise en forme.

Bien que les Jardins du Luxembourg soient très souvent bondés, en particulier par beau temps, on prend toujours plaisir à admirer les fleurs et les arbres au feuillage vert tendre. Une parenthèse nature à Paris s’apprécie toujours à sa juste valeur !

Les Jardins du Luxembourg à Paris

Visiter les Jardins du Luxembourg

Les Jardins du Luxembourg possèdent plusieurs entrées. Vous pouvez y accéder via le RER B (station Luxembourg), la ligne 12 du métro (station Notre-Dame-des-Champs) ou éventuellement la ligne 4 (station Odéon, moins proche du jardin).

Les horaires d’ouverture sont fonction des heures de lever et coucher du soleil, ils varient donc selon les saisons et sont affichés chaque jour à l’entrée des Jardins. Vous pouvez obtenir plus d’informations sur le site du Sénat.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Les Jardins du Luxembourg, l’endroit parfait pour une balade à Paris

  • Bellahouel

    Quel dommage je ne savais pas que les chaises sont prévus pour s’asseoir la 2eme chaise pour les pieds et voir la troisième pour poser le sac ou les affaires personnelles. Je pense que celà manque de civisme.

    Répondre à Bellahouel
    • Marlène

      Il y a partout des gens qui manquent d’éducation ;) Mais peut-être qu’en demandant gentiment une chaise, les personnes qui ne pensaient pas déranger la donneraient volontiers.

      Répondre à Marlène
  • christophe redondo

    J’y ai passé des heures et des jours..majestueux. J’y ai meme passé des nuits a faire la surveillance, lorsque j’étais de la Garde Républicaine…Impressionnant la nuit lorsqu’il n’y a plus personne.

    Répondre à christophe
    • Marlène

      Oh quelle chance, j’imagine que ça doit être une expérience assez mémorable !

      Répondre à Marlène
  • Jeff

    Un petit côté hanami avec ce cerisier en fleurs:-D Ouais Paris est dans la cepla! Boum!

    Répondre à Jeff
    • Marlène

      Bon, je pense qu’on a encore du chemin à faire avant d’égaler les Japonais sur la question ;)

      Répondre à Marlène
  • Audrey

    Merci pour ce petit article en forme de madeleine de Proust … trois ans de prépa à quelques pas du Luxembourg, cela donne de longues heures sur les fameuses chaises vertes à réviser, à papoter, à désespérer … ou à sécher certains cours d’histoire ou de latin, surtout lorsque le temps se mettait au beau !

    Répondre à Audrey
    • Marlène

      J’ai travaillé quelques mois à l’Institut Catholique de Paris il y a déjà longtemps et c’était aussi le petit lieu de break sympa du midi quand il faisait beau :)

      Répondre à Marlène


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.