Préparer un séjour à La Gomera : guide pratique complet !


Ça fait maintenant presque un an que je n’ai pas eu de vacances, la faute à deux changements de jobs successifs… alors autant vous dire que je rêve tous les jours à mes futurs voyages. Avec mille idées en tête, j’ai décidé de partager avec vous de temps en temps les destinations qui me font envie, et, aujourd’hui, on part à La Gomera, l’une des sept îles principales de l’archipel des Canaries.

J’ai découvert l’existence de cette île quand je travaillais avec l’acteur anglais Frank Dillane car il s’y est rendu durant près de 2 mois pour tourner en pleine mer des scènes du film Au cœur de l’Océan de Ron Howard. J’ai été séduite par le côté sauvage et préservé de l’île, qui en fait un vrai paradis pour photographes.

La Gomera, c’est où, c’est quoi ?

La Gomera fait partie des sept îles principales des Canaries, un archipel rattaché à l’Espagne qui se situe à une centaine de kilomètres au large des côtes du Maroc. Les touristes connaissent surtout les Canaries pour les îles de Tenerife et Fuerteventura, qui séduisent les amateurs de soleil et de farniente. La Gomera est beaucoup moins touristique et beaucoup plus sauvage aussi !

L’île, presque toute ronde, ne fait que 22 kilomètres de diamètre mais présente un relief très montagneux qui atteint un pic à 1487 mètres d’altitude tout de même (l’Alto de Garajonay) ! C’est l’altitude d’une partie de la station de ski française de Méribel-les-Allues…

Alto de Garajonay, La Gomera
Alto de Garajonay – Photo © Daniel Herrera Canino

Le climat de La Gomera

Le climat est agréable toute l’année tout en étant rarement trop chaud : la journée, il fait en moyenne 21°C au cœur de l’hiver (janvier-février), 22 à 25°C pendant les intersaisons et jusqu’à 28-29°C en plein été (juillet-septembre). Les nuits sont plus fraîches, de 15 à 20°C selon la saison.

C’est entre novembre et février qu’il pleut le plus (jusqu’à 7 jours de pluie par mois)… et en juillet-août qu’il ne pleut presque jamais.

La Gomera a presque deux climats différents entre le Nord et le Sud de l’île. Selon l’objectif de vos vacances, c’est un élément à prendre en compte ! Le Nord est particulièrement exposé au vent, si bien qu’il y a généralement plus de nuages et un climat plus frais. A l’inverse, le versant Sud de l’île est plus protégé : températures clémentes et ensoleillement plus important ! C’est donc là que l’on retrouve les coins les plus touristiques de La Gomera, à savoir Playa de Santiago et Valle Gran Rey.

Même si l’île est au Sud, il ne faut pas négliger les effets de l’altitude : vous pouvez facilement perdre une dizaine de degrés entre les côtes et les chemins en altitude.

Informations pratiques

  • Il y a une heure de décalage horaire entre la France et La Gomera (une heure de moins là-bas).
  • Les Gomeros parlent espagnol… mais il existe aussi une particularité locale : le Silbo, un langage sifflé utilisé par les pêcheurs et les paysans. Les sifflements peuvent porter jusqu’à une distance de 8 à 10 km, leur durée et leur tonalité varient pour correspondre à différents mots. Il n’existe que 60 langages sifflés différents dans le monde et le Silbo Gomero est inscrit depuis 2009 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité établie par l’UNESCO. A l’initiative du gouvernement, il est aussi enseigné dans les écoles locales depuis 1999 pour que la tradition se transmette aux nouvelles générations.
  • La monnaie locale est l’euro.
  • La nourriture fait la part belle au poisson frais. Vous pouvez également déguster le vin local mais aussi des spécialités comme l’almogrote (une pâte mélangeant du fromage sec, de l’ail, de l’huile d’olive et des poivrons ou du piment) ou encore le miel de palme (ou « sirop de palme ») extrait de la sève des palmiers.

Comment aller à La Gomera ?

La solution la plus pratique est de prendre un vol vers Tenerife. Selon votre aéroport d’arrivée, vous avez ensuite deux possibilités :

  • Si vous atterrissez à l’aéroport de Tenerife Nord (Aeropuerto de Los Rodeos, code « TFN ») : il existe des vols directs entre cet aéroport et le petit aéroport de San Sebastián de la Gomera via la compagnie locale Binter Canarias. Le vol dure une demi-heure, il y a en général 2 liaisons par jour (matin et fin d’après-midi).
  • Si vous atterrissez à l’aéroport de Tenerife Sud (Aeropuerto Reina Sofia, code « TFS »), le plus simple est de prendre un bus (lignes 343, 111 ou 450) pour rejoindre le port de Los Cristianos en quelques stations. Ensuite, il existe des ferries pour faire la liaison avec La Gomera : la compagnie Naviera Armas propose trois liaisons par jour (matin, début d’après-midi et soir) pour un trajet d’une heure environ ; la compagnie Fred Olsen fait de même en 50 minutes environ.

Dans tous les cas (ferry ou avion), les arrivées se font dans la principale ville de l’île, San Sebastián de la Gomera.

Les façades colorées de San Sebastian de la Gomera
Les façades colorées de San Sebastian de la Gomera – © Allan Harris

Les transports locaux une fois sur place

La Gomera comporte 7 lignes de bus, dont seulement 4 circulent assez régulièrement :

  • La ligne 1, qui dessert Valle Gran Rey – Chipude – San Sebastián ;
  • La ligne 2 : Playa Santiago – Alajero – San Sebastián ;
  • La ligne 3 : Vallehermoso – Agulo – Hermigua – San Sebastián ;
  • La ligne 4 : Vallehermoso – Alojera.

Toutes les informations convergent pour dire que le bus fonctionne de manière assez aléatoire : les passages n’étant pas fréquents, il arrive souvent que les bus soient pleins et ne marquent pas tous les arrêts. La première alternative consiste à prendre le taxi, présent dans la plupart des villages et qui coûte environ 50 centimes par kilomètre. Vous aurez un supplément à payer le soir, les dimanches et jours fériés, ainsi que pour le temps d’attente et la prise en charge des bagages.

Autre solution : louer une voiture à La Gomera. Il faut être âgé de 21 ans minimum. Il est fortement conseillé de réserver à l’avance en raison du nombre limité de véhicules disponibles chez les loueurs.

Que faire à La Gomera ?

J’ai listé quelques-uns des points d’intérêt principaux de l’île qui ont attiré mon attention au fil de mes recherches.

Parc national du Garajonay

C’est sans aucun doute LE joyau de La Gomera, un endroit idéal pour les amoureux de la nature, les amateurs de photo et les randonneurs ! Situé au beau milieu de l’île, le parc est occupé à 70% par des forêts de lauriers (le « laurisilva »). Il est souvent plongé dans la brume et dans les nuages, créant un univers aussi magique qu’étonnant. On y trouve de nombreux torrents, espèces végétales et animales, qui ont valu au parc national du Garajonay de rejoindre le patrimoine mondial de l’UNESCO en 1986.

Au coeur du parc national de Garajonay
Au coeur du parc national de Garajonay – © Diego Delso

On raconte que le parc doit son nom à la « légende de Gara et Jonay » : elle vous rappellera sans doute celle de Roméo et Juliette même si elle est bien plus ancienne que l’histoire de Shakespeare. On trouve sur l’île de La Gomera des jets d’eau, Los Chorros de Epina (près de Vallehermoso) qui émergent de sept tuyaux improvisés en bois. De tout temps, on leur a prêté des propriétés thérapeutiques mais aussi des vertus pour trouver l’amour : boire un peu d’eau à chaque jet, en commençant toujours par la gauche, permettrait de rencontrer l’âme sœur.

La légende raconte que Gara était une jolie jeune fille de La Gomera, qui alla un jour à cette fontaine magique pour connaître son destin amoureux. Lorsqu’elle posa ses yeux sur les jets d’eau, l’eau commença à se troubler, un mauvais présage annonciateur d’un chagrin d’amour. Elle alla aussitôt trouver un sage, capable d’interpréter le sens des jets d’eau. Il la mit en garde, lui conseillant de se tenir à l’écart du feu.

Il s’avère qu’un peu plus tard dans l’année, le beau Jonay de Tenerife vint à la Gomera… et tomba instantanément amoureux de Gara. Alors qu’ils s’apprêtaient à révéler leur amour, le volcan Teide, à Tenerife, entra en éruption… et une amie de Gara, qui connaissait la prophétie des jets d’eau, la dévoila à tous. Établissant un lien entre l’avertissement du sage et l’éruption (« le feu ») du volcan, les parents de Gara et Jonay leur interdirent de se revoir.

Jonay, fou d’amour, sauta dans un bateau et fit la traversée de nuit jusqu’à La Gomera où il retrouva Gara. Ensemble, ils décidèrent de fuir vers les sommets mais, pris en chasse par leur entourage qui souhaitait les ramener chez eux, ils finirent par se sentir acculés. Ils s’emparèrent alors d’un épieu, le placèrent entre leurs corps et s’enlacèrent, s’enfonçant l’épieu en plein cœur.

On trouve deux statues à l’effigie de Gara et Jonay dans le parc national, vous les verrez peut-être ! C’est un lieu très prisé des randonneurs, qui permet de marcher au cœur d’une végétation luxuriante

Vallehermoso

Situé dans les terres, Vallehermoso est une ville rurale connue pour ses cultures de miel de palme, de tomates, pommes de terre et bananes. On peut non seulement y admirer l’architecture traditionnelle mais aussi un énorme piton rocheux, le Roque el Cano.

Vallehermoso est une ville très étendue comportant de nombreux hameaux, dont la sauvage Arguamul et Alojera, avec son étonnante plage de sable noir et de galets de 200 mètres de long.

Vallehermoso, La Gomera
Vallehermoso – Photo © Allan Harris

Los Órganos

Une formation rocheuse très étonnante située tout au Nord de La Gomera ! Ce sont des roches volcaniques qui ont refroidi puis ont subi les assauts de la mer, ressemblant désormais aux tuyaux d’un orgue géant.

Los Organos, La Gomera
Los Organos, La Gomera – © Ingo Ronner

Hermigua

Cette vallée offre des sentiers de randonnée mémorables et de beaux points de vue sur les cultures en terrasses réalisées dans la région. A Hermigua, le climat est humide et agréable, favorable à la culture des bananes. On y trouve notamment la petite rivière El Cedro qui descend dans la vallée par le biais d’une chute de 100 mètres de hauteur !

Hermigua est fortement déconseillée pour la baignade car les courants sont violents et dangereux. Mieux vaut privilégier la Playa de la Caleta (sable noir et galets) à quelques kilomètres, aménagée et mieux protégée.

Hermigua, La Gomera
Hermigua – Photo © Daniel Herrera Canino

Hôtel à Hermigua

J’ai repéré l’hôtel Rural Casa Los Herrera : une maison de campagne de 8 chambres, avec une piscine qui domine l’église locale et le reste de la vallée. Ils peuvent préparer des paniers-repas, pratiques pour les randonnées.

Valle Gran Rey

Valle Gran Rey est la principale zone touristique de La Gomera, même si ça reste un tourisme « à taille humaine ». C’est le témoignage de l’héritage hippie de l’île et la station balnéaire la plus prisée. On y trouve plusieurs plages de sable noir, la plus connue étant la Playa del Ingles, une plage de 300 mètres où l’on peut venir habillé… ou pas, selon ses préférences ! Comme sur la plupart des plages de La Gomera, les courants peuvent être violents et les vagues importantes !

A Valle Gran Rey, on peut aussi visiter des bananeraies ainsi qu’un jardin tropical privé (avec dégustation !) où l’on vous parlera des fruits cultivés localement.

Hôtels à Valle Gran Rey

Le Playa Calera, avec sa piscine sur le toit qui surplombe l’océan !

Playa de Santiago

Deuxième zone touristique principale de La Gomera, on y trouve la plus grande plage de l’île (elle aussi en sable noir, le sable local témoin de l’histoire volcanique de l’île), avec un port de pêche et de plaisance et un petit village de pêcheurs. C’est là qu’ont été tournées plusieurs scènes du film Au coeur de l’Océan de Ron Howard, sur la plage et au large de la baie.

Hôtels à Playa de Santiago

Sans hésiter, le Jardín Tecina ! C’est là qu’avait séjourné l’équipe du film Au coeur de l’océan. L’hôtel donne sur l’océan, avec une superbe piscine, et la plage est accessible à pied. L’hôtel possède aussi son propre golf.

L'une des piscines de l'hôtel Jardin Tecina
L’une des piscines de l’hôtel Jardin Tecina

San Sebastián de La Gomera

Comment ne pas mentionner le centre économique de l’île ? Ce fut la dernière étape de Christophe Colomb avant son départ pour l’Amérique. On y trouve des vestiges historiques parmi les plus anciens de La Gomera, comme la Torre del Conde. C’est une ville qui s’est modernisée mais qui garde un charme typiquement local avec ses façades colorées.

Hôtels à San Sebastián de La Gomera

Le Parador de La Gomera, qui surplombe l’océan et le port, possède son propre jardin tropical et, bien sûr, une superbe piscine !

Quelques points d’intérêt supplémentaires

Voici d’autres points d’intérêt qui m’ont plu lors de mes recherches…

Benchijigua – Joli village dominé par le Roque de Agando, il se distingue par sa végétation riche en plantes grasses.

La Laja – C’est un ravin, dominé par le Mirador de La Laja, qui permet de voir une partie du système d’irrigation de l’île.

Raso de la Bruma (parfois orthographié Razo de la Bruma) – C’est une zone au cœur de la forêt tropicale qui est souvent envahie par la brume.

La Laja, La Gomera
La Laja, La Gomera – Photo © Daniel Herrera Canino

La Gomera, une île pour les amoureux de la nature

La Gomera est une destination pour ceux qui aiment marcher, se ressourcer en sortant de l’univers « farniente » auquel on associe souvent les Canaries. Clairement, ce n’est pas l’île où il faut aller pour faire la fête nuit et jour ou même pour se baigner tout le temps, car l’île est pauvre en plages propices à la baignade. On choisit plutôt La Gomera pour son authenticité, la possibilité de plonger dans la culture locale tout en profitant – quand même – d’un climat favorable.

On vient pour les paysages grandioses, les innombrables photos à faire, les cuisses à muscler les randonnées…

Thèmes : Bord de mer 

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 commentaires sur “Préparer un séjour à La Gomera : guide pratique complet !

  • daniéla

    Bonsoir Marlène,
    Merci pour ce blog, j’aimerais savoir si les sentiers de randonnée sont correctement balisés et s’il est possible de randonner sans prendre de guide à la Gomera ?
    Merci de votre réponse.

    Répondre à daniéla
    • Marlène

      Bonjour Daniéla, il y a beaucoup de sentiers balisés à La Gomera, on m’a conseillé ce guide papier pour la rando dans la région (même s’il commence à avoir quelques années, il paraît qu’il est assez bien fait et plein d’informations utiles), c’est le guide Rother.

      Répondre à Marlène
  • Pascale

    Bonjour Marlène
    Merci pour ton joli blog. Je vais à la Gomera début avril. Penses-tu qu’il soit possible de dormir à la belle étoile au bord de la mer ou à l’intérieur des terres ? Merci pour ta réponse et bons voyages
    Pascale

    Répondre à Pascale
    • Marlène

      Hello Pascale, malheureusement le camping sauvage est illégal à La Gomera, il peut même y avoir des poursuites judiciaires si on le fait dans le Parc national de Garajonay. Il y a un camping « autorisé » à El Cedro (il s’appelle « La Vista »)… mais dormir à la belle étoile dans un lieu de son choix est risqué.

      Répondre à Marlène
  • Erik

    Bonjour et merci pour ce merveilleux blog.
    Pourriez-vous m’indiquer lesquels des sites et villages que vous citez ci-dessus se trouvent du « bon » côté, c.à.d. là où le soleil ne se laisse pas cacher par les nuages formés par les Alizés? Cela me semble surtout important pour chercher où loger début février.
    Bonne année et faites encore de beaux voyages.
    Erik

    Répondre à Erik
    • Marlène

      Bonjour Erik, ces villages sont situés un peu partout sur l’île. Playa de Santiago est très au sud (partie la plus ensoleillée de l’île, c’est là qu’il y a le petit aéroport de La Gomera), beaucoup de visiteurs choisissent aussi de loger à San Sebastián de la Gomera (capitale de l’île, au sud-est) ou à Valle Gran Grey (sud-ouest, très joli). La Gomera est une toute petite île, 23 fois plus petite que la Corse par exemple donc dans tous les cas vous pourrez facilement explorer les lieux :)

      Très bonne année 2018 !

      Répondre à Marlène
  • Guyon

    Bravo pour cet exposé clair, simple, bourré de petites adresses. Merci

    Répondre à Guyon
  • Papouts6

    On lit rarement un descriptif aussi bien fait. Bravo et merci

    Répondre à Papouts6
  • peyre

    Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site en cherchant des infos sur le tunnel sous la manche.

    Bravo! je n’ai pas l’habitude de voyager et me sens vite perdu par les infos des guides ou autres. Votre site est clair, les textes agréables à lire et j’apprends pleins de choses utiles.

    Bonne continuation

    Répondre à peyre
    • Marlène

      Merci beaucoup de votre message ! Je vais continuer à poster de nouveaux articles sur le voyage dans les mois à venir donc votre commentaire me fait très plaisir !

      Répondre à Marlène
    • Angéle

      Merci pour tous ces renseignements. Par contre, quel type de voiture faut il réserver ? une puissance élevée ? pour monter la montagne. Je vous demande ce point car je me suis fais surprise à Madére. Merci d’avance.

      Répondre à Angéle
    • Marlène

      Bonjour, je n’ai pas le permis de conduire donc je ne peux pas répondre sur ce point ! Vous devriez poser la question à un loueur directement ;)

      Répondre à Marlène
Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.

Suivez la page Facebook du blog pour être au courant des derniers articles et découvrir d’autres inspirations voyage !