Sur la piste des lieux de tournage de la Liste de Schindler à Cracovie


Pour tous ceux qui aiment le cinéma et/ou qui ont envie d’aborder l’histoire de Cracovie en Pologne sous un angle ludique, je vous propose de partir à la découverte des lieux de tournage de La Liste de Schindler.

Le film mythique de Steven Spielberg, sorti en 1993, a non seulement marqué le cinéma mais aussi la ville de Cracovie ! Au programme : des lieux de tournage en pleine ville mais aussi l’exploration d’une carrière de calcaire abandonnée où il reste encore des éléments de décor du film.

La Liste de Schindler, une histoire vraie (ou presque)

Si vous n’avez pas revu La Liste de Schindler depuis un moment, je vais commencer par un petit rappel de l’histoire ! Le film est l’adaptation d’un roman de Thomas Keneally… qui s’appuie lui-même sur une histoire vraie.

Dans le film, à l’époque de la Seconde Guerre Mondiale, l’industriel allemand Oskar Schindler (joué par Liam Neeson) arrive à Cracovie pour faire des affaires et s’enrichir. Il décide d’investir dans une usine qui produit de la vaisselle en émail et s’attache les services d’un comptable juif, Itzhak Stern (Ben Kingsley), qui possède un très bon réseau de contacts au sein de la communauté juive locale.

Membre du parti nazi, Schindler choisit d’embaucher des ouvriers juifs pour faire tourner son usine… tout simplement parce que cette main d’oeuvre coûte moins cher. Jusqu’au jour où le commandant nazi Amon Göth (Ralph Fiennes) arrive à Cracovie pour prendre en charge un camp de travail forcé : tous les Juifs vivant dans le ghetto de Cracovie y sont déportés, dans la violence la plus totale… et Schindler est témoin de cette scène.

A grand renfort de pots-de-vin et avec l’aide indispensable de Stern, Oskar Schindler se met alors en tête de sauver « ses » Juifs.

Si cette histoire vous intéresse, je vous conseille de lire La route vers la liberté de Mietek Pemper qui vous racontera la « véritable histoire ». Mietek Pemper était le secrétaire juif d’Amon Göth et a travaillé, avec Itzhak Stern et d’autres, à la création de la fameuse « liste de Schindler » regroupant tous les Juifs que Schindler a sauvés.

Le récit de Pemper est passionnant, il vous raconte à la fois l’histoire du ghetto de Cracovie, de sa rencontre avec Schindler et de la fameuse « liste »… tout en vous expliquant les « libertés historiques » que Steven Spielberg a prises en créant son film.

« Pour les besoins de la dramaturgie, l’établissement de la ‘liste’ était présenté de façon très simplifiée. Qu’Oskar Schindler eût dicté la liste de mémoire à Itzhak Stern était parfaitement impossible, ne serait-ce que d’un point de vue technique. Qui aurait pu mémoriser les noms de plus de mille personnes, avec le numéro de détenu de chacun, sa date de naissance et sa profession ? […]

Spielberg m’expliqua aussi qu’il avait sciemment fondu deux personnages – Itzhak Stern et moi-même – en un seul. Les circonstances concrètes – la connaissance antérieure que Schindler avait de Stern, suivie de leur amitié, ainsi que ma propre expérience de sténographe personnel de Göth et mon idée de gonfler les chiffres de production – se prêtaient mal au traitement cinématographique, du fait de leur complexité.

Les lieux de tournage de la Liste de Schindler à Cracovie même

La gare principale de Cracovie, Krakow Glowny

Au début du film, on voit de nombreux Juifs venir à Cracovie pour se faire enregistrer. Ils arrivent à la gare de Krakow Glowny… et plus exactement dans l’ancien bâtiment de la gare.

Comment y aller ? Le bâtiment de l’ancienne gare (Dworzec Kolejowy Kraków Główny) se trouve sur la place Jana Nowaka Jeziorańskiego, à côté du centre commercial accolé à la nouvelle gare de Cracovie.

Dans le film :

La gare de Krakow Glowny dans la Liste de Schindler
La gare de Krakow Glowny dans la Liste de Schindler

Le bâtiment de l’ancienne gare en vrai :

Krakow Glowny aujourd'hui
Krakow Glowny aujourd’hui
Le quai de Krakow Glowny, lieu de tournage de La Liste de Schindler
Le quai de Krakow Glowny, lieu de tournage de La Liste de Schindler – Photo © Barbara Maliszewska

On voit également dans le film la gare de Kraków Prokocim, qui se situe à l’écart de Cracovie même (ce qui permettait d’organiser des déportations plus « discrètement » qu’en plein centre-ville), ainsi que la gare de Krakow Plaszow (plus tard dans le film, lorsqu’un convoi est organisé pour conduire les enfants de Plaszow et les malades à Auschwitz).

Plus tard encore, on pense voir la gare de Brněnec-Brünnlitz où Schindler implante son usine (près de sa ville natale)… sauf que dans le film, les scènes n’ont pas été tournées à Brněnec (en République Tchèque) mais à Niepolomice, à environ 25 kilomètres de Cracovie.

Tramway #87

Le tramway #87, que l’on aperçoit furtivement au début du film, a été fabriqué en 1938-1939 et restauré autour de 1990. Il fait partie aujourd’hui de la collection du musée de l’ingénierie municipale de Cracovie.

Comment y aller ? Le tramway 87 faisait partie des trams exposés au 15, rue Wawrzyńca. Depuis fin 2017, le musée est en pleine restructuration et dernièrement, les tramways n’étaient plus visibles donc renseignez-vous avant si vous comptez y aller !

Le tramway #87 dans La Liste de Schindler :

Le tramway 87 dans La Liste de Schindler
Le tramway 87 dans La Liste de Schindler

La basilique Mariacka de Cracovie

La basilique Mariacka (Sainte-Marie) fait partie des lieux de tournage de la Liste de Schindler et représente l’endroit où les Juifs vont secrètement organiser leur marché noir. Vous pouvez y entrer gratuitement mais pour vraiment profiter des lieux, je vous conseille vivement d’acheter un ticket pour visiter l’endroit, qui est absolument superbe.

Comment y aller ? La basilique Sainte-Marie donne sur la place principale de Cracovie, le Rynek Glowny. Quand on se trouve face à la basilique, on peut acheter des tickets dans un point de vente situé à droite.

La basilique Mariacka dans le film :

La basilique Mariacka dans La Liste de Schindler
La basilique Mariacka dans La Liste de Schindler

Le lieu de tournage en vrai :

La basilique Mariacka à Cracovie en Pologne
La basilique Mariacka à Cracovie en Pologne

Le pont Pilsudski à Cracovie

Au bout de 15 minutes de film, on voit les Juifs de Cracovie se faire chasser du quartier juif qu’ils occupaient (Kazimierz) pour être rassemblés dans le ghetto de Cracovie à Podgorze. Ils empruntent pour ce faire le pont Pilsudski.

Pour l’anecdote, le sens de passage sur le pont a été inversé dans le film par rapport à la réalité, afin que l’on ne voie pas à l’écran les bâtiments modernes qui auraient pu créer un anachronisme.

Comment y aller ? Le pont Pilsudski (Most Marszalka Jozefa Pilsudskiego de son nom complet !) enjambe la Vistule au sud du quartier de Kazimierz. On y accède en quelques minutes à pied depuis la rue Krakowska.

Le pont Pilsudski dans la Liste de Schindler :

Le pont Pilsudski dans la Liste de Schindler
Le pont Pilsudski dans la Liste de Schindler

Le pont Pilsudski en vrai :

Le pont Pilsudski à Cracovie
Le pont Pilsudski à Cracovie
Sur le pont Pilsudski à Cracovie
Sur le pont Pilsudski à Cracovie

La vieille synagogue

Lors de la scène de l’enfermement des Juifs dans le ghetto de Cracovie, on distingue à l’arrière-plan le bâtiment de la Vieille Synagogue (Stara synagoga) de Cracovie. Construite au XVe siècle par des Juifs ayant fui les pogroms de Prague, elle a été lourdement détruite pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis restaurée à partir de 1956 pour devenir aujourd’hui un musée du judaïsme (on peut donc la visiter).

Par la suite, la place située devant la synagogue apparaît dans le film lorsque les Juifs pouvant travailler reçoivent leur « Blauschein », une sorte de visa accordé à la main d’oeuvre jugée « essentielle à l’effort de guerre ».

Comment y aller ? La vieille synagogue se situe rue Szeroka à Cracovie, en plein cœur du quartier juif de Kazimierz.

La vieille synagogue dans La Liste de Schindler :

La vieille synagogue dans La Liste de Schindler
La vieille synagogue dans La Liste de Schindler

Le lieu de tournage en vrai :

La vieille synagogue de Cracovie
La vieille synagogue de Cracovie

L’appartement d’Oskar Schindler

Si vous voulez passer dans la rue où vivait Oskar Schindler à Cracovie, il s’agit du n°7, rue Straszewskiego, juste derrière le château du Wawel où le gouverneur général de Pologne, Hans Frank, avait établi ses quartiers. Je n’ai pas fait de photo sur place mais on reconnaît très bien l’entrée telle qu’elle apparaît dans le film.

La rue Straszewskiego, lieu de tournage de La Liste de Schindler :

La rue Straszewskiego, lieu de tournage de La Liste de Schindler
La rue Straszewskiego, lieu de tournage de La Liste de Schindler

On voit d’ailleurs dans un autre plan du film la silhouette de la cathédrale située dans l’enceinte du château du Wawel, juste derrière Schindler (à environ 2h08 de film) quand les cendres des déportés incinérés à Plaszow pleuvent sur Cracovie.

Ce n’est pas la seule adresse où a vécu Oskar Schindler à Cracovie. Selon les témoignages, il aurait en réalité possédé plusieurs propriétés sur place. Il aurait ainsi vécu au n°24, Zygmunta Krasińskiego ; au n°14, Sereno Fenn’a ; au n°9, Tadeusza Romanowicza…

L’enceinte du ghetto de Podgorze

Dans le film La Liste de Schindler, on voit très bien le mur d’enceinte en forme de pierres tombales qui fait le tour du ghetto. Ce mur avait été recréé pour les besoins du film, tout comme l’entrée du ghetto qui n’existe plus aujourd’hui. Il reste cependant un tout petit bout du mur d’enceinte, conservé au niveau de la rue Lwowska.

C’est au début de cette rue que se trouvait l’une des entrées du ghetto (l’autre étant au croisement entre la rue Limanowskiego et la rue Kalwaryjska).

L’enceinte du ghetto de Cracovie à Podgorze aujourd’hui :

L'enceinte du ghetto de Cracovie à Podgorze
L’enceinte du ghetto de Cracovie à Podgorze

L’usine d’Oskar Schindler

A Cracovie, vous pouvez visiter l’usine d’Oskar Schindler elle-même. Après la guerre, Schindler a dû abandonner l’usine (la « Deutsche Emailwaren-Fabrik ») car en tant que membre du Parti nazi et ancien agent du Renseignement allemand, il risquait de se faire arrêter.

Il a fui Cracovie, emportant avec lui une déclaration écrite signée par plusieurs Juifs ayant été sauvés grâce à lui, qui devait lui permettre de prouver sa « bonne conduite » si jamais il se faisait arrêter. Schindler, qui a dépensé toute sa fortune pour sauver des Juifs, a par la suite vécu en Suisse, en Allemagne, en Argentine, essayant de monter différentes affaires sans beaucoup de succès. Il est mort jeune et désargenté, en 1974, à 66 ans, en Allemagne… et est aujourd’hui enterré à Jérusalem.

Son usine a continué à fonctionner pendant toutes ces années, récupérée par une entreprise de télécommunications de Cracovie (Telpod) qui y a fabriqué des composants électroniques entre 1948 et 2002. Ce n’est qu’en 2010 qu’un musée a ouvert dans les locaux de la Deutsche Emailwaren-Fabrik. Il retrace la vie à Cracovie pendant la guerre et évoque l’action d’Oskar Schindler.

Comment y aller ? Le musée se trouve au 4, rue Lipowa, près de la station de tramway « Plac Bohaterow Getta ». Vous pouvez retrouver les tarifs, les horaires d’ouverture et réserver en ligne sur le site dédié à l’usine de Schindler.

Informations sur ce lieu de tournage de la Liste de Schindler : l’usine d’Oskar Schindler a servi à filmer uniquement des plans extérieurs et des escaliers. Les intérieurs, eux, ont été filmés ailleurs, dans une usine d’Olkusz (une ville située à 40 km de Cracovie).

L’usine d’Oskar Schindler dans le film :

L’usine d’Oskar Schindler à Cracovie
L’usine d’Oskar Schindler à Cracovie

L’usine d’Oskar Schindler en vrai :

L’usine d’Oskar Schindler à Cracovie
L’usine d’Oskar Schindler à Cracovie
Les photos des "Juifs de Schindler"
Les photos des « Juifs de Schindler »

Dans l’usine elle-même, vous pourrez voir aussi d’anciens récipients fabriqués par l’usine ainsi que les chariots d’époque qui servaient au transport des lourdes charges. Et à la toute fin de la visite, vous reconnaîtrez sûrement l’endroit où l’on voit Ben Kingsley courir après Liam Neeson suite à la scène où un ouvrier amputé du bras remercie Schindler pour sa bienveillance.

La rue Szeroka

Lorsque le film La Liste de Schindler montre la liquidation du ghetto de Cracovie, au bout d’une heure de film environ, on voit les SS débarquer sur une place avec des grilles en forme de menorah juive. Elle se situe au niveau de la rue Szeroka, en plein quartier juif de Kazimierz.

La rue Szeroka dans le film :

La rue Szeroka dans La Liste de Schindler
La rue Szeroka dans La Liste de Schindler

La rue Szeroka en vrai, l’un des lieux de tournage de la Liste de Schindler très reconnaissables :

La rue Szeroka dans le quartier de Kazimierz à Cracovie
La rue Szeroka dans le quartier de Kazimierz à Cracovie

La rue Ciemna

La rue Ciemna a aussi servi de lieu de tournage de La Liste de Schindler… mais elle est moins reconnaissable que d’autres endroits car elle a été complètement rénovée. C’est là que l’on voit Poldek Pfefferberg (Jonathan Sagall) échapper de justesse à la mort en prétendant à Amon Göth qu’il a été chargé de nettoyer la rue de toutes les valises abandonnées qu’elle contient.

D’autres rues ont été utilisées pour le tournage : les rues Poselska, Skawinska ou encore Jakuba.

La cour du 12 rue Jozefa

Au bout d’une heure de film environ, lors de la liquidation du ghetto, on voit les nazis faire sortir tous les habitants d’un bâtiment donnant sur une petite cour. Il s’agit de la cour du 12 rue Jozefa à Cracovie.

12 rue Jozefa dans La Liste de Schindler (repérez l’escalier !) :

12 rue Jozefa dans La Liste de Schindler
12 rue Jozefa dans La Liste de Schindler

La cour du 12 rue Jozefa à Cracovie :

La cour du 12 rue Jozefa à Cracovie
La cour du 12 rue Jozefa à Cracovie

La Liban Quarry, carrière de pierre à Cracovie

Il y a dans La Liste de Schindler un endroit très particulier, où je ne pensais pas pouvoir me rendre mais où je me suis, au final, retrouvée au beau milieu des décors du film : la Liban Quarry, une carrière de pierre jouxtant le camp de concentration de Plaszow.

J’ai choisi de parler du véritable camp de Plaszow dans un article séparé, afin de ne pas mélanger ce qui relève de la fiction et ce qui relève de la réalité.

Le film raconte l’internement des Juifs dans ce camp, sous la houlette du cruel commandant Amon Göth. Ce dernier avait d’ailleurs inscrit sur les murs de sa villa la devise « Qui veut mourir vieux tire le premier ». Je vous parle aussi de la villa et de ce qu’il en reste aujourd’hui dans mon article sur Plaszow… mais il faut savoir que Steven Spielberg n’a pas tourné sur le site même du camp de Plaszow. En partie par respect pour le lieu où plus de 9000 personnes ont perdu la vie, en partie parce que l’on voyait des appartements modernes à l’arrière-plan.

Le tournage a donc été déplacé à deux pas du site du camp, dans une carrière, la Liban Quarry. Cette carrière ne faisait pas partie du camp de Plaszow mais elle a accueilli une sorte de « camp de redressement » pour quelques centaines de jeunes Polonais, placés sous la houlette des nazis.

De même, les scènes de la villa d’Amon Göth (où on le voit tirer sur des prisonniers depuis son balcon dans le film) n’ont pas été filmées dans la véritable villa, qui se trouve en réalité assez loin de la carrière de calcaire, mais dans un bâtiment reconstitué pour l’occasion.

L’histoire de la carrière de Liban

La carrière a été aménagée à l’initiative de deux familles juives originaires du quartier de Podgorze à Cracovie (qui deviendra le quartier du ghetto), dès 1873 : les familles Liban et Ehrenpreis. La carrière est encore aujourd’hui souvent appelée « Carrière de Liban » ou « Liban Quarry » en anglais. Elle était initialement consacrée à l’extraction de calcaire… avant d’être récupérée pendant la guerre pour servir de camp de redressement… puis d’accueillir le tournage de la Liste de Schindler.

Aujourd’hui, cette carrière est relativement difficile d’accès et peut se révéler dangereuse car elle est largement inondée et dans certaines zones, il existe des trous d’eau profonds.

Si vous souhaitez y aller, de bonnes chaussures sont indispensables… et sachez vous arrêter si vous constatez qu’une zone est difficile d’accès.

Comment accéder à la carrière de calcaire ?

Il y a plusieurs façons d’accéder à la carrière : la première méthode est d’emprunter le sentier qui part depuis l’arrière du tumulus de Krakus (le Kopiec Krakusa), en suivant le grillage jusqu’à une ouverture. Voici à quoi ça ressemble sur Google Street View :

Accès via le Kopiec Krakusa
Accès via le Kopiec Krakusa

Dans ce cas, en suivant le sentier vous allez tomber à un moment donné sur un autre sentier, sur votre droite, qui s’enfonce vers le bas de la carrière.

L’autre accès consiste à venir depuis le camp de Plaszow lui-même, en empruntant de petits chemins au milieu de la végétation. C’est ce que j’ai fait pour ma part en prenant un sentier qui longe le nouveau cimetière juif.

Ma première confrontation avec la carrière a été assez impressionnante car j’ai débouché à quelques mètres du vide après avoir serpenté entre les arbres… La Liban Quarry est vraiment grande et assez profonde. On m’a dit que la carrière elle-même occupait près de 100 hectares de superficie et je dirais qu’elle fait plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

Au sommet de la carrière de calcaire, lieu de tournage de la Liste de Schindler
Au sommet de la carrière de calcaire, lieu de tournage de la Liste de Schindler
En descendant dans la carrière de Cracovie
En descendant dans la carrière de Cracovie

Avant d’aller sur place, je n’avais jamais réalisé que le camp de Plaszow tel qu’on le voit dans le film était en réalité un décor construit dans une carrière. C’est en revoyant le film a posteriori que j’ai constaté que l’on voyait effectivement les parois de la carrière dans de nombreuses scènes.

La carrière dans le film La Liste de Schindler
La carrière dans le film La Liste de Schindler

Leur couleur blanche les rend souvent « invisibles », d’autant qu’elles sont à l’arrière-plan ce qui pousse à ne pas y prêter attention.

Que reste-t-il du lieu de tournage de la carrière de Liban ?

On voit encore les anciens fours à chaux, qui permettaient de « cuire » le calcaire extrait de la carrière pour le transformer en chaux.

Au sommet de la carrière de calcaire, lieu de tournage de la Liste de Schindler
Au sommet de la carrière de calcaire, lieu de tournage de la Liste de Schindler

Les fours à chaux sont des points de repère importants si vous voulez découvrir les lieux de tournage de la Liste de Schindler car c’est dans leur direction qu’il faut aller.

Fours à chaux de la carrière Liban à Cracovie
Fours à chaux de la carrière Liban à Cracovie

On aperçoit d’ailleurs dans le film les fours à chaux (à environ 1h15 de film, juste après qu’Amon Göth tire sur les prisonniers depuis son balcon), qui donnent l’impression de faire partie de l’infrastructure du camp alors qu’ils sont en réalité l’héritage du passé de la carrière de Liban.

Les fours à chaux visibles dans La Liste de Schindler
Les fours à chaux visibles dans La Liste de Schindler

Plus on approche du fond de la carrière, plus on commence à distinguer des éléments de décor, notamment ces rangées de barbelés qui encadraient le camp de Plaszow dans le film de Steven Spielberg.

Lieux de tournage de la Liste de Schindler - La carrière de Liban et les barbelés
Lieux de tournage de la Liste de Schindler – La carrière de Liban et les barbelés
Lieux de tournage de la Liste de Schindler - La carrière de Liban et les barbelés
Lieux de tournage de la Liste de Schindler – La carrière de Liban et les barbelés

On les voit d’ailleurs très bien dans la scène où Amon Göth tire sur les prisonniers depuis le balcon. Aujourd’hui, tout est envahi par la végétation et le sol peut être largement inondé à certains endroits.

L'allée de barbelés visible dans La Liste de Schindler
L’allée de barbelés visible dans La Liste de Schindler

Et soudain, on se retrouve face à une allée pavée de pierres tombales. Si vous lisez mon article sur le camp de Plaszow, vous apprendrez qu’il a été construit sur les lieux de deux anciens cimetières juifs. Les pierres tombales avaient été récupérées pour paver une route dans le camp, que l’on surnommait la « Voie Royale ». C’est une séquence qui apparaît dans la Liste de Schindler, à environ 1h15 du film.

La voie royale dans La Liste de Schindler
La voie royale dans La Liste de Schindler

Les pierres tombales qui se trouvent au fond de la carrière de Liban sont fausses, elles ont juste été créées pour les besoins du tournage donc vous pouvez marcher dessus sans porter atteinte à la mémoire de qui que ce soit ;)

Les pierres tombales factices au fond de la carrière de Cracovie
Les pierres tombales factices au fond de la carrière de Cracovie

En descendant au fond de la carrière, on tombe sur la structure d’un bâtiment à l’abandon, impossible de trouver de quoi il s’agit et s’il a un rapport avec le tournage ou avec le passé industriel de la carrière (si vous en savez plus, ça m’intéresse !). Je n’ai pas repéré dans le film de bâtiment ayant autant de fenêtres.

Bâtiment à l'abandon dans la carrière de Liban, Cracovie
Bâtiment à l’abandon dans la carrière de Liban, Cracovie

Globalement, on se retrouve assez vite limité dans l’exploration du fond de la carrière par l’eau, qui s’infiltre et stagne dans le sol, rendant toute progression impossible à certains endroits.

Au fond de la carrière près de Plaszow à Cracovie
Au fond de la carrière près de Plaszow à Cracovie

A une époque, il était possible de se promener dans tout le fond de la carrière. Néanmoins, les inondations et l’abandon du lieu ont du bon : ça a favorisé l’installation d’une multitude d’oiseaux, de papillons et de libellules… et la carrière est aujourd’hui connue pour être une véritable réserve naturelle pour tous ces animaux !

La Liste de Schindler et Auschwitz-Birkenau

Chose surprenante, le musée du camp d’Auschwitz-Birkenau a déjà donné son autorisation pour qu’un tournage ait lieu à l’intérieur même de l’ancien camp de concentration (pour le film Triumph Of The Spirit de Robert M. Young)… mais ça n’a pas été le cas pour Steven Spielberg. En effet, le musée craignait qu’une production hollywoodienne de cette ampleur ne porte atteinte au camp.

Dans le film, un train est envoyé par erreur à Auschwitz-Birkenau : les scènes ont été tournées pour la plupart à l’extérieur du camp de Birkenau.

L’impact de La Liste de Schindler sur Cracovie

La Liste de Schindler a marqué l’histoire du cinéma et a aussi permis de bénéficier d’un support unique pour transmettre l’histoire de Plaszow (et de la Shoah) aux générations futures.

Le succès du film a notamment poussé la ville de Cracovie à racheter l’ancienne usine d’Oskar Schindler pour la transformer en musée et préserver cet héritage. Il a également favorisé le renouveau du quartier juif de Kazimierz, où la majeure partie du film a été tournée (le ghetto se situait en réalité à Podgorze).

Kazimierz était très délabré après avoir perdu la majorité de sa population (sur les 70000 Juifs qui vivaient à Cracovie en 1939, seuls 4000 ont survécu). Le quartier a pu retrouver un nouveau souffle en partie grâce au film. C’est aujourd’hui un lieu vivant, plein de cafés et de street art.

Il reste beaucoup à faire pour préserver la mémoire de ces lieux : le camp de Plaszow reste un vaste champ de ruines peu expliqué aux visiteurs qui souhaiteraient comprendre le sens de cet endroit.

J’espère, à travers cette exploration de Cracovie sur les traces des lieux de tournage de la Liste de Schindler, vous avoir donné envie d’en savoir plus. Si vous allez sur place, le livre de Mietek Pemper dont je vous parlais en début d’article est une lecture fascinante pour mieux donner un sens à ce que vous verrez en vrai.


Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Sur la piste des lieux de tournage de la Liste de Schindler à Cracovie

  • Hélène G

    Article passionnant, comment toujours. La Liste de Schindler reste un de mes films préférés, j’ai aussi adoré le livre, boîte de mouchoirs obligatoire…

    Répondre à Hélène
    • Marlène

      Ah ça, impossible de voir le film sans faire tourner l’industrie du Kleenex… même après plusieurs visionnages ! L’histoire réelle est très poignante, le film a su la mettre à la portée du grand public et c’est une très bonne chose à mon sens, surtout que ça a un impact aujourd’hui sur certains quartiers.

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !