Légendes de Prague : 5 histoires palpitantes pour pimenter votre visite de la ville


Quand je suis allée à Prague, une chose m’a énormément frappée : le nombre de légendes qui entourent la ville ! J’ai séjourné au Design Hotel Jewel et chaque jour, l’hôtel déposait sur le lit une nouvelle légende à découvrir.

Chaque quartier possède ses petites histoires fantastiques… alors, à l’approche d’Halloween, j’ai décidé de vous raconter 5 légendes de Prague qui m’ont marquée !

1. La légende du Canal du Diable

Si vous effectuez une balade en bateau sur la Vltava, vous emprunterez peut-être un minuscule canal de 740 mètres de long, que les tchèques appellent « Čertovka » : le canal du Diable… Il aurait été construit au 12e siècle par l’Ordre des Chevaliers de Malte, probablement pour alimenter des moulins à eau qui se trouvaient à cet endroit (il en reste des traces aujourd’hui !).

Alors que l’eau du fleuve est particulièrement calme, dès que l’on pénètre dans ce bras d’eau on se retrouve face à des flots qui tourbillonnent comme si l’eau était animée par une puissance maléfique. Certains affirment que c’est cette particularité qui a donné naissance au surnom « canal du Diable »…

Une autre version de l’histoire affirme que le canal du Diable doit son nom au fait que les habitants de ce quartier avaient pris l’habitude de jeter leurs ordures dans le bras d’eau, provoquant une odeur pestilentielle littéralement infernale !

Mais selon des sources bien informées, ce n’est pas seulement une banale histoire de débit d’eau ou de manque d’hygiène…

La légende raconte qu’il y a longtemps, vivait au bord du canal du Diable une vieille femme particulièrement acariâtre. Elle aimait colporter toutes sortes de rumeurs sur le voisinage et avait fini par être détestée de tous. Jusqu’au jour où un mystérieux habitant excédé profita de la nuit noire pour dessiner sur sa maison six diables… qu’il compléta par cette inscription : « La Maison des Sept Diables ». Vous devinerez sans peine qui était le septième ;)

Le canal du Diable à Prague
Le canal du Diable à Prague

Et si vous décidez de faire une promenade de nuit aux abords du canal le Vendredi saint… vous pourriez bien rencontrer la « Dinde Ardente », un fantôme tout à fait particulier. Il erre à proximité de l’un des moulins à eau de Prague depuis qu’il a quitté le monde des vivants.

Nous étions alors à l’approche de Pâques. L’homme qui possédait le moulin à l’époque était un bon vivant, qui appréciait les plaisirs de la table et profitait de chaque occasion pour se délecter d’un bon repas. Cette année-là, il avait décidé d’engraisser trois dindes pour faire un véritable festin !

Mais il avait beau être gourmand, c’était aussi un pieux Chrétien… et il avait bien l’intention de respecter le jeûne du Vendredi Saint (d’autant qu’il n’en apprécierait que davantage la dégustation de la dinde par la suite !).

Hélas, ce fameux vendredi, il fut soudain saisi par une faim incontrôlable… Diabolique, pourrait-on dire ! Incapable de résister à sa gourmandise, il dévora alors une dinde qui cuisait lentement en prévision du festin. Peu après son accès de gloutonnerie, il fut pris de violents maux de ventre et mourut. Depuis ce jour, à chaque Vendredi Saint après la tombée de la nuit, la Dinde Ardente réapparaît aux abords du moulin. Attention : si vous la croisez, ne la touchez pas car elle brûle !

Un moulin à eau sur le Canal du Diable
Un moulin à eau sur le Canal du Diable

2. Légendes de Prague : l’histoire du Golem

Dans la mythologie juive, le Golem est un être généralement fait d’argile, qui n’a pas de libre arbitre et obéit exclusivement à son créateur. Prague a elle aussi possédé le sien, au cœur de l’une des légendes de Prague les plus connues !

Tout commence autour de la naissance du 17e siècle. Il régnait alors à Prague un certain climat antisémite, des habitants accusant les juifs de commettre des meurtres rituels. Le rabbin Juda Lœw ben Bezalel, dit Le Maharal, décida alors de créer un Golem afin de protéger la population (même si certains affirment que l’homme voulait tout simplement combler le vide causé par son absence d’enfant).

Il puisa de l’argile sur les rives du fleuve Vltava, avec laquelle il donna vie à la créature… et lui inscrivit sur le front le mot « emet » (« la vérité »). Les premiers temps, tout se passa extrêmement bien : des incantations rituelles en hébreu permettaient d’éveiller le Golem afin qu’il aille protéger la population juive de Prague.

Mais rapidement, la situation dégénéra et le Golem sembla prendre goût à des actions teintées de violence. Il se transforma peu à peu en être sanguinaire qui prenait plaisir à commettre des meurtres. Évidemment, le rabbin se retrouva quelque peu déconcerté face à l’attitude de son protégé et réalisa qu’il n’y avait qu’une seule issue désormais : détruire le Golem afin que la ville retrouve sa quiétude.

Le Maharal modifia tout simplement le mot inscrit sur le front du Golem, remplaçant « emet » par « met » (la mort)… ce qui provoqua la disparition de la créature.

Certains affirment toutefois que le fils du rabbin redonna vie au Golem et qu’on peut parfois le croiser errant dans le quartier juif de Prague…

Le vieux cimetière juif de Prague
Le vieux cimetière juif de Prague

3. La légende de la femme sans tête

Au 18e siècle, le richissime comte Nostic fit construire à Prague un théâtre baroque, que tout le monde appelait le théâtre de Nostic et qui porte aujourd’hui le nom de Théâtre des États. C’est un lieu prestigieux où Mozart lui-même connut un immense succès avec son Don Giovanni, quelques années avant sa mort.

La légende raconte que dans ce théâtre jouait une actrice de toute beauté qui faisait tourner les têtes, Laura. Laura était mariée et fidèle… ce qui n’empêchait pas tous les hommes de rêver de la conquérir ! Jusqu’au jour où un Comte parvint à attirer l’attention de la belle… qui finit par succomber à ses charmes à l’issue d’une représentation.

Lorsqu’elle rentra chez elle ce soir-là, son mari suspecta aussitôt la liaison interdite et entra dans une rage folle, tranchant sur le champ la tête de son épouse. Il ne s’arrêta pas à ce crime atroce mais décida d’envoyer la tête au Comte en guise de représailles.

Terrifié par la situation, le Comte enterra la tête de Laura dans un endroit connu de lui seul.

Encore aujourd’hui, dès qu’il fait nuit noire, Laura erre aux abords de la Chapelle de Sainte Marie-Madeleine car c’est dans ce quartier que sa tête aurait été enterrée… et elle ne trouvera pas le repos tant qu’elle ne l’aura pas dénichée ! C’est sa seule mission alors si vous la croisez, ne la détournez pas de son chemin. Sa silhouette peut effrayer mais elle ne vous fera aucun mal…

Le théâtre des Etats à Prague
Le théâtre des Etats à Prague – Photo © Patrick Müller

4. La légende du Barbier Fou

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la légende du barbier de Fleet Street, Sweeney Todd, qui a inspiré un célèbre film de Tim Burton avec Johnny Depp, Helena Bonham Carter et Alan Rickman. L’histoire d’un barbier londonien qui assassinait ses clients avec son rasoir… Il se trouve qu’un barbier similaire a sévi en République Tchèque… Du moins, c’est ce qu’affirment les légendes de Prague !

Au tournant du 17e siècle vivait dans la vieille ville de Prague un barbier qui connaissait une certaine réussite dans son activité. Néanmoins, notre homme restait frustré, désireux d’avoir un niveau de vie supérieur… Puisqu’il n’y parvenait pas par le travail, il décida d’avoir recours à l’alchimie et à la magie afin de s’enrichir et d’obtenir de l’or.

Ses trois filles et sa femme furent peu à peu gagnées par l’inquiétude en constatant que le barbier était comme obsédé par sa quête de fortune. Tout ceci allait mal finir, à plus forte raison parce qu’il se lançait dans des dépenses inconsidérées !

Hélas, leurs inquiétudes étaient fondées : malgré tout son or, le barbier finit par être ruiné. Il dut vendre sa maison, prostituer ses filles tandis que sa pauvre femme préféra se jeter dans le vide plutôt que de subir le déshonneur. C’en fut trop pour le barbier qui, affamé et sans le sou, perdit la tête et se mit à arpenter les rues en attaquant les passants avec son rasoir.

Jusqu’au moment où il tomba sur des soldats qui répliquèrent et le mirent à mort. Mais le barbier ne trouva pas le repos, conséquence tragique de son appât du gain et de sa vie gâchée. Son fantôme hante les rues du Vieux Prague, à la recherche d’un jeune homme courageux qui acceptera de se faire faire la barbe par cet être translucide aux yeux fous. Seul cet acte de bravoure le libérera de sa tragique condition d’âme errante…

La rue Karlova de Prague
La rue Karlova de Prague, où erre le Barbier Fou

5. La légende du Marchand Obèse

Si vous allez dans le quartier de Mala Strana pour visiter le château, vous croiserez peut-être le Marchand Obèse, une autre figure incontournable des légendes de Prague !

Ce marchand était un véritable glouton, capable de dévorer des quantités impressionnantes de nourriture et de s’empiffrer sans le moindre scrupule, indifférent au sort de ses voisins qui parfois ne parvenaient pas à remplir leur assiette. Son physique ingrat trahissait sa gourmandise : un ventre impressionnant et une carrure dont tout le monde parlait dans la région !

Un beau soir, le Marchand Obèse souffrit de la faim comme à son habitude et se rendit dans sa brasserie préférée pour un dîner gargantuesque comportant notamment deux oies et une dinde… servies avec une foule de garnitures et, dit-on, une bonne vingtaine de verres de vin ! Il fallait bien ça pour le rassasier.

Alors qu’il terminait son repas, un mendiant entra dans la brasserie et le supplia de lui donner un morceau de pain – que le Marchand Obèse n’avait pas terminé. Mais au lieu de partager de bon cœur les restes de son repas, le marchand décida égoïstement de refuser la supplication du mendiant.

Bouleversé par tant d’injustice, le pauvre homme ne put s’empêcher de souhaiter la mort du Marchand Obèse en l’imaginant exploser, après ce repas beaucoup trop copieux ! Son imagination devint subitement réalité et le Marchand Obèse explosa littéralement au beau milieu de la brasserie.

Les légendes de Prague, des histoires diaboliques !
Les légendes de Prague, des histoires diaboliques !

Depuis, son fantôme erre dans les rues du quartier. Il ne pourra trouver le repos que si un mendiant lui accorde son pardon et lui offre un morceau de pain, ce même morceau de pain qu’il avait lui-même refusé à un homme en détresse…

Ce ne sont que quelques-unes des nombreuses légendes de Prague qui peuvent pimenter votre visite de la ville. Il en existe beaucoup d’autres et si vous comprenez l’anglais, vous pouvez réserver une visite guidée autour des légendes de Prague qui vous permettra de découvrir la ville sous cet angle original !


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !