Que faire à La Gomera : guide complet pour préparer son voyage


Partir en voyage à La Gomera, c’est découvrir l’une des îles les plus méconnues des Canaries et les plus préservées du tourisme de masse. C’est aussi plonger dans des décors magnifiques, entre petits villages nichés à flanc de colline, vaste forêt primaire, roches volcaniques, chemins de randonnée donnant sur l’Atlantique, observation de dauphins et de baleines… Alors, que faire à La Gomera ? Comment s’immerger pleinement dans le charme de l’île ?

Dans cet article, je vous propose plein de conseils pour préparer un voyage là-bas : comment y aller, quels lieux d’intérêt voir sur place, quelles villes sont les plus pratiques pour se loger, quel est le climat… J’espère que ce guide vous sera utile pour anticiper un séjour sur place ! S’il vous reste des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires de l’article.

Où se situe La Gomera ?

La Gomera fait partie des sept îles principales des Canaries, un archipel rattaché à l’Espagne qui se situe à une centaine de kilomètres au large des côtes du Maroc.

Les touristes connaissent surtout les Canaries pour les îles de Tenerife et Fuerteventura, qui séduisent les amateurs de soleil et de farniente… ou pour Lanzarote et ses magnifiques volcans. Si ça vous intéresse, j’ai d’ailleurs écrit un article pour vous aider à choisir l’île des Canaries qui vous correspond. La Gomera est beaucoup moins touristique que d’autres, et beaucoup plus sauvage aussi !

L’île, presque toute ronde, ne fait que 22 kilomètres de diamètre mais présente un relief très montagneux qui atteint un pic à 1487 mètres d’altitude tout de même (l’Alto de Garajonay) ! C’est l’altitude d’une partie de la station de ski française de Méribel-les-Allues…

Valle Gran Rey - Arrivée au port de Vueltas
Valle Gran Rey – Arrivée au port de Vueltas

Quelques choses importantes à savoir sur l’île :

  • Il y a une heure de décalage horaire entre la France et La Gomera (une heure de moins là-bas).
  • Les Gomeros parlent espagnol… mais il existe aussi une particularité locale : le Silbo, un langage sifflé utilisé par les pêcheurs et les paysans. Les sifflements peuvent porter jusqu’à une distance de 8 à 10 km, leur durée et leur tonalité varient pour correspondre à différents mots. Il n’existe que 60 langages sifflés différents dans le monde et le Silbo Gomero est inscrit depuis 2009 sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité établie par l’UNESCO. A l’initiative du gouvernement, il est aussi enseigné dans les écoles locales depuis 1999 pour que la tradition se transmette aux nouvelles générations.
  • La monnaie locale est l’euro.
  • Les prises électriques sont les mêmes qu’en France, pas besoin d’adaptateur.

Voici La Gomera sur une carte :

Quel est le climat de La Gomera ?

La météo de La Gomera est agréable toute l’année tout en étant rarement trop chaude : la journée, il fait en moyenne 21°C au cœur de l’hiver (janvier-février), 22 à 25°C pendant les intersaisons et jusqu’à 28-29°C en plein été (juillet-septembre). Les nuits sont plus fraîches, de 15 à 20°C selon la saison.

C’est entre novembre et février qu’il pleut le plus… et en juillet-août qu’il ne pleut presque jamais. Cependant, prudence avec ces moyennes de température !

En effet, la Gomera a presque deux climats différents entre le Nord et le Sud de l’île. Selon l’objectif de vos vacances, c’est un élément à prendre en compte ! Le Nord est particulièrement exposé au vent, si bien qu’il y a généralement plus de nuages et un climat plus frais. A l’inverse, le versant Sud de l’île est plus protégé : températures clémentes et ensoleillement plus important ! C’est donc là que l’on retrouve les coins les plus touristiques de La Gomera, à savoir Playa de Santiago et Valle Gran Rey.

Même si l’île est au Sud, il ne faut pas négliger les effets de l’altitude : vous pouvez facilement perdre une dizaine de degrés entre les côtes et les chemins en altitude.

Conséquence de cette météo douce toute l’année, la « haute saison » concerne surtout la période de novembre à mars. C’est aussi très actif en juillet-août, vacances scolaires obligent ! C’est au printemps et en septembre qu’il y aura le moins de monde.

Que faire à La Gomera ?

Je vous expliquerai plus tard comment aller sur l’île… mais pour l’instant, entrons dans le vif du sujet avec les lieux d’intérêt incontournables à voir et les activités à vivre sur place.

Beaucoup de voyageurs choisissent de découvrir La Gomera sur une journée au départ de Tenerife, ce que vous pouvez faire par exemple avec cette excursion ou grâce à mes conseils pour organiser une journée à La Gomera par vos propres moyens.

Cependant, il serait dommage de ne pas consacrer un peu plus de temps aux visites car si vous voulez mon avis, il y a beaucoup trop de choses à voir pour que ça tienne sur une seule journée !

Parc national du Garajonay

C’est sans aucun doute LE joyau de La Gomera, un endroit idéal pour les amoureux de la nature, les amateurs de photo et les randonneurs ! Situé au beau milieu de l’île, le parc du Garajonay est occupé à 70% par des forêts de lauriers. On parle de « laurisylve ». C’est un type de forêt subtropicale très particulier, que l’on retrouve sur d’autres îles comme Madère ou les Açores.

Il est souvent plongé dans la brume et dans les nuages, créant un univers aussi magique qu’étonnant, surtout quand vous montez au sommet de l’Alto du Garajonay. On y trouve de nombreux torrents, espèces végétales et animales, qui ont valu au parc national du Garajonay de rejoindre le patrimoine mondial de l’UNESCO en 1986.

Forêt dans le parc du Garajonay
Forêt dans le parc du Garajonay

On raconte que le parc doit son nom à la « légende de Gara et Jonay » : elle vous rappellera sans doute celle de Roméo et Juliette même si elle est bien plus ancienne que l’histoire de Shakespeare. On trouve sur l’île de La Gomera des jets d’eau, Los Chorros de Epina (près de Vallehermoso) qui émergent de sept tuyaux improvisés en bois. De tout temps, on leur a prêté des propriétés thérapeutiques mais aussi des vertus pour trouver l’amour : boire un peu d’eau à chaque jet, en commençant toujours par la gauche, permettrait de rencontrer l’âme sœur.

La légende raconte que Gara était une jolie jeune fille de La Gomera, qui alla un jour à cette fontaine magique pour connaître son destin amoureux. Lorsqu’elle posa ses yeux sur les jets d’eau, l’eau commença à se troubler, un mauvais présage annonciateur d’un chagrin d’amour. Elle alla aussitôt trouver un sage, capable d’interpréter le sens des jets d’eau. Il la mit en garde, lui conseillant de se tenir à l’écart du feu.

Il s’avère qu’un peu plus tard dans l’année, le beau Jonay de Tenerife vint à la Gomera… et tomba instantanément amoureux de Gara. Alors qu’ils s’apprêtaient à révéler leur amour, le volcan Teide, à Tenerife, entra en éruption… et une amie de Gara, qui connaissait la prophétie des jets d’eau, la dévoila à tous. Établissant un lien entre l’avertissement du sage et l’éruption (« le feu ») du volcan, les parents de Gara et Jonay leur interdirent de se revoir.

Jonay, fou d’amour, sauta dans un bateau et fit la traversée de nuit jusqu’à La Gomera où il retrouva Gara. Ensemble, ils décidèrent de fuir vers les sommets mais, pris en chasse par leur entourage qui souhaitait les ramener chez eux, ils finirent par se sentir acculés. Ils s’emparèrent alors d’un épieu, le placèrent entre leurs corps et s’enlacèrent, s’enfonçant l’épieu en plein cœur.

On trouve deux statues à l’effigie de Gara et Jonay dans le parc national, vous les verrez peut-être ! C’est un lieu très prisé des randonneurs, qui permet de marcher au cœur d’une végétation luxuriante

Le Mirador de Abrante à Agulo

Agulo est un très joli petit village de 1000 habitants, situé au nord de l’île, en bord de mer. En plus d’être tout à fait photogénique, il abrite sur les hauteurs un paysage très particulier fait de terre rouge, donnant au décor des allures quelque peu martiennes…

Agulo à La Gomera, avec Los Gigantes à Tenerife en arrière-plan
Agulo à La Gomera, avec Los Gigantes à Tenerife en arrière-plan

On y trouve un centre d’accueil des visiteurs avec un restaurant. Bien que le lieu ait été conçu pour les touristes, il vaut cependant le détour. Déjà, la cuisine est destinée à vous faire découvrir les spécialités culinaires de l’île, comme l’almogrote (une pâte mélangeant du fromage sec, de l’ail, de l’huile d’olive et des poivrons ou du piment). Ensuite, le lieu vise à transmettre une part de la culture locale, avec une démonstration du silbo (le langage sifflé qui fait partie du patrimoine de La Gomera).

Petit bonus, l’endroit propose une passerelle en verre qui s’avance au-dessus du vide et permet d’admirer, au loin, Tenerife et le volcan Teide.

Passerelle du restaurant du Mirador de Abrante à La Gomera
Passerelle du restaurant du Mirador de Abrante à La Gomera

Le village de potiers El Cercado

Situé entre les petites communes de Las Hayas et Chipude, le village d’El Cercado est connu pour ses ateliers de poterie sans utilisation de tour de potier. La technique, dite de « poterie en colombins », consiste à assembler des boudins faits de terre et de sable, les créations étant ensuite cuites au four à bois.

C’est une activité menée par les femmes, qui vendent ensuite leur production directement. De l’artisanat au sens le plus pur du terme… et une bonne idée de souvenir à rapporter dans la valise à mon avis ! On trouve aussi bien de grosses pièces (pots, jarres) que des coupelles, vide-poches, etc.

Les sources sacrées d’Epina et Vallehermoso

Situé dans les terres, Vallehermoso est une ville rurale connue pour ses cultures de miel de palme, de tomates, pommes de terre et bananes. On peut non seulement y admirer l’architecture traditionnelle mais aussi un énorme piton rocheux, le Roque Cano.

Vallehermoso est une ville très étendue comportant de nombreux hameaux, dont la sauvage Arguamul et Alojera. On y trouve un tout petit musée gratuit, la « Casa de la Miel de Palma », qui explique comment le miel de palme est fabriqué et comment les palmiers sont exploités sur l’île.

Randonnée près de Vallehermoso et du Roque Cano
Randonnée près de Vallehermoso et du Roque Cano

A 15 minutes en voiture de Vallehermoso, vous pourrez aller voir les sources magiques d’Epina (Chorros de Epina). Une petite marche mène à une fontaine d’où l’eau s’écoule par 7 orifices. Selon la légende, les femmes doivent boire aux numéros pairs, les hommes aux numéros impairs, en commençant par la gauche. A la clé, amour, bonheur et fertilité ! Un petit ermitage est présent à proximité, très typique de ce que l’on croise un peu partout sur l’île.

La douceur de vivre de Valle Gran Rey

Valle Gran Rey est la principale zone touristique de La Gomera, même si ça reste un tourisme « à taille humaine ». C’est le témoignage de l’héritage hippie de l’île et la station balnéaire la plus prisée. On y trouve plusieurs plages de sable noir, la plus connue étant la Playa del Ingles, une plage de 300 mètres où l’on peut venir habillé… ou pas, selon ses préférences ! Comme sur la plupart des plages de La Gomera, les courants peuvent être violents et les vagues importantes !

Vous trouverez pas mal de bananeraies sur le territoire de la commune et, chose que l’on n’a plus l’habitude de voir chez nous, elles occupent même des zones proches du front de mer, l’urbanisation n’ayant pas encore pris toute la place ! On peut aussi faire pas mal de randonnées au départ de la ville, par exemple jusqu’à la cascade d’Arure.

Je vous parle davantage de Valle Gran Rey dans un article dédié. Grâce à son climat clément, à ses hôtels (dont certains avec piscine) et à ses petits commerces, c’est un point de chute apprécié pour loger sur l’île tout en pouvant rejoindre facilement les autres lieux d’intérêt à visiter.

La Fortaleza de Chipude

Ca reste ma randonnée préférée à La Gomera. La Fortaleza de Chipude correspond à un grand plateau rocheux qui aurait, par le passé, accueilli des cérémonies rituelles. Il y a une très belle randonnée à faire jusqu’au sommet de ce plateau rocheux (bon niveau de marche exigé), où l’on trouve en arrivant des vestiges d’autels sacrificiels… et une très jolie vue sur l’île !

Je vous donne plus de détails sur la randonnée vers la Fortaleza de Chipude ici.

La Fortaleza de Chipude, ou Argodey - La Gomera
La Fortaleza de Chipude, ou Argodey – La Gomera

Hermigua et le parc ethnographique de La Gomera

Hermigua se trouve au nord de l’île, non loin d’Agulo. Sa vallée offre des sentiers de randonnée mémorables et de beaux points de vue sur les cultures en terrasses réalisées dans la région. A Hermigua, le climat est humide et agréable, favorable à la culture des bananes. On y trouve notamment la petite rivière El Cedro qui descend dans la vallée par le biais d’une chute de 100 mètres de hauteur (enfin, quand la saison n’est pas trop sèche) !

C’est dans ce décor très vert que l’on trouve le parc ethnographique de La Gomera, à proximité de la ville, pour comprendre un peu mieux l’histoire de l’île, de ses habitants et de ses traditions. Vous pourrez aussi y découvrir le « gofio ». C’est une farine élaborée en général à partir de maïs grillé, que les habitants de l’île fabriquent et consomment depuis l’époque où les Canaries étaient occupées par un peuple autochtone, les Guanches, avant la colonisation de la région.

Autrefois, le gofio faisait un peu office de superaliment, consommé comme base de l’alimentation à l’époque où il y avait souvent des famines (un peu comme la pomme de terre a pu l’être dans nos régions). Aujourd’hui, le gofio sert plutôt d’ingrédient dans des desserts ou pour enrichir des plats en nutriments. Par exemple, si vous allez au restaurant, vous pourrez peut-être goûter le « gofio escaldado » : c’est du gofio mélangé à du bouillon de poisson, que l’on sert souvent avec des pommes de terre et des morceaux d’oignon qui font office de cuillères.

Vous pouvez réserver un billet pour le parc ethnographique de La Gomera à l’avance, soit juste pour la visite, soit en incluant une dégustation. Un audioguide en français est disponible.

Hermigua, La Gomera
Hermigua, La Gomera

Quand on va vers le bord de mer, vous allez vite constater qu’il y a beaucoup de vagues, les courants sont d’ailleurs violents et dangereux. Pour se baigner, mieux vaut rejoindre, vers la droite quand on est face à la mer, le « Pescante de Hermigua ». A l’origine, il y avait ici un ancien port de commerce qui servait notamment à exporter les cultures de l’île, comme les bananes et les tomates. Il y avait aussi un marché aux poissons, qui a laissé son nom à l’endroit.

L’agriculture a laissé la place au tourisme comme principale ressource de l’île : selon l’avis des habitants avec qui j’ai discuté sur place, les jeunes se désintéressent des métiers agricoles sur l’île car ils sont extrêmement durs physiquement, la configuration des lieux (pentes escarpées, cultures en terrasses, gestion de l’eau difficile) fait qu’il n’est pas possible d’utiliser des machines pour automatiser (au moins partiellement) le travail. On cultive donc aujourd’hui presque comme il y a 100 ans… et dans un contexte de mondialisation, ces produits ne sont plus compétitifs sur le marché.

De fait, le Pescante de Hermigua a été abandonné… mais on y trouve aujourd’hui des piscines d’eau de mer, qui permettent de nager en étant protégé des vagues et des courants.

Une autre zone sympa pour se baigner dans le coin est la Playa de la Caleta (sable noir et galets), à quelques kilomètres, aménagée… mais là aussi, les vagues peuvent être fortes (c’était plutôt tranquille quand j’y suis allée).

Playa De Caleta
Playa De Caleta

La petite ville côtière de Playa de Santiago

Playa de Santiago est un minuscule port sur la côte sud de l’île. C’est à proximité de cette ville que se trouve le seul et unique aéroport de l’île. N’imaginez pas un trafic aérien colossal, il n’y a que quelques vols par jour et ce sont de petits appareils, qui desservent d’autres îles Canaries comme Tenerife.

Playa de Santiago a été fondée par des habitants de Tenerife ayant fui une éruption du volcan Teide. La ville a vécu de la pêche et de l’agriculture pendant des années, avant de se développer grâce au tourisme. On y trouve aujourd’hui l’un des rares « grands hôtels » de l’île, le splendide Jardin Tecina.

Vous pouvez en savoir plus sur la ville et ses bonnes adresses dans cet article dédié à Playa de Santiago.

Playa de Santiago, fief de la famille Olsen
Playa de Santiago, fief de la famille Olsen

Escale à San Sebastian de la Gomera, la capitale

De mon propre avis, San Sebastian n’est pas la ville que j’ai préférée sur l’île. C’est là que l’on accoste quand on arrive en ferry depuis Tenerife. Elle est considérée comme la capitale administrative et économique de La Gomera. Il y a quelques lieux d’intérêt à voir, je vous en parle dans un article dédié, on y trouve aussi un très bel hôtel au charme feutré, le Parador de la Gomera.

Ce fut la dernière étape de Christophe Colomb avant son départ pour l’Amérique. On y trouve des vestiges historiques parmi les plus anciens de La Gomera, comme la Torre del Conde. C’est une ville qui s’est modernisée mais qui garde un charme typiquement local avec ses façades colorées.

Néanmoins, ce n’est pas là que j’ai le plus ressenti « l’âme » de La Gomera, je n’en ferais donc pas un point de chute pour l’ensemble du séjour.

Vue sur San Sebastian de la Gomera

Jouer au golf au Jardin Tecina

Si vous aimez le golf ou souhaitez vous initier à ce sport, l’île possède un 18 trous, le Tecina Golf, rattaché à l’hôtel Jardin Tecina, avec vue magnifique sur l’Atlantique et le volcan Teide au loin.

Avis à ceux qui se préoccupent un peu ou beaucoup de l’écologie : l’hôtel possède un système de désalinisation pour traiter l’eau de mer et éviter de puiser dans les nappes phréatiques. Et c’est l’eau utilisée pour l’hôtel qui est ensuite traitée et assainie pour arroser le golf. Quant aux végétaux du golf en fin de vie, ils sont transformés en fertilisant utilisé dans l’exploitation agricole de l’hôtel.

Vous pouvez en savoir plus sur le golf ici.

Faire une excursion en bateau pour voir dauphins et baleines

Vous pouvez aller observer les baleines et les dauphins dans leur environnement naturel, au large de l’île, grâce à de petites compagnies locales qui proposent des balades en bateau. La zone où il y a le plus de chances d’en voir se situe au large de Valle Gran Rey et Playa de Santiago, c’est donc depuis ces deux villes du sud de La Gomera que vous aurez le plus de possibilités.

C’est notamment proposé par Oceano Whale Watching, avec de tout petits bateaux. C’est avec eux que j’y suis allée, l’excursion était vraiment au top et la guide aidait tout le monde à repérer les cétacés. Avec mon mal de mer de l’enfer, je n’ai absolument pas profité de l’excursion car j’étais déjà malade comme un chien au bout de 5 minutes malgré les médicaments (oui, je suis têtue, j’ai quand même voulu tenter l’expérience) mais j’ai quand même vu les baleines… et beaucoup apprécié l’accueil adorable.

Il y aussi la compagnie Tina qui propose des excursions, les bateaux sont un peu plus gros et plus équipés, avec toilettes, bar, etc. Ou encore Speedy Adventure pour une version Zodiac.

Excursion pour voir les baleines à La Gomera
Excursion pour voir les baleines à La Gomera

Prendre le bateau vers Los Organos

Autre excursion possible en bateau : aller voir une formation rocheuse très étonnante située tout au nord de La Gomera ! Ce sont des roches volcaniques qui ont refroidi puis ont subi les assauts de la mer, ressemblant désormais aux tuyaux d’un orgue géant. Le site s’appelle donc « Los Organos » (Les Orgues) et vous pouvez y aller via la compagnie Tina qui propose un tour là-bas au départ de Valle Gran Rey ou Speedy Aventure.

Los Organos, La Gomera
Los Organos, La Gomera – © Ingo Ronner

Un avis sur les plages de La Gomera

C’est un avis très personnel mais pour moi, La Gomera n’est pas une île idéale pour les amateurs de plage. Il y a souvent beaucoup de vagues, l’eau n’est pas très chaude, la plupart des plages sont en galets ou en sable volcanique noir ce qui est un peu particulier…

Néanmoins, on peut se baigner sur place.

  • Côté San Sebastian, la Playa San Sebastian ou la Playa de la Cueva ;
  • Côté Playa de Santiago, la Playa de Santiago elle-même :) Ou la playa de Tapachuga ;
  • Côté Valle Gran Rey, la Playa de Vueltas, ou la grande plage de La Calera. La playa del Ingles est magnifique, un peu plus sauvage et avec plus de vagues mais ça vaut le coup d’y aller au moins pour le coucher de soleil !
  • Au nord de l’île, Vallehermoso a aménagé une zone de baignade en bord de mer avec des piscines ; il y a aussi la plage de La Caleta que j’ai déjà mentionnée, et le Pescante de Hermigua.
  • Pour des plages plus sauvages et plus dangereuses, la Playa del Trigo (proche d’Alojera, à l’ouest de l’île), celle de Ávalo (à l’est) ou celle d’Arguamul (nord-ouest)… mais surtout La Sepultura, probablement l’une des plus belles plages de La Gomera (proche de Vallehermoso).
Playa del Inglés en fin de journée, Valle Gran Rey
Playa del Inglés en fin de journée, Valle Gran Rey

Voilà pour moi l’essentiel de ce qu’il faut voir à La Gomera… mais surtout, c’est le genre d’endroit où je vous conseille de vous laisser porter par vos découvertes, par vos rencontres. Les gens sont extrêmement accueillants… et s’il y a bien une chose que j’ai retenu de cet endroit, ce ne sont pas les paysages eux-mêmes mais avant tout la formidable gentillesse ressentie partout.

Depuis les habitants qui t’offrent des fruits de leur jardin pendant une rando jusqu’à ceux qui se plient en quatre pour te donner leurs meilleures adresses et conseils d’activités, c’est rafraîchissant et donne à la destination un vrai supplément d’âme.

Combien de temps rester à La Gomera ?

Pour estimer la durée idéale d’un voyage à La Gomera, il faut d’abord prendre en compte le temps de trajet pour aller là-bas depuis votre ville de départ. En effet, il faudra en général faire escale à Tenerife pour prendre ensuite un vol ou un ferry vers l’île. Et parfois, vous aurez déjà une escale pour aller de chez vous à Tenerife ! Il peut donc être pertinent de prévoir au moins une nuit à Tenerife pour « couper » le rythme… voire un peu plus car malgré le tourisme de masse qui la ronge, Tenerife a beaucoup de belles choses à offrir, que ce soit le parc du Teide ou la vallée de Masca.

A La Gomera même, vous pouvez voir « les essentiels » en 3 jours car l’île est vraiment toute petite, vous pouvez être en forêt le matin et à la plage l’après-midi, au mirador de Abrante pour le déjeuner et sur un bateau pour un tour au coucher du soleil ensuite. Mais si vous voulez vraiment profiter des opportunités de randonnée, consacrer un peu de temps à la détente (surtout si votre hôtel a une piscine !), on peut occuper sans problème une grosse semaine sur place.

Pour rappel, si vous ne pouvez pas allouer beaucoup de temps à l’île, il reste possible d’y aller sur une journée avec un guide ou en organisant tout soi-même.

Quels sont les meilleurs hôtels et restaurants de l’île ?

Avant toute chose, ayez conscience en allant dans ce genre d’endroit encore préservé qu’Airbnb représente une certaine menace pour les locaux : en effet, un propriétaire étranger à fort pouvoir d’achat qui achète un bien à La Gomera préfère souvent louer son appartement en Airbnb à 50€ la nuit, plutôt qu’à un local dont le niveau de vie ne lui permettra de mettre que 400€/mois dans son loyer.

Par conséquent, si vous le pouvez, privilégiez des locations via des habitants de la région… car au moins, l’argent est investi dans l’économie locale qui dépend énormément du tourisme.

Si vous souhaitez loger à Valle Gran Rey, voici quelques hôtels et hébergements de qualité :

A Playa de Santiago :

A San Sebastian :

Dans le nord de l’île :

Pour ce qui est des restaurants, je vous conseille de lire les articles individuels que j’ai consacrés aux principales villes de l’île (disponibles ici) car vous y trouverez des recommandations bien plus précises.

La culture de la banane
La culture de la banane

Comment aller à La Gomera ?

Maintenant que je vous ai – je l’espère – mis l’eau à la bouche concernant la destination, reste une question en suspens : comment y aller ? Combien ça coûte et comment se déplacer une fois sur place ?

Aller à La Gomera : avion et ferry

La solution la plus pratique est de prendre un vol vers Tenerife, île desservie à la fois par des compagnies régulières et des compagnies low cost. Vous pouvez comparer les prix et les horaires via le site Omio afin de trouver le meilleur trajet.

Selon votre aéroport d’arrivée, vous avez ensuite deux possibilités :

  • Si vous atterrissez à l’aéroport de Tenerife Nord (Aeropuerto de Los Rodeos, code « TFN ») : il existe des vols directs entre cet aéroport et le petit aéroport de Playa de Santiago via la compagnie locale Binter Canarias. Le vol dure une demi-heure, il y a 2 à 3 liaisons par jour.
  • Si vous atterrissez à l’aéroport de Tenerife Sud (Aeropuerto Reina Sofia, code « TFS »), le plus simple est de prendre un bus (lignes 343, 111, 450 ou 451) ou un taxi pour rejoindre le port de Los Cristianos en quelques stations. Ensuite, il existe des ferries pour faire la liaison avec La Gomera via les compagnies Naviera Armas et Fred Olsen. Je vous conseille la lecture de mon article dédié au ferry Tenerife-La Gomera pour en savoir plus.
Volcan de Taburiente, le ferry de Naviera Armas entre Tenerife et La Gomera
Volcan de Taburiente, le ferry de Naviera Armas entre Tenerife et La Gomera

Se déplacer une fois sur l’île

La Gomera comporte 7 lignes de bus, qui desservent la plupart des points stratégiques à visiter… mais pas forcément très régulièrement. C’est néanmoins très pratique pour se déplacer sans voiture.

Vous pouvez consulter les horaires et les lignes sur le site Guagua Gomera.

Si vous venez sans voiture, il est possible de prendre le taxi, présent dans la plupart des villages. Vous aurez un supplément à payer le soir, les dimanches et jours fériés, ainsi que pour le temps d’attente et la prise en charge des bagages.

Autre solution : louer une voiture à La Gomera. Il faut être âgé de 21 ans minimum. Il est fortement conseillé de réserver à l’avance en raison du nombre limité de véhicules disponibles chez les loueurs. Notez que souvent, les conditions de location de voiture interdisent de déplacer le véhicule d’une île à l’autre : ainsi, si vous prévoyez de louer une voiture à Tenerife pour ensuite aller à la Gomera, précisez-le bien au loueur. La route est plutôt bonne sur l’île, sans difficulté particulière.

Si vous souhaitez louer un véhicule à votre arrivée à San Sebastian par exemple, vous pouvez aller chez GomeraCar (69, calle Real) ou Mulagua (directement présents sur le port, mais aussi à Valle Gran Rey et Hermigua).

Il y a aussi des loueurs de vélos (Gomera Cycling à Playa de Santiago est très bien, Gomera Bikes à Valle Gran Rey).

Profiter d’un guide pour les randonnées

Si vous comptez faire de la rando mais n’avez pas envie de faire de la route ou de vous limiter aux randonnées « en boucle », je vous recommande vivement la société Timah, qui propose tous les jours de la semaine des randos plus ou moins difficiles à la découverte de l’île. Les parcours sont très sympa et vous aurez en plus plein de conseils sur la visite de l’île et d’informations sur la faune, la flore et les coutumes locales.

Sinon, vous pouvez aussi tout organiser vous-même, le guide de référence pour les parcours de randonnée sur l’île est le Rother La Gomera. Il est dispo seulement en anglais mais très riche, avec environ 70 idées de randonnées de niveau différent.

La Gomera, une île pour les amoureux de la nature

La Gomera est une destination pour ceux qui aiment marcher, se ressourcer en sortant de l’univers « farniente » auquel on associe souvent les Canaries. Clairement, ce n’est pas l’île où il faut aller pour faire la fête nuit et jour ou même pour se baigner tout le temps, car l’île est pauvre en plages propices à la baignade. On choisit plutôt La Gomera pour son authenticité, la possibilité de plonger dans la culture locale tout en profitant – quand même – d’un climat favorable.

On vient pour les paysages grandioses, les innombrables photos à faire, les cuisses à muscler les randonnées… J’espère en tout cas que cet article vous aidera à concrétiser votre projet de voyage !


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

83 commentaires sur “Que faire à La Gomera : guide complet pour préparer son voyage

  • Claudia

    Bonjour Marlène
    Merci pour ce blog que je viens de découvrir en organisant un voyage à La Gomera (et Tenerife) mi-décembre (une dizaine de jours).
    Il est agréable à lire et très clair !
    J’ai compris que dans tous les cas le sud est plus ensoleillé et moins humide, toutefois dans le Routard en évoquant Hermigua vers la côte on parle de microclimat plus doux (bananeraies) pareil pour Tenerife le long des côtes, peux-tu me dire si tu en sais plus à ce propos ?
    A La Gomera j’hésite entre une maison sur la côte justement à proximité de Hermigua et petite plage (Catalina) ou Vallee grand Ray si plus sûr pour le temps (c’est pour fêter un anniversaire ;) du coup un peu de lumière fera du bien !)
    Et à Tenerife Garachico (Interian) bien que au nord ? Ou Poris de Abona qui est peu touristique (je veux vraiment éviter la foule )
    Si tu peux m’aider, un grand merci !
    et merci pour le partage !

    Répondre à Claudia
    • Marlène

      Bonjour Claudia, à La Gomera Valle Gran Rey sera quoi qu’il arrive plus sûre côté météo… mais Hermigua est très sympa et jolie aussi. Le climat y est juste un peu moins favorable en règle générale.

      A Tenerife, je ne connais pas Poris de Abona, en revanche je connais un peu Garachico et ça reste touristique, il y a sur place des piscines formées par des coulées de lave et pas mal de tour operators y font « escale » avec des cars.

      Répondre à Marlène
  • olivier

    Hello Marlène, j’ai bien apprécié vos lignes sur la Gomera que je ne connais pas encore , le windsurf m’a emmené régulièrement dans dans plusieurs des Iles Canaries dans les années 90. Je voudrais y monter un petit projet « hôtelier » respectueux et la Gomera retient toute mon attention. Je serais très heureux de pouvoir partager la dessus avec vous. Bien cordialement. Olivier

    Répondre à olivier
    • Marlène

      Bonjour Olivier, La Gomera « les avantages de ses inconvénients ». Elle reste un peu difficile d’accès et se mérite (depuis la France, il faut passer par Tenerife et en fonction des horaires de vol, on doit souvent passer une nuit à Tenerife avant de pouvoir prendre un bateau vers La Gomera, si bien que ça rend l’île difficile d’accès pour un simple week-end)… mais c’est aussi ce côté préservé qui fait tout son charme.

      Répondre à Marlène
  • NATHALIE KUSTERMANN

    Bonjour Marlene et merci pour ce blog , une mine d’informations utiles pour préparer un voyage à la Gomera .
    Je pars avec un Ami à la Gomera début Décembre , l’idée du Voyage est la randonnée et se ressourcer dans un environnement préservé .
    Nous avions pensé loger un peu a l’écart des villes , pourquoi pas un Gite rural ?
    Dans quel secteur conseilleriez vous de loger pour pouvoir rayonner facilement sur l’ile . auriez vous des conseils pour trouver un Gite ou une location nature :-)
    Le séjour sera de 9 jours .
    Mis a part les billets d’avion nous n’avons encore rien réservé .

    Merci d’avance pour votre retour

    Répondre à NATHALIE
    • Marlène

      Bonjour Nathalie, très franchement l’île est tellement petite qu’on peut rayonner facilement depuis n’importe quel point. Beaucoup de maisons dans la nature se trouvent plutôt au nord de l’île, du côté d’Hermigua. Pas mal de propriétaires les mettent en location via des sites « classiques » comme Booking ou Abritel, vous avez plein de choix ici par exemple. Il n’y a pas énormément de maisons d’hôtes en revanche, si vous cherchez plutôt un concept « chez l’habitant ».

      Répondre à Marlène
  • Christophe Rouyer

    Bjr Marlène, j’ai pas pris le temps de vous remercier de votre message…notre séjour en avril fut un régal … Et nous y retournons du 14 au 20 août pour faire le tour de l’île en rando … Rando et logement chez l’habitant… C’est une île géniale qui regorge de belles surprises…et après direction El Hierro pour une bonne semaine de rando également. Merci pour ton blog et si jamais tu veux un coup de main pour actualiser ton blog n’hésite pas je t’aiderai avec grand plaisir. Christophe

    Répondre à Christophe
    • Marlène

      Hello Christophe, merci pour le retour d’expérience, je pense qu’El Hierro va être vraiment sympa aussi, je me le garde de côté pour un futur voyage car c’est aussi très préservé et très éloigné des grosses zones touristiques !

      Répondre à Marlène
    • Christophe Rouyer

      Bonjour Marlène, je voulais juste te faire un retour sur el Hierro…une île hors du temps, de tout, une île a découvrir absolument ! Bon WE.

      Répondre à Christophe
    • Marlène

      Ça confirme tout le bien que l’on m’en a dit jusqu’à maintenant ! Merci pour le retour d’expérience :)

      Répondre à Marlène
  • Lili

    Bonjour et merci infiniment pour votre article !
    Nous aimerions partir fin décembre/début janvier à la Gomera en famille (avec deux enfants de 2 et 4 ans), pendant environ 8-10 jours. Nous préférerions louer un appartement afin de pouvoir faire la cuisine nous-mêmes et loger toujours au même endroit afin d’éviter des déménagements, toujours stressants avec les enfants. Nous aimons randonner, nous balader en montagne, en forêt et dans des villages, jouer sur la plage, manger de temps en temps au resto, etc. Nous n’aimons pas les grands resorts, les parcs d’attraction, les foules de touristes…
    Quel endroit nous conseillez-vous pour loger qui serait à la fois sympathique, avec un magasin pour s’approvisionner, si possible une plage pas trop loin, et qui nous permettrait de rayonner en bus ou en voiture pour des excursions à la journée (dont si possible une en bateau pour essayer de voir des dauphins)? Nous arriverons probablement en avion à Tenerife, puis en ferry à la Gomera.
    Merci d’avance et cordialement.

    Répondre à Lili
    • Marlène

      Hello Lili, sans trop d’hésitation je vous réponds Valle Gran Rey (j’ai consacré un article à la ville ici). Le climat est clément car c’est au sud de l’île, il y a plus de choix côté plages (même si, à la Gomera, ce sont de petites plages volcaniques), on peut rayonner facilement vers le reste de l’île, il y a ce qu’il faut en commerces (mini-supermarché, primeur, boulangerie), il y a un port avec justement des excursions pour voir les dauphins.

      Quoi qu’il arrive, La Gomera est une île minuscule donc vous n’aurez pas de « grands resorts » ou de « parcs d’attraction ». Même quand il y a du monde, ça reste très « intimiste » :)

      Répondre à Marlène
  • Joel

    Bonjour Marlène,
    Super votre blog. Un grand merci pour toutes ces informations qui vont mettre bien utiles pour mon séjour de trois semaines au mois de juillet / aout à La Goméra.
    Bien sûr les randonnées, principale activité sur l’ile mais y a t-il également quelques plages très tranquilles, loin du « monde », nécessitant plus ou moins un temps de marche pour y accéder.
    Merci bien. Joel

    Répondre à Joel
    • Marlène

      Bonjour Joel, ça me fait terriblement plaisir qu’il y ait des gens qui aillent à la Gomera cet été car je sais que l’île a été touchée de plein fouet par le Covid, comme toutes les zones très tributaires du tourisme dans le monde. Les habitants ont de petits salaires, il y a peu d’emploi à part ceux liés au tourisme donc ça va leur donner une vraie bouffée d’oxygène que des gens viennent ou reviennent !

      Pour répondre à la question, oui il y a des plages. C’est du « sable volcanique » donc du sable noir, un peu particulier pour qui n’a pas l’habitude… ou des plages de galets. On ne vient globalement pas à la Gomera pour la plage mais on peut bien sûr s’y baigner ;) Pour un combo randonnée+plage sympa, je pense à la Playa de la Caleta. J’ai fait une rando très sympa au départ d’Hermigua, il y a un petit atelier (« Molino de Gofio ») qui fabrique du gofio, un mélange de fèves en poudre qui ressemble à de la farine et est utilisé dans pas mal de recettes locales.

      Près de cet atelier, il y avait tout un sentier de randonnée qui permettait, au terme de la balade, de rejoindre la plage de la Caleta. On pouvait sans problème appeler un taxi ensuite car c’est quand même desservi par une route.

      Au sud, il y a pas mal de plages très calmes et surtout fréquentées par les locaux, comme la Playa de Iguala ou la Playa de la Rajita.

      En gros, dès que vous sortez des « plages des petites villes » (aux abords immédiats de Valle Gran Rey, de Playa de Santiago, de San Sebastian), vous allez tomber sur des plages principalement fréquentées par les locaux. En revanche, il faut savoir qu’il peut y avoir beaucoup de vagues et de courant autour de l’île donc le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est de demander aux habitants leur « plage du moment » pour éviter la foule tout en étant en sécurité car qui dit plage peu fréquentée dit aussi « plage non surveillée » :)

      Répondre à Marlène
    • PHILIPPE GROSSMANN

      Bonjour Marlène
      Nous souhaiterions prendre un ferry direct entre Los Christianos et Playa de Santiago, mais les sites de ferry ne proposent que San Sebastien….
      Pourriez-vous nous éclairer?
      Merci d’avance !
      Cordialement
      Philippe

      Répondre à PHILIPPE
    • Marlène

      Alors, déjà en temps normal n’y a pas de liaison directe entre Los Cristianos et Playa de Santiago. La Gomera est une toute petite île donc les liaisons se font via sa « capitale », San Sebastian. Un gros ferry ne pourrait pas accoster à Playa de Santiago tellement c’est petit :)

      On change donc de bateau à San Sebastian pour prendre un bateau plus petit (accessible uniquement aux piétons) vers Playa de Santiago. La compagnie Fred Olsen dessert habituellement la ville mais en ce moment, à cause du Covid, cette liaison précise en bateau est suspendue car pas assez de monde pour qu’elle soit rentable. La seule solution est donc d’aller de San Sebastian à Playa de Santiago par la route (environ 45 minutes de trajet).

      Répondre à Marlène
  • Christophe Rouyer

    Bonjour Marlène, super blog…merci pour toutes ces infos… J’ai une petite question…le bivouac est il autorisé/toléré a la Gomera? Merci pour ta réponse. Christophe

    Répondre à Christophe
    • Marlène

      Bonjour Christophe, officiellement c’est interdit sur l’ensemble de l’île (et risque de poursuites judiciaires si on se fait prendre dans le Parc national du Garajonay). Dans la pratique, c’est comme partout dans le monde : pas vu, pas pris dès lors que l’on ne laisse aucune trace derrière soi !

      Répondre à Marlène
  • xavier

    Bonjour Marlène,
    Bravo pour ce blog qui correspond parfaitement à ce que j’attends d’un blog de voyage : plein d’informations pratiques, utiles, avec diverses options :)
    La lecture de votre blog me donne envie d’aller aux canaries!
    Sans avoir tout lu encore, je viserai pour l’instant quelques jours a Ténérife et autant à la Gomera.
    Une question si vous permettez: est-il possible de louer des vélos sur place, si oui, le prix approximatif à la journée, et vous semble t-il faisable de visiter l’ile ainsi?
    Je viserai la fin de cette année si ca devait se faire.

    Merci encore pour toutes les informations que vous avez pris la peine de mettre sur votre blog!

    Répondre à xavier
    • Marlène

      Hello Xavier, merci pour les compliments ! Il existe pas mal d’opportunités de location de vélos à La Gomera, par exemple chez Gomera Bikes et Bike Station Gomera près de Valle Gran Rey, chez Gomera Cycling à Alajero (sud de l’île). Souvent, le prix est autour de 30€ la journée, ça varie évidemment selon le type de vélo choisi et le loueur. C’est une façon populaire de visiter l’île, ensuite à chacun de voir si ça correspond à son « niveau sportif » :)

      Répondre à Marlène
    • Xavier

      merci beaucoup Marlène :)

      Répondre à Xavier
  • fanny

    Bonjour Marlène
    Merci pour vos informations sur Gomera , je souhaite partir marcher en 2021…à Gomera . Mais je vois qu’entre Décembre et février il pleut facilement. Que conseillez vous sur cette période pour marcher avec un climat doux .
    Je suis française et je souhaite limiter les heures d’avion.merci!

    Répondre à fanny
    • Marlène

      Hello Fanny, avec peu d’heures d’avion en plein hiver, regardez aussi du côté de Madère, du Cap Vert ou du Maroc… Mais ça reste l’hémisphère nord donc il peut aussi y avoir de la pluie, c’est l’hiver ;)

      Répondre à Marlène
  • benedicte KETTERER

    Bonjour,
    Je suis en train de préparer mes prochaines 😋 et j’aurais juste une petite question à vous poser ! Je prévois de rester sur la Gomera pdt 10 jours…cela vous semble t’il assez ou trop ? Sachant que la rando sera notre menu principal !!
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Bk

    Répondre à benedicte
    • Marlène

      Hello Bénédicte, quand on aime la rando c’est une durée parfaite !

      Répondre à Marlène
  • Tracy

    Bonjour,

    Nous avons prévu, de visiter Gran Canaria et la Gomera. Nous avons exactement 12 jours sur place, mais je ne sais pas comment repartir le séjour. Est-ce une bonne idée de faire 1 semaine pour chaque île? Ou est-ce de trop pour la Gomera qui est une petite île ? Que me conseillez-vous ?
    Merci pour votre future reponse

    Répondre à Tracy
    • Marlène

      Hello Tracy, pour choisir entre Gran Canaria et La Gomera, tout dépend de ce que vous aimez faire comme activités et de votre « style de vacances ». Par exemple, pour une personne qui aime aller à la plage ou qui aime le farniente, 1 semaine à La Gomera est excessive car l’île est calme et pas réputée pour ses plages par rapport à Gran Canaria. A l’inverse, quand on est fan de rando, on peut parfaitement occuper une semaine sur place et même plus.

      En superficie, Gran Canaria fait 4 fois la taille de La Gomera, c’est aussi à prendre en compte. Je pense que si je devais faire les deux îles sur un même séjour « découverte », je consacrerais plus de temps à Gran Canaria. Même si j’adore La Gomera pour son atmosphère (bien plus préservée que Gran Canaria), ça reste une petite île et on peut en voir l’essentiel sur quelques jours. Rien n’empêche de revenir une seconde fois si cet « avant-goût » ne suffit pas. Il y a des gens qui visitent l’île sur une journée au pas de course (j’en avais parlé ici), d’autres qui y passent une semaine entière, d’autres qui y reviennent (comme moi !) ;)

      Enfin, il faut prendre en compte le temps de trajet : en bateau avec Fred Olsen par exemple, si vous partez à 10h30 de Gran Canaria vous n’arrivez qu’à 14h50 à San Sebastian avec une escale à Tenerife donc la journée est déjà bien entamée (idem si vous devez rentrer en repassant par Gran Canaria).

      Répondre à Marlène
  • SEGUY DOMINIQUE

    Super blog qui donne vraiment envie d’aller sur la Gomera surtout que je suis randonneur.
    Merci encore de vos expérience et bravo !

    Répondre à SEGUY
    • Marlène

      Hello Dominique, je vous souhaite d’y aller, j’ai adoré cette île et j’y retourne d’ailleurs dans quelques mois :)

      Répondre à Marlène
  • Virginie Maria

    Bonjour Marlène,
    J’ai réservé mes billets d’avion du 3 au 10 Janvier 2020. Nous atterrissons à Tenerife Sud: Donc maintenant je suis en train d’organiser notre séjour nature, photographie, détente. Direction La Gomera! Comme nous avons 7 jours sur place et pour varier les plaisirs, pensez vous que de faire 5 jours à la Gomera et 2 à Tenerife est une bonne idée sachant que nous devons de toute façon dormir la vieille de notre retour près de l’aéroport a Tenerife?
    Merci d’avance
    Bonne journée
    Virginie

    Répondre à Virginie
    • Marlène

      Bonjour Virginie, c’est tout à fait possible, notamment si vous profitez de ces journées à Tenerife pour découvrir le parc national du Teide qui vaut vraiment la peine d’être vu à mon sens ! En plus, c’est une saison où l’on est moins tenté par la baignade donc ça dégage du temps pour se balader :)

      Répondre à Marlène
  • Jimmy

    Bonjour
    Superbe blog . félicitations
    J’organise mon séjour pour août prochain et j’attends avec impatience les horaires des ferrys en vain. Dommage car les prix des billets d’avion sont moins chers en ce moment. J’ai pourtant contacté armas et Olsen . Vous rappelez vous des fréquences approximatives des bateaux pour essayer de prévoir les vols?
    Merci

    Répondre à Jimmy
    • Marlène

      Bonjour Jimmy, il ne faut pas attendre que la réservation des ferries ouvre pour réserver son billet d’avion ! Sinon vous allez payer bien trop cher. En revanche, il est souvent nécessaire de prévoir une nuit à Tenerife avant de rejoindre La Gomera. A titre d’exemple, j’y retourne au printemps 2020, j’ai déjà booké mes vols en septembre pour les avoir à 120€ aller-retour. Si vous réservez un hôtel sur Booking.com, c’est parfois annulable et remboursable assez tard donc en fonction des horaires du ferry, vous verrez s’il faut dormir à Tenerife la veille ou pas.

      Répondre à Marlène
  • Kevin

    Bonjour Marlène. Très intéressant ce blog, surtout pour quelqu’un qui part visiter La Gomera en novembre :).
    A ce propos, pour un séjour de 9jours en arrivant a Tenerife Sud, est ce que ca vaut le coup de visiter à la fois La Gomera ET Tenerife ou vaut il mieux rester à La Gomera. L’objectif du voyage est orienté nature,rando…
    Merci par avance pour tes conseils !

    Répondre à Kevin
    • Marlène

      Bonjour Kevin, je pense qu’en 9 jours il y a le temps de découvrir Tenerife (au moins quelques « essentiels » comme le parc national du Teide) + La Gomera. Ce n’est pas suffisant pour faire vraiment le tour des deux îles en revanche :)

      Répondre à Marlène
  • Lucie

    Bonjour Marlène, j’envisage de partir à La Gomera en janvier (du 7 au 12). Est-ce que tu penses que c’est une bonne période ? J’ai vu qu’il pouvait pleuvoir et que l’ensoleillement est moindre (6h/jour). Mais est-ce que cela gâcherait vraiment les randonnées ? Tu as eu des jours de pluie pendant ton séjour ?
    Je me demande aussi si La Gomera peut être accessible à pied ou s’il on est dépendant d’une voiture. Qu’en penses-tu ?
    Merci beaucoup pour ton article qui est très utile !
    Bonne journée

    Répondre à Lucie
    • Marlène

      Hello Lucie, le fait que ce soit une « bonne période » ou non dépend surtout de l’objectif du voyage. Par exemple, si on recherche un soleil radieux, pouvoir se baigner dans une eau à une température confortable, janvier n’est probablement pas une bonne période. Pour de la rando, c’est pareil : si on est bien équipé, une rando peut être agréable même si le climat est frais.

      Concrètement, dans une ville comme Valle Gran Rey, il fait entre 17 et 22°C en janvier ce qui est correcte mais frais pour se baigner par exemple. Quand on monte dans le parc national du Garajonay à cette saison, il fait en revanche bien plus froid (entre 9 et 14°C). Il faut juste adapter sa valise pour ces deux climats assez différents :)

      Pour ma part, je n’ai pas eu de pluie mais je ne suis pas partie en janvier. J’ai en revanche eu quelques jours de calima (vent de sable issu du désert, qui donne l’impression qu’il y a un petit « brouillard », on le voit sur mes photos de la rando à la Fortaleza.

      Concernant la voiture, je n’ai pas le permis et j’ai quand même bien profité de la Gomera :) On peut loger dans l’une des villes de la côte sud desservies par le ferry (petite préférence pour Valle Gran Rey qui est plus animée que Playa de Santiago et plus conviviale que San Sebastian de la Gomera, il y a aussi des randos sympa à faire directement au départ de Valle Gran Rey). Ensuite, pour les randos, soit il faut passer par une agence (comme Timah), soit il faut se débrouiller avec les bus/taxis locaux.

      C’est une petite île donc tout à fait faisable à mon sens :)

      Répondre à Marlène
    • Lucie

      Merci beaucoup pour cette réponse !

      Répondre à Lucie
  • Stephane

    Bonjour Marlene,
    Nous envisageons mon épouse et moi de découvrir l’île de La Gomera en une semaine du 07 au 14 mars 2020, quel est le meilleur endroit pour séjourner et est il préférable de rester au même endroit sur sept jours ou changer d’hébergement plusieurs fois, quel climat a cette période et y a t il des risques de pluies en mars, quels sont les sites des loueurs locaux en dehors de Airbnb, merci d’avance pour vos réponses
    Bien cordialement
    Stéphane

    Répondre à Stephane
    • Marlène

      Bonjour Stéphane, concernant le choix de l’hébergement c’est très personnel, tout dépend si vous avez une voiture ou non, si vous aimez l’idée de changer régulièrement ou si vous préférez poser vos valises pour une semaine. Ce qui est sûr, c’est que vu la taille de l’île on peut sans problème s’y déplacer depuis un point fixe si on est véhiculé… donc c’est surtout une histoire de préférences personnelles :)

      En mars comme pour les autres saisons, le climat va dépendre de l’endroit où vous séjournez : à Valle Gran Rey par exemple, qui est située sur la partie ensoleillée de l’île (comme Playa de Santiago), il fait entre 17 et 23°C en mars ; au nord, il fera un peu plus frais de quelques degrés… et si vous montez dans le parc national « en altitude » (même si ça reste une très basse altitude), il peut faire entre 9 et 15°C. Le parc national est toujours plus froid (forêt, humidité, altitude !).

      Il peut y avoir de la pluie à cette saison, globalement si on veut éviter la pluie c’est entre mai et septembre qu’il est préférable d’aller sur place.

      Pour trouver des hébergements locaux, vous pouvez soit faire tourner l’économie locale en réservant des hôtels et maisons d’hôtes sur place via des sites comme Booking.com, soit contacter des services locaux (exemple : La Gomera Travel Service, tenu par une Allemande installée depuis une dizaine d’années à La Gomera).

      Si vous avez une voiture, vous pouvez jeter un œil au Jardin Tecina dont j’ai parlé dans cet article : il est situé à Playa de Santiago sur la côte sud, l’hôtel est top mais Playa de Santiago en soi est une ville moins dynamique que Valle Gran Rey par exemple, d’où l’intérêt d’avoir un véhicule !

      Répondre à Marlène
  • Thierry

    Bonjour,
    Est-il possible de trouver hébergements et ravitaillements sur le tour de la Gomera par le GR132 … ou est-on obligé d’être en autonomie?

    Répondre à Thierry
    • Marlène

      Bonjour Thierry, je pense que dans certaines villes vous pouvez sans problème trouver (San Sebastian, Vallehermoso, Valle Gran Rey). Sur d’autres étapes c’est plus compliqué (ex : Contreras). Je sais que certains font du camping sauvage malgré l’interdiction en vigueur sur toute l’île, en montant leur bivouac après le coucher du soleil et en partant à l’aube. A chacun de voir s’il prend le risque ou pas !

      Répondre à Marlène
  • roger jacquelin

    Bonjour , mon épouse et moi même allons passer 4 semaines a san sebastian de la gomera entre le 11/9 et le 8/11 ,existe il un Bono- bus pour avoir un meilleur prix pour les déplacements .
    Par avancé . Merci
    Roger

    Répondre à roger
    • Marlène

      Bonjour Roger, les tickets Bono ne fonctionnent à ma connaissance que sur les lignes gérées par Titsa à Tenerife… donc ce n’est pas valable à La Gomera. Sur l’île, je n’ai pas vu d’abonnement de bus, il faudrait poser la question à l’office du tourisme une fois sur place, le site de la compagnie de bus n’en mentionne pas non plus (le tarif des billets dépend du kilométrage parcouru).

      Répondre à Marlène
  • Magali

    Bonjour,
    Votre blog est très intéressant, merci pour toutes ces informations.
    Nous aimerions partir avec mon conjoint sur L’ile de Gomera au mois d’août.
    Pensez vous que ce soit une bonne période pour partir, peut être trop chaud pour faire de la rando, ou beaucoup trop de monde?
    Nous comptons organiser notre circuit nous mêmes, en louant une voiture et réserver hôtels et ou airbnb selon notre circuit.
    Cordialement

    Répondre à Magali
    • Marlène

      Bonjour Magali, en 2018 j’y suis allée début septembre, c’est grosso modo le même climat qu’en août et je n’ai pas trouvé qu’il fasse particulièrement « chaud ». Ce n’est jamais une chaleur étouffante là-bas : d’abord, car c’est une île de l’Atlantique, il y a donc de l’air qui circule :) Ensuite, une large part de La Gomera est protégée par la forêt donc il y a beaucoup de zones ombragées, le nord de l’île par exemple est bien moins chaud que lorsque l’on reste au bord de l’eau dans une ville comme Valle Gran Rey.

      Il faut juste prévoir pas mal d’eau si c’est vraiment une journée de chaleur et faire attention aux coups de soleil. Ça peut taper un peu sur certaines randonnées très exposées au soleil, par exemple si vous montez au sommet de « La Fortaleza », qui est une sorte de mont au sommet plat, sans arbres :) Mais ça reste très supportable.

      Pas de risque non plus qu’il y ait trop de monde, c’est un tourisme à taille humaine. Si vous le pouvez, n’hésitez pas à soutenir l’économie locale en privilégiant les hôtels. La Gomera dépend à plus de 80% du tourisme et Airbnb empêche de plus en plus de locaux de se loger (car les appartements sont rachetés par des étrangers, souvent des Suisses ou des Allemands, qui n’ont pas du tout le même pouvoir d’achat que les gens sur place). Chacun fait bien entendu ce qu’il veut mais c’est utile de le savoir car parfois, on ne pense pas à cette dimension là quand on voyage ;)

      Répondre à Marlène
  • Jean Pierre GINESTE

    bonjour, nous nous rendons à la Gomera fin novembre: pouvez vous nous renseigner sur le nombre de ferry au depart de los Cristianos vers San Sebastian aller retour, faut il réserver en tant que piétons.
    Est il préférable de louer une voiture ou le transport en bus est il suffisant sur place
    merci de me renseigner

    Répondre à Jean
    • Marlène

      Bonjour Jean-Pierre, je vous conseillerais de louer une voiture car les bus restent peu fréquents donc vous n’aurez pas la même liberté de mouvement. Concernant les ferries, en général il y en a 3 par jour (matin, midi, soir) par compagnie (Fred Olsen, Naviera Armas). Il y a beaucoup de places donc je pense qu’on peut arriver sans réservation quand on est piéton mais pour avoir l’esprit tranquille, mieux vaut réserver en amont.

      J’ai dédié un article entier aux ferries entre Tenerife et La Gomera si vous voulez plus d’infos !

      Répondre à Marlène
  • Krys

    Bonjour
    Merci vraiment pour toutes ces précieuses informations. Blog très agréable à lire.
    Nous souhaitons partir 1 semaine à la Gomera et passer 3 jours à Teneriffe. Nous n envisageons pas de louer de voiture mais prendre les bus locaux. Les points de départ de quelques randos sont ils accessibles en bus. A priori les rando sont pour tous niveaux. Sont elles toutefois « vertigineuses »? J aime beaucoup les randos mais gros problemes de vertiges? Nous pensions louer 1 appart à Gran Rey. Est ce un bon choix?
    Merci d avance.

    Répondre à Krys
    • Marlène

      Bonjour Krys, il y a bien des randos accessibles en bus, notamment autour de Valle Gran Rey qui est un bon point de départ quand on n’a pas de véhicule. A La Gomera on est plutôt sur des randos de niveau moyen même s’il y a quelques randos faciles. Concernant le vertige, il y a quelques randos loin du vide (notamment dans le parc national du Garajonay où l’on marche en forêt) mais La Gomera est tout de même très vallonnée donc pas mal de randos impliquent de longer des « ravins » (autour de La Fortaleza, pour aller vers la Playa de la Caleta, etc). Malheureusement, il est très difficile d’évaluer à votre place si ce sera « supportable » ou pas.

      Si vous parlez anglais, je vous conseille l’achat du petit guide de randonnée Rother sur La Gomera, il décrit les randos donc ça vous donnerait une bonne idée de la difficulté et du parcours. Souvent, quand le chemin longe le vide, c’est mentionné.

      Répondre à Marlène
  • Anne-Sophie

    Bonjour Marlène
    Bravo pour votre blog et toutes les informations que l’on peut y trouver. cela donne vraiment envie de découvrir les Canaries.
    Nous voudrions partir en famille à 5, ados, de 13 à 20 ans, en août, une petite semaine à la Gomera, puis 10 jours à Lanzarote, avec éventuellement une halte à Tenerife, pour son parc national sur 2-3 jours.
    Je me pose la question des transports entre les îles, et la location de la voiture. Le mieux en arrivant depuis Barcelone, est il de prendre un ferry depuis Tenerife jusqu’à la Gomera, puis un autre entre la Gomera et Lanzarote, et retour à Tenerife, ou de faire ces trajets en avion.
    (Il n’y a pas de prix affichés pour le moment pour les ferries. )
    Pour la voiture, est ce mieux de louer chaque fois sur place, ou de la faire transiter sur les ferries, si on choisit cette option.
    Et sur Tenerife, si on choisit de s’y arrêter pour aller dans le parc national, et monter à ce fameux volcan, combien de jours minimum faut il compter ?
    Cela vous apparaît il trop ambitieux sur trois semaines, en famille, avec les déplacements entre chaque île ?
    Merci d’avance pour votre réponse,

    Répondre à Anne-Sophie
    • Marlène

      Bonjour Anne-Sophie, les durées de séjour me paraissent assez réalistes.

      Concernant les trajets, il n’existe pas de ferry direct entre La Gomera et Lanzarote, il faut quoi qu’il arrive repasser par Tenerife. Concrètement, le ferry est souvent aussi cher que l’avion (j’avais réservé bien à l’avance pour un Tenerife-La Gomera, c’est souvent autour de 80€ le trajet pour un non-résident sans voiture !)… mais l’avion fait perdre plus de temps à cause des délais d’enregistrement, du fait que les aéroports sont parfois un peu excentrés par rapport à la destination finale… Je ne peux pas vraiment choisir à votre place, il faut essayer de faire des simulations de budget sur le site des compagnies de ferry (Fred Olsen & Naviera Armas) et sur le site des compagnies aériennes (Binter Canarias et Canaryfly).

      Pour ce qui est de la voiture, tout dépend du loueur car très souvent, il est tout simplement interdit de faire sortir une voiture de l’île où elle a été louée et c’est donc plus simple de louer sur chaque île. Lanzarote en particulier est excentrée donc c’est peut-être plus stratégique de prendre l’avion sur cette portion de l’itinéraire.

      A Tenerife, je dirais que prévoir 2 jours dans le parc national est plutôt bien : ça laisse le temps d’aller voir les formations rocheuses des Roques de Garcia, de marcher parmi la lave, d’aller tranquillement faire des randonnées, de monter au sommet et de suivre les chemins de randonnée accessibles sans permis, de faire la rando du « Paisaje Lunar » pour admirer un paysage assez étonnant…

      Il faut savoir que le téléphérique menant au sommet du Teide est très souvent fermé à cause du vent donc gardez ça en tête pour ne pas être trop déçus si ça se produit. Quand je suis allée sur place, le téléphérique était fermé depuis une dizaine de jours… j’ai eu la chance de l’emprunter et un jour plus tard, il fermait à nouveau à cause du vent.

      Répondre à Marlène
    • Bleck

      Je me permets d’intervenir, nous rentrons de 2 semaines (délicieuses) sur Ténérife et La Goméra. Nous avons loué une voiture à l’aéroport de Ténérife et l’avons fait transiter par ferry sur La Goméra pour moins de 40 Euros.
      C’est donc et de loin la solution.
      Je précise que La Goméra est une perle et que si nous l’avons visitée avec attention c’est grâce (en grande partie) à la lecture de cet excellent blog, merci.

      Bleck

      Répondre à Bleck
    • Marlène

      Hello, merci pour le témoignage ! Là, en l’occurence, il y a Lanzarote en plus… c’est pour ça que je nuançais le point de vue. La Gomera et Tenerife sont très proches donc sous réserve que le loueur accepte, on peut effectivement emmener la même voiture… mais Lanzarote est beaucoup plus loin et exige à mon sens une organisation séparée :
      > Il y a 80 minutes de ferry jusqu’à Gran Canaria puis 4 heures de ferry jusqu’à Lanzarote en partant de Tenerife.
      > Ou un vol avec correspondance (La Gomera – Tenerife Nord en 30 minutes, puis Tenerife Nord – Arrecife en 50 minutes).

      Répondre à Marlène
    • david

      Bonjour Bleck

      Je pars a la gomera debut janvier . Passage sur Tenerife avec location de voiture et transit sur la gomera. Ou avez vous logé sur la gomera ? vaut il mieux prendre plusieurs hébergements ou un seul est suffisant ? Nous prévoyons de randonner à la journée pendant 4 ou 5 jours . Merci !

      Répondre à david
    • Marlène

      Hello David, l’île se parcourt facilement à partir d’un point de chute fixe quand on a une voiture donc c’est vraiment un choix personnel, entre bouger et loger au même endroit. Il faut peut-être 1h15 en voiture pour aller d’un bout à l’autre de l’île donc c’est très rapide :)

      Répondre à Marlène
  • Camille

    Bonjour Marlène et merci beaucoup pour ce descriptif. J’ai très souvent voulu aller à La Gomera car j’aime la randonnée mais j’ai pris 15 nuits que place est ce que ce n’est pas trop. J’hesite à modifier mon billet retour.
    Que conseilles tu pour la durée de séjour avec ce qu’il y a à visiter ?
    Merci pour ta réponse.

    Répondre à Camille
    • Marlène

      Hello Camille, la durée de séjour « moyenne » sur l’île est de 11 jours (l’office du tourisme publie des statistiques chaque année) donc ce n’est pas du tout aberrant de rester 15 jours, surtout en aimant la rando. Ca permet aussi de se garder un peu de temps pour se reposer ou entrecouper les randonnées de sorties en mer (Los Organos, aller voir les baleines, etc). Il y a une super application mobile (toute récente) avec plein d’idées de randonnées, les itinéraires sont téléchargeables pour être consultés hors ligne, en tapant « La Gomera » on la trouve facilement.

      Répondre à Marlène
    • Camille

      Merci beaucoup Marlène !
      J’ai hâte d’y être :)

      Répondre à Camille
  • PETIT Benoit

    Bonjour Marlène,
    Je compte aller randonner dans cette ile,une semaine en avril.
    Est-ce une bonne saison,pour le faire?
    Y a t-il des brochures ou documents en francais, décrivant les randos à faire.
    Etant dans les Hautes-Pyrénées,je suis habitué à randonner.
    Y a t-il aussi des tracés gpx?
    Merci pour votre réponse?
    Cordialement.

    Répondre à PETIT
    • Marlène

      Hello Benoit, il n’y a pas vraiment de « mauvaise saison » à la Gomera :) Il ne fait jamais trop froid, en avril les moyennes sont entre 17 et 23°C au nord et 19-23°C au sud. Je ne connais pas de brochure en français, l’excellent guide de randonnée Rother est disponible seulement en anglais et en allemand pour cette destination. En revanche, La Gomera a lancé il y a quelques jours seulement une application mobile disponible en français, « Senderos La Gomera »… avec plein d’itinéraires de rando ! Il y a les distances, durées moyennes de parcours, les dénivelés positifs et négatifs et même un système de géolocalisation.

      On capte très bien là-bas mais l’application propose néanmoins de télécharger les itinéraires pour les consulter hors ligne, ce qui est assez rassurant ! Je n’ai pas testé sur place mais c’est géré par l’office du tourisme de l’île donc le projet semble sérieux !

      Répondre à Marlène
  • Bleck

    Bonjour Marlène surfant sur la toile je découvre ton blog particulièrement réussi, merci pour ces informations et peut être nous donnes-tu l’envie d’aller passer quelques jours à La Goméra, qui sait…
    Encore bravo, Bleck

    Répondre à Bleck
    • Marlène

      Hello, merci beaucoup pour le message… et je ne peux que conseiller la destination, où je retourne moi-même dans quelques mois ;)

      Répondre à Marlène
  • Anne

    Bonjour, merci pour toutes ces informations c’est top ! J’aimerais y passer une semaine sur l’ile (En comptant l’aller-retour avion paris Ténérife et ferry).

    J’aimerais savoir s’il y a des randonnées itinérantes qui permettent de faire le tour de l’ile ? Les randos expliquées sont des randos à la journée c’est bien ça ?

    Merci à vous !

    Répondre à Anne
    • Marlène

      Hello Anne, on peut suivre les sentiers de grande randonnée de La Gomera et faire toute l’île à pied sur plusieurs jours, c’est très bien balisé… Le guide Rother est un bon point de départ pour préparer ce genre d’itinéraire à pied.

      Il y a aussi des agences de voyage axées trekking qui proposent des circuits randonnée à la Gomera, comme Allibert Trekking, sur une semaine en général. Et si vous ne voulez pas partir avec une agence, le programme du circuit lui-même peut vous guider dans votre propre création d’itinéraire !

      Je pense aussi que si vous contactez une agence locale comme Timah, ils doivent pouvoir vous aider à construire un itinéraire sur mesure avec un guide au début pour vous expliquer les « essentiels » puis un carnet de route pour randonner de manière autonome par la suite.

      Répondre à Marlène
  • Marie noelle

    Bonjour,
    Merci pour votre site bien fait et avec les bonnes infos.
    Je prévois d’aller a la Gomera pour randonner en janvier et je me demandais si ne prévoir que des déplacement en bus ou taxi éventuellement suffisaient pour parcourir toute l’ile pour faire les diverses randos, où si une voiture est indispensable ?
    20 km c’est court mais avec des routes sinueuses et sans doute étroites, je pense que les trajets doivent être assez longs du nord au sud ?
    Merci

    Répondre à Marie
    • Marlène

      Hello Marie Noëlle, super choix de destination, j’y retourne moi-même en 2019 ;) Pour vous donner une idée, il faut un peu plus d’une heure pour traverser l’île en voiture d’un bout à l’autre… donc ce n’est pas la mer à boire (mais je vis à Paris donc j’ai peut-être un regard un peu biaisé car c’est le temps que je mets à aller au travail !) :) Le problème majeur du bus est finalement lié à la « petitesse » de l’île : il y a peu de choix au niveau des horaires ! Le taxi me semble être une meilleure solution mais ça peut être coûteux à l’échelle de tout un séjour.

      Si vous conduisez, je vous conseillerais donc une voiture. Pour ma part, je n’ai pas le permis donc j’avais choisi un plan B tout à fait sympathique aussi : j’ai séjourné dans plusieurs villes (Valle Gran Rey, Playa de Santiago et San Sebastian de la Gomera) : il y a déjà pas mal de randos à faire de manière autonome au départ de Valle Gran Rey et j’ai complété en faisant appel à Timah, qui propose des randos en petit groupe au départ de Valle Gran Rey et Playa de Santiago. Ça permet aussi de rencontrer des gens sympa (beaucoup d’Allemands !), d’avoir des explications sur la faune/la flore que l’on croise et les traditions locales.

      Le gros avantage à « se faire transporter », c’est que ça vous évite de devoir revenir à votre point de départ pour récupérer la voiture. J’ai ainsi pu quadriller toute l’île en une semaine et demie (monter à l’Alto du Garajonay, sur la Fortaleza, explorer la forêt, visiter des petits villages adorables comme Agulo, Vallehermoso, Hermigua, explorer le paysage « martien » au sommet de la colline qui domine Agulo, faire la route qui mène à San Sebastian et offre un point de vue magique sur le volcan du Teide…).

      Répondre à Marlène
  • fanny

    Bonjour! La Gomera a l’air très séduisante ! Penses tu qu’une telle destination plairait à des enfants ? Les randos sont elles accessibles ? Merci d’avance.

    Répondre à fanny
    • Marlène

      Hello Fanny, c’est difficile à dire car tout dépend de l’âge/des goûts des enfants. Disons que ce n’est pas la première destination qui me viendrait en tête pour emmener des enfants. Les randos ne sont pas classées comme « faciles » pour la plupart. Pour te donner une idée, j’ai le guide Rother de La Gomera avec 66 randonnées dedans. Il n’y en a que 8 qui sont classées comme « faciles » sur l’île.

      Mais évidemment, on peut mélanger quelques randos, de la plage/de la piscine, des balades (par exemple, aller voir les baleines et les dauphins avec une société comme Tina)… Si les enfants aiment tout ça, alors on peut en profiter à fond ;)

      Si tu choisis un hôtel comme Le Jardin Tecina dont je parle dans l’article, il y a aussi des clubs pour enfants adaptés à chaque âge, avec des activités (cuisine, jeux aquatiques, minigolf, etc).

      Répondre à Marlène
  • daniéla

    Bonsoir Marlène,
    Merci pour ce blog, j’aimerais savoir si les sentiers de randonnée sont correctement balisés et s’il est possible de randonner sans prendre de guide à la Gomera ?
    Merci de votre réponse.

    Répondre à daniéla
    • Marlène

      Bonjour Daniéla, il y a beaucoup de sentiers balisés à La Gomera, on m’avait conseillé ce guide papier pour la rando dans la région (même s’il commence à avoir quelques années, il est assez bien fait et plein d’informations utiles), c’est le guide Rother. J’ai fait beaucoup beaucoup de randos partout dans l’île et j’ai trouvé que les chemins étaient bien indiqués, il y a à chaque fois ou presque le nombre de kilomètres à parcourir dans telle ou telle direction, des panneaux explicatifs sur les « sites clés » pour mieux comprendre ce qu’on voit…

      Répondre à Marlène
  • Pascale

    Bonjour Marlène
    Merci pour ton joli blog. Je vais à la Gomera début avril. Penses-tu qu’il soit possible de dormir à la belle étoile au bord de la mer ou à l’intérieur des terres ? Merci pour ta réponse et bons voyages
    Pascale

    Répondre à Pascale
    • Marlène

      Hello Pascale, malheureusement le camping sauvage est illégal à La Gomera, il peut même y avoir des poursuites judiciaires si on le fait dans le Parc national de Garajonay. Il y a un camping « autorisé » à El Cedro (il s’appelle « La Vista »)… mais dormir à la belle étoile dans un lieu de son choix est risqué.

      Ça, c’est la théorie. Après, dans la pratique, pas vu pas pris ! Je sais que certains randonneurs le font.

      Répondre à Marlène
  • Erik

    Bonjour et merci pour ce merveilleux blog.
    Pourriez-vous m’indiquer lesquels des sites et villages que vous citez ci-dessus se trouvent du « bon » côté, c.à.d. là où le soleil ne se laisse pas cacher par les nuages formés par les Alizés? Cela me semble surtout important pour chercher où loger début février.
    Bonne année et faites encore de beaux voyages.
    Erik

    Répondre à Erik
    • Marlène

      Bonjour Erik, ces villages sont situés un peu partout sur l’île. Playa de Santiago est très au sud (partie la plus ensoleillée de l’île, c’est là qu’il y a le petit aéroport de La Gomera), beaucoup de visiteurs choisissent aussi de loger à San Sebastián de la Gomera (capitale de l’île, au sud-est, pas l’endroit le plus funky où séjourner à mon sens) ou à Valle Gran Grey (sud-ouest, bon climat et plus de vie qu’à Playa de Santiago). La Gomera est une toute petite île, 23 fois plus petite que la Corse par exemple donc dans tous les cas vous pourrez facilement explorer les lieux :)

      Très bonne année 2018 !

      Répondre à Marlène
  • Guyon

    Bravo pour cet exposé clair, simple, bourré de petites adresses. Merci

    Répondre à Guyon
  • Papouts6

    On lit rarement un descriptif aussi bien fait. Bravo et merci

    Répondre à Papouts6
  • peyre

    Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site en cherchant des infos sur le tunnel sous la manche.

    Bravo! je n’ai pas l’habitude de voyager et me sens vite perdu par les infos des guides ou autres. Votre site est clair, les textes agréables à lire et j’apprends pleins de choses utiles.

    Bonne continuation

    Répondre à peyre
    • Marlène

      Merci beaucoup de votre message ! Je vais continuer à poster de nouveaux articles sur le voyage dans les mois à venir donc votre commentaire me fait très plaisir !

      Répondre à Marlène
    • Angéle

      Merci pour tous ces renseignements. Par contre, quel type de voiture faut il réserver ? une puissance élevée ? pour monter la montagne. Je vous demande ce point car je me suis fais surprise à Madére. Merci d’avance.

      Répondre à Angéle
    • Marlène

      Bonjour, je n’ai pas le permis de conduire donc je ne peux pas répondre sur ce point ! Vous devriez poser la question à un loueur directement ;)

      Répondre à Marlène


Si vous aimez les articles du site, n'hésitez pas à faire vos achats sur Amazon.fr via ce lien ; il me permettra de toucher une commission grâce au programme Partenaires Amazon EU.